"Notre film a sa propre attitude"

L'année dernière, une centaine de jeunes talents ont participé par équipes de deux à l'ADC Young Creatives Award afin de décrocher, outre le trophée, une place pour la Young Lions Competition à Cannes. Werbewoche présente dans une série les quatre équipes gagnantes.

Bildschirmfoto-2014-04-22-um-15.19.14

Le sponsor principal et l'organisateur du concours étaient la Suva. Il s'agissait de trouver des idées de communication pour protéger les apprentis contre les risques d'accident au travail. Ce sont Chris Sapiain Wetter et Raymi Mendoza, les gagnants de la catégorie film, qui ont ouvert le bal. Nous avons parlé avec eux de provocations réussies et de dépassement des limites dans la publicité.

Unbenannt-12_21
 

WW : Votre film parle de Hassan qui, à cause d'un doigt amputé peu ragoûtant, ne peut plus utiliser correctement sa console de jeu ou ne peut plus dégrafer le soutien-gorge de sa petite amie. Le film se termine par l'injonction "besser luegsch". Vous vous moquez des étrangers et des handicapés ?

Chris D'une certaine manière, nous nous moquons. Nous communiquons de manière émotionnelle et non censurée, afin que les jeunes aient un lien avec le sujet. Ils se retrouvent dans Hassan, justement grâce à cet humour. Nous avons analysé le groupe cible au préalable et interrogé nos collègues du secteur de la construction à ce sujet. L'un d'entre eux s'appelle Hassan - pour le remercier de nous avoir donné un aperçu de son univers, nous avons donné son nom au protagoniste. Cet humour ne fonctionne pas pour tout le monde, mais il est très bien accueilli par le groupe cible de la campagne. Hassan trouve le film drôle.
Raymi : Nous ne voulons pas nous comporter comme des parents qui disent "tu ne dois pas faire ceci ou cela" ou "fais attention". Cela rentre par une oreille et sort par l'autre.
Chris Exactement. Le message de notre film est le suivant : tu dois le savoir toi-même, mais "besser luegsch".
 

WW : Mais ne vous moquez-vous pas d'un sujet sérieux ?

Raymi : Je ne pense pas. On se dit déjà, après coup, qu'un accident du travail ne serait pas drôle. Le message sérieux reste reconnaissable. Nous montrons à l'aide de situations quotidiennes comme fumer, boire ou jouer : Cela pourrait être vraiment pénible de devoir faire toutes ces choses sans les doigts.
Chris Les jeunes de notre âge sont assez blasés par les faits bruts. Il n'est pas si facile de nous choquer. C'est pourquoi nous n'avons pas montré de photos d'accidents qui mettent en garde, mais nous avons réfléchi de manière amusante aux conséquences.
 

WW : Pensez-vous que la publicité en général est trop sage ?

Raymi : En Suisse, nous trouvons les spots généralement ennuyeux et peu exigeants. Les publicités pour les assurances, en particulier, répètent souvent la même histoire sans intérêt. Elle explique à quel point on est en sécurité chez un prestataire et que l'on ne doit pas s'inquiéter. De nombreuses entreprises n'aiment pas se pencher par la fenêtre et préfèrent poursuivre ce qui a fonctionné jusqu'à présent.
Chris Cela a aussi beaucoup à voir avec la culture. Nous venons tous les deux d'Amérique du Sud. Là-bas, on aime regarder la publicité. Elle est plus osée et donc plus divertissante. On s'assoit en famille devant la télévision et on en discute. De tels messages passent alors aussi.
 

WW : Quelles sont pour vous les limites qu'un film publicitaire provocateur doit respecter, qu'est-ce qui irait définitivement trop loin pour vous ?

Chris le racisme. Nous trouvons les affiches de l'UDC de mauvais goût. On peut déjà jouer avec les clichés, mais alors il faut se moquer de tout le monde. Je trouve qu'une perspective humoristique est acceptable, mais pas contre un groupe particulier. Notre film réussit à marcher sur la corde raide, car ce qui est arrivé à Hassan pourrait arriver à n'importe quel jeune.
Raymi : Mais peut-être que nous trouvons cela simple parce que nous ne pouvons pas nous identifier au message de l'UDC. Si nous partageons leur attitude, nous trouvons probablement que la provocation est également réussie.
Chris C'est le problème. Si l'on veut s'adresser à tout le monde, on fait grise mine. C'est pourquoi notre film a sa propre opinion et sa propre attitude - directe, crue et drôle.

Interview et photo : Simone Isliker

Unbenannt-13_14
Unbenannt-14_14
Unbenannt-15_11

 

 

(20 visites, 1 visite aujourd'hui)

Plus d'articles sur le sujet