L'"Album de la vie" numérique ne coûte que lorsqu'il est partagé

Avec Whatalife, une nouvelle plate-forme "pour se souvenir des histoires de vie en images" est lancée. L'album photo numérique peut être créé et partagé seul ou avec la famille et les amis.

Whatalife.ch veut apporter "une belle contribution à l'assimilation de la mort et aux joies de la vie". Plus loin, les fondateurs expliquent : "La mort est associée au deuil, à la douleur et aux adieux. Mais que reste-t-il
la vie passée, où les nombreux bons moments passés avec les
l'être aimé ? Ils sont répartis dans l'esprit des
proches et sur les photos qui ont été prises des centaines de fois. Comme
ce serait pratique de pouvoir rassembler tous ces souvenirs dans un album photo.
et les partager ensemble. De nombreux moments inoubliables seraient ainsi
ensemble, le souvenir de la personne aimée serait enrichi et ne serait jamais
s'estompent".

Tout d'abord, c'est gratuit

whatalife.ch permet aux utilisateurs de créer des albums numériques privés.
de créer des vidéos. Que ce soit sur un ordinateur, un iPad ou un téléphone portable, c'est
très facilement et en quelques clics, on a son album gratuit avec
d'un nombre illimité d'images. Chaque propriétaire d'album détermine
qui peut accéder à l'album photo et télécharger des images, et avec qui
on souhaite partager ces plus beaux moments. Une fois l'album photo partagé
est effectuée, une taxe unique de 120 francs est due.

Des fondateurs personnellement motivés

Gilles Bachmann, Adrian Stitzel et Cédric Tribolet sont tous âgés d'une cinquantaine d'années. Pas de
seul leur âge les rapproche. Pour des raisons différentes, et depuis
de temps en temps ensemble, ils s'occupent de la question de savoir comment
dans notre monde numérique, on peut rendre hommage à des êtres chers décédés.
peut faire. Il y a Gilles Bachmann, designer, joueur de tennis et
amoureux de la nature, qui a participé à l'abdication de son père de nombreux
des histoires de vie passionnantes à son sujet. Et s'est ensuite
aimerait avoir de belles photos de cette époque.

Adi Stitzel, marié et père de deux filles, a essayé, après le décès de sa femme, de se faire soigner par un médecin.
mère à rassembler avec beaucoup de peine une chronique de sa vie. Et
se demande si ses enfants auront plus de facilité à réaliser le même projet
devenir

Enfin, pour Cédric Tribolet, combattant de kung-fu et presque toujours
se déplaçant avec de la musique sur les oreilles, sa commémoration est un important
Thème . Il y a 10 ans déjà, il a ouvert une playlist Spotify avec les
Chansons qui seront jouées lors de cet événement. Pas de larmes ou de
Des chansons funèbres, mais du rock'n'roll qui reflète la vie.

Plus d'articles sur le sujet