Appels publicitaires non sollicités en matière d'assurance maladie : 80 rapports - mais seulement deux amendes

La commission de surveillance compétente a reçu cette année 80 rapports de violation de l'interdiction des appels de sollicitation non sollicités en matière d'assurance maladie. Mais seuls deux intermédiaires ont été sanctionnés pour cela.

Krankenkassen-WerbeanrufeDepuis le début de l'année, un "Accord de branche Intermédiaires en assurance-maladie" réglemente, entre autres, le "cold calling", c'est-à-dire la prise de contact de clients potentiels par des intermédiaires sans consultation préalable ou sans tenir compte de l'astérisque dans l'annuaire téléphonique.

Cela permettrait de distinguer les intermédiaires de bonne réputation de ceux qui ne respectent pas les normes de qualité, a annoncé lundi la commission de surveillance. Elle est chargée de veiller au respect de l'accord. Les amendes pour les infractions graves peuvent atteindre 100 000 francs pour l'assurance de base et 500 000 francs pour l'assurance complémentaire.

Cette année, la Commission a reçu 80 rapports de violation de l'accord interprofessionnel. L'année dernière, il y a eu 300 rapports, comme l'a déclaré le président de la Commission, Lucius Dürr, sur demande.

Cette diminution semble indiquer que l'accord "commence à porter ses fruits" et que l'autorégulation fonctionne, a-t-elle déclaré. Mais seules deux plaintes ont abouti à des sanctions avec des amendes de 15 000 francs et des frais de procédure de 10 000 francs supplémentaires. Les sanctions ne sont pas encore juridiquement contraignantes.

Dans 29 cas, aucune procédure n'a été ouverte, a déclaré M. Dürr. La raison en est que les cas ne pouvaient souvent pas être attribués à un assureur spécifique.

Commissions réglementées

Parallèlement, la Commission de surveillance a précisé les limites supérieures des commissions pour le courtage de l'assurance maladie. Pour la conclusion d'un contrat dans l'assurance de base, ce montant s'élève à 70 francs au maximum, pour les assurances complémentaires à 12 primes mensuelles au maximum.

Ces montants maximaux ne peuvent pas non plus être dépassés en raison de services de conseil supplémentaires - comme pour une application de santé, par exemple, a informé la Commission. De même, aucune rémunération supplémentaire ne peut être versée lorsqu'il s'agit de conseiller des clients étrangers ayant un besoin d'information plus important.

L'accord sectoriel avait été signé par une grande majorité d'assureurs. Ils représentent plus de 90 % des assurés. La commission de surveillance serait favorable à ce que l'accord soit déclaré d'application générale.

Le Conseil fédéral a adopté en mai un message correspondant avec des modifications de la loi fédérale sur la réglementation de l'intermédiation en assurance. Cette semaine, la Commission de la santé du Conseil national en discute.

(Visité 135 fois, 1 visite aujourd'hui)

Plus d'articles sur le sujet