Les syndicats demandent des règles plus strictes pour les fusions de médias

Les syndicats critiquent la décision du Weko d'approuver la fusion d'AZ Medien avec NZZ. Ils préviennent que des emplois seront supprimés et demandent des règles plus strictes pour les futures acquisitions dans le secteur des médias. Les éditeurs sont satisfaits.

weko-impressumjpg

La Commission de la concurrence (Comco) est un "tigre sans dents dans la jungle des médias" et n'est autorisée à examiner que les "aspects purement concurrentiels", critique l'association de journalistes Impressum dans un communiqué de presse. Si le Weko doit jouer un rôle quelconque sur le marché des médias à l'avenir, les obstacles doivent être réduits. Pour Imprint, c'est avant tout le législateur qui est sollicité. Il leur appartient d'adapter la loi de manière à ce que la Comco puisse également prévenir les effets socialement néfastes des restrictions de concurrence.

Pour le syndicat des médias Syndicom, la décision d'aujourd'hui montre que la concentration des médias a atteint des proportions dangereuses. À l'avenir, les rapports dans de vastes régions allant de la Suisse orientale au Mittelland occidental en passant par la Suisse centrale seront confiés à une seule entreprise, souligne le syndicat dans une déclaration. Cela réduira la diversité des médias et des opinions. Stephanie Vonarburg, vice-présidente de Syndicom, a déclaré à l'agence Keystone-SDA qu'il était du devoir de l'entreprise de rendre cette diversité visible dans ses journaux et de la permettre également en interne parmi les travailleurs des médias.

Selon syndicom, il faut maintenant s'engager pour garantir les emplois des quelque 2000 collaborateurs concernés. Le budget de l'emploi doit être maintenu autant que possible, demande Vonarburg.

Syndicom considère également que le nouveau président du conseil d'administration, Peter Wanner, qui est également vice-président de l'association des éditeurs, a une responsabilité. Il doit renforcer le partenariat social par une convention collective de travail afin de garantir les conditions de travail et l'indépendance journalistique.

L'Association des éditeurs est satisfaite

Dans une brève déclaration, les éditeurs se félicitent de la décision du Weko. "La branche des médias a besoin d'une marge de manœuvre aussi large que possible pour s'organiser de manière optimale dans le cadre du changement structurel", explique Andreas Häuptli, directeur de l'Association des médias suisses à la demande de l'agence Keystone-SDA. En tant que principaux concurrents, la Comco devrait prendre en compte les entreprises américaines Google et Facebook dans son évaluation. Ces deux plateformes ont siphonné près de deux milliards de francs suisses du marché publicitaire suisse sans que l'argent ne revienne à un service d'édition. L'association des éditeurs n'a pas souhaité commenter d'autres questions.(SDA)

(Visité 19 fois, 1 visite aujourd'hui)

Plus d'articles sur le sujet