L'âge protège de la folie

Qu'est-ce que les plus jeunes ont de plus que les plus anciens - à part le fait qu'ils coûtent moins cher en tant que travailleurs ? L'éditorial de la rédactrice en chef Anne-Friederike Heinrich de la Werbewoche 8/16 du 9 mai 2016.

Lorsque j'étais à la recherche de mon premier emploi au début des années 1990, trois questions me préoccupaient : De quoi les employeurs qui m'intéressent ont-ils besoin ? Qu'est-ce que je peux leur offrir ? Et : Comment puis-je les convaincre que je suis celui qui peut le mieux le faire ?
 

Ce serait différent aujourd'hui. Tout le monde parle des générations Y et Z. Tout employeur qui a des emplois à proposer se demande : Que veulent ceux qui sont censés postuler chez moi ? Comment les convaincre et les fidéliser ? Comment puis-je rendre leur travail aussi agréable que possible ? En conséquence, les bureaux ouverts sont de nouveau en déclin, le café, l'eau, les boissons non alcoolisées et les fruits gratuits sont la norme et les salles de réunion sont des espaces de bien-être et d'expérience. Parce que les salariés, de plus en plus jeunes, ont des attentes élevées : leur travail ne doit pas être ressenti comme un travail, il doit être bien rémunéré, il doit permettre un haut niveau d'identification et de réputation et il doit offrir une grande marge de manœuvre pour la vie privée. OK ?

Alors que, d'une part, une attitude presque scandaleuse d'assistanat s'installe, d'autre part, on discute du vieillissement croissant de la population, qui n'a pratiquement aucune chance de prendre sa retraite à 65 ans. Continuer à travailler, telle est la devise. Les travailleurs de plus de 55 ans qui ont perdu leur emploi, de manière absurde, n'ont pratiquement aucune chance de retrouver un emploi de leur niveau. Mais il n'y a pas de discussion à ce sujet, les personnes concernées sont laissées seules avec leur problème. Quelque chose ne va pas.

Qu'est-ce que les plus jeunes ont de plus que les plus anciens - à part le fait qu'ils coûtent moins cher en tant que travailleurs ? Ils sont natifs dans l'utilisation des médias sociaux, manipulent leur téléphone portable comme s'il s'agissait d'une partie du corps, et connaissent en détail les demandes de leur propre génération - et donc celles de nos futurs clients. Mais vous pouvez acquérir ces connaissances, vous former à l'utilisation des médias sociaux ; il n'est pas nécessaire d'être un autochtone pour comprendre de quoi il s'agit. Ce qui manque aux jeunes, c'est la connaissance des groupes cibles plus âgés. Mais ces derniers sont de plus en plus nombreux, tandis que les plus jeunes sont de moins en moins nombreux. En Suisse, le taux de dépendance des personnes âgées, c'est-à-dire le nombre de personnes de 65 ans et plus pour 100 personnes en âge de travailler, est de 36 % ; 18 % de notre population a plus de 65 ans, selon l'Office fédéral de la statistique. Des questions ?

Qu'est-ce que les plus âgés ont de plus que les plus jeunes ? Ils connaissent le secteur comme le fond de leur poche et ont le sang-froid nécessaire pour ne pas se jeter sur tous les engouements. Ils peuvent évaluer les évolutions, estimer les conséquences de leurs actions. Vous ne pouvez pas acquérir une telle richesse d'expérience, vous ne pouvez pas l'enseigner ; vous devez acquérir vous-même de l'expérience afin de pouvoir l'utiliser.

Alors, qu'est-ce qui est le plus favorable pour les employeurs ? Engager un jeune qui, en plus de l'expérience autochtone, a une grande bouche qui doit d'abord être nourrie de connaissances ? Ou accepter un salaire un peu plus élevé et, en même temps, acheter un gros sac à dos rempli de connaissances et de contacts ? Les deux ! Pour une compagnie au jeu intelligent et au positionnement solide, toutes les tranches d'âge et tous les niveaux d'expérience sont importants, chacun ayant la bonne tâche : les jeunes pour l'agitation et les idées irréfléchies, les plus âgés pour la substance, la fraîcheur et la vue d'ensemble. Et tout le monde avec une grande reconnaissance pour ce que les autres peuvent faire - quel que soit leur âge.

Le fait de publier des offres d'emploi s'adressant explicitement aux jeunes de moins de 25 ans et de rejeter les candidatures des personnes de plus de 55 ans sous prétexte qu'elles sont trop âgées (et sans même en avoir honte) nous met définitivement dans une mauvaise posture, ainsi que notre économie et notre pays. Qui est vraiment vieux aujourd'hui à 60 ou 70 ans ? Et encore moins au milieu de la cinquantaine ? Et quelle société peut survivre en faisant progresser ses connaissances et en réinventant la roue chaque jour ? Nous savons qu'on ne vieillit pas quand on perd ses cheveux, mais quand on perd l'espoir.

D'autant plus que le cœur de notre travail n'a pas beaucoup changé au cours des dernières décennies : Nous créons des publicités qui sont destinées à être perçues et à émouvoir. Nous créons des médias qui ont pour but d'informer, de divertir ou de changer. Seulement tout sur plus de canaux qu'auparavant, plus rapidement et plus simultanément. Cela rend bien sûr nécessaires de nouvelles compétences, mais aussi indispensables des compétences éprouvées. Selon la culture à laquelle on se réfère, les jeunes sont considérés comme le capital de la société, ou les vieux. Il n'est encore venu à l'esprit de personne d'utiliser toutes les générations d'une manière satisfaisante et appréciative pour le bénéfice de tous. Les vieux ne peuvent se passer des jeunes et les jeunes ne peuvent se passer des vieux. Cela ne fonctionne tout simplement pas. Nous parlons des générations Y et Z. Nous sommes déjà arrivés au bout du chemin pour les nommer. Où allons-nous à partir d'ici ? La génération Ä - pour les personnes âgées ? La génération A - pour les personnes âgées ? Pourquoi pas la génération G comme dans ensemble ? Pourquoi pas un partage du travail entre jeunes et vieux ? La coopération au lieu de la lutte.

Il n'existe pas de meilleur moyen de regrouper les connaissances en un seul endroit, de répondre au désir d'un emploi à temps partiel chez les jeunes et d'une réduction progressive des effectifs en vue de la retraite chez les plus âgés. (Les (rares) jeunes changent le marché du travail par leurs demandes, les (nombreuses) personnes âgées bien formées finissent sur le tas de ferraille. Pouvons-nous nous le permettre ?
 

Anne-Friederike Heinrich, rédactrice en chef de la Werbewoche

f.heinrich@werbewoche.ch
 

 

(22 visites, 1 visite aujourd'hui)

Plus d'articles sur le sujet