Lancement du référendum "Non aux médias financés par l'État".

Un référendum contre le paquet de mesures en faveur des médias a été lancé mardi par le comité "Non aux médias financés par l'Etat". Les subventions aux médias approuvées par le Parlement ont été décrites comme étant inacceptables au regard du droit constitutionnel, nuisibles à la politique de l'État et de la démocratie et faussant la concurrence.

Lors de la session d'été, le Conseil national et le Conseil des Etats ont décidé que les médias en Suisse devraient désormais recevoir 120 millions de francs de plus qu'auparavant en financement direct et indirect sur sept ans. (Werbewoche.ch rapporté).

Cette promotion médiatique est inutile, erronée et dangereuse pour le comité référendaire, qui a présenté ses arguments lors d'une conférence de presse mardi à Berne. "Ce qui est en jeu, c'est l'indépendance et la crédibilité des médias - et de chaque journaliste individuellement", a expliqué Philipp Gut, consultant en communication et éditeur et directeur général du comité référendaire. Si l'État nourrissait les médias, ils deviendraient des médias d'État.

Constitutionnellement inacceptable

En tant que président du comité référendaire, l'ancien conseiller national PRD Peter Weigelt, de Saint-Gall, a déclaré que les subventions aux médias étaient inacceptables au regard du droit constitutionnel, nuisibles en termes de politique étatique et démocratique et discriminatoires en termes de politique de concurrence. Cette subvention directe aux médias était un tabou et une violation de la Constitution.

L'article 93 de la Constitution fédérale a créé un organisme de radiodiffusion et de télévision financé par l'État. En revanche, les autres médias ne sont pas définis dans la Constitution et le peuple ne s'est jamais prononcé sur leur subventionnement.

M. Weigelt a qualifié de particulièrement choquant le fait que les journaux libres et les médias en ligne libres soient délibérément exclus des subventions. "De cette manière, l'État cimente les monopoles médiatiques existants au détriment des petites offres privées et des initiatives locales et régionales", a déclaré M. Weigelt.

Les dommages causés aux jeunes et à la démocratie

La jeune politicienne libérale Evelyn Motschi a souligné que les jeunes dépendent de l'obtention d'informations gratuites. "La loi sur les subventions aux médias part peut-être d'une bonne intention, mais elle est contre-productive. Elle nuit aux jeunes et à la démocratie", a déclaré l'étudiant en droit.

Si le paquet de mesures en faveur des médias était adopté, les médias en ligne gratuits ne recevraient pas un seul centime de subvention, a déploré le Jeune libéral fribourgeois Alec von Barnekow. En revanche, leurs concurrents directs recevraient de généreuses subventions. Mais il n'appartient pas à la politique ou à l'État de favoriser un modèle plutôt qu'un autre.

M. Weigelt a souligné que le comité référendaire n'avait jusqu'à présent pas cherché à entrer en contact avec des partis, des hommes politiques ou des associations et n'avait jamais participé activement au débat. L'objectif était de pouvoir commencer à collecter des signatures sur un large front en même temps que la publication au Journal officiel. En revanche, lors de la phase de vote, le comité référendaire a souhaité s'ouvrir et chercher le contact avec les partis et les associations. (SDA)

(Visité 601 fois, 1 visite aujourd'hui)

Plus d'articles sur le sujet