Une étude souligne la valeur de rappel des produits promotionnels

ARTICLES PUBLICITAIRES La plupart des messages publicitaires passent à côté de nous sans laisser de traces. Il en va tout autrement lorsque la publicité est perçue comme une récompense. Dans ce cas, le message a de bonnes chances non seulement d'être reçu, mais aussi de rester. stapagDans un sondage réalisé en Allemagne à la fin de l'année dernière, les articles publicitaires ont atteint un taux de rappel de 78% : 780 des 1'000 participants à l'étude ont pu nommer, sans être aidés, l'entreprise qu'ils avaient [...].

AG-zukunft_Gebrandete-Kalender_C-by-stapag
stapagDans le cas d'une Enquête à la fin de l'année dernière en Allemagne, les articles publicitaires ont atteint un taux de rappel de 78 % : 780 participants à l'étude sur 1 000 ont été capables de nommer sans assistance l'entreprise qui leur avait offert un stylo, une tasse ou un calendrier, une valeur record. En ce qui concerne la radio, qui arrive en deuxième position, les personnes interrogées n'ont été capables de retrouver l'expéditeur d'un message publicitaire qu'à 32 %, les spots TV à 28 % et les annonces à 26 %.Le cerveau sécrète l'hormone du bonheurCe qui distingue l'objet publicitaire de ces médias, c'est entre autres la sensation du destinataire d'être gratifié d'un cadeau. Les facteurs d'image positifs qui rejaillissent immédiatement et inconsciemment sur l'expéditeur : En tant que client, je suis important pour cette entreprise et je suis valorisé.Le cerveau décode "récompense" ! Et libère une dose sensible de dopamine, l'hormone du bonheur. Dès que nous recevons l'objet publicitaire, le cortex moteur est en outre activé. Si le contact est agréable, une autre dose de dopamine est libérée.Besoin de donner en retourL'arrière-plan de la file d'attente au stand des T-shirts événementiels gratuits, de la foule autour de l'équipe de promotion qui distribue des calendriers, des yeux pleins d'espoir sur le stand où l'on distribue des sacs marqués... En même temps, un modèle de réaction psychologique très ancien est éveillé - le mécanisme de réciprocité : le besoin de donner quelque chose en retour. C'est pourquoi l'expéditeur est au moins assuré de l'attention du destinataire, plus que jamais convoitée en ces temps d'infobésité. Si la qualité d'utilisation de l'article publicitaire tient ses promesses, il a de bonnes chances de devenir un compagnon durable et d'attirer les regards.95% possèdent des articles promotionnelsPreuve en est un autre résultat de l'étude "Étude sur l'impact publicitaire des articles promotionnels", mandaté par le GWW Gesamtverband der Werbeartikel-Wirtschaft e.V. (Association générale de l'économie des articles publicitaires)L'étude a été réalisée par DIMA Marktforschung : 95% des participants à l'étude ont indiqué posséder un objet publicitaire, par exemple dans les secteurs les plus utilisés (textile, papeterie, calendrier). 93% l'utilisent, ce qui augmente l'impact des messages implicites et les contacts visuels, par exemple pour les logos.

Plus d'articles sur le sujet