Les lauréats du Prix zurichois du journalisme 2021 ont été désignés.

Le jury du Prix du journalisme de Zurich a décerné le prix de l'œuvre complète au journaliste environnemental Hanspeter Guggenbühl, récemment décédé dans un accident. Elle a également décerné des prix pour le travail de six journalistes.

Les prix zurichois du journalisme de cette année ont été remis lundi soir dans le Kaufleuten de Zurich. En raison de Corona, l'événement a eu lieu un quart d'année plus tard que d'habitude. Eric Gujer, rédacteur en chef du NZZDans son discours d'ouverture, il a demandé si tout allait vraiment mal dans le journalisme suisse.

L'honneur pour l'ensemble de l'œuvre journalistique de Hanspeter Guggenbühl a malheureusement dû être décerné à titre posthume. Peu après que le jury ait choisi le célèbre expert en environnement, celui-ci a été mortellement blessé par un motocycliste alors qu'il faisait du vélo. Pendant quatre décennies, Guggenbühl a écrit dans la presse suisse-allemande sur les questions d'actualité liées aux transports, à l'énergie et à l'environnement, et s'est forgé la réputation d'un expert infatigable qui garde constamment un œil sur les aspects essentiels de ces sujets. Il avait un faible pour le mesurable et le calculable. Comme nul autre, il était capable "d'évaluer des statistiques provenant d'une grande variété de sources, de les mettre en contexte et d'en tirer des conclusions journalistiques utiles", comme le dit le discours élogieux. Au fil des ans, il a étoffé son travail quotidien avec un total de sept livres, dont la plupart ont été publiés avec des co-auteurs. Il y a abordé l'économie de marché, la croissance économique, la transition énergétique et bien plus encore.

160 participations au concours

Malgré les conditions de travail difficiles dues à la pandémie, le concours de cette année s'est à nouveau caractérisé par un large éventail de contributions journalistiques solides. Le jury, composé de six membres, a dû évaluer 160 candidatures. Ils ont pris dix nominations en mai et a maintenant obtenu quatre articles.

Christoph Gertsch et Mikael Krogerus traitent avec les Magazine-article "Les protocoles de Macolin" avec l'entraînement de jeunes athlètes féminines dans le centre sportif au-dessus de Bienne. L'entraînement intensif a souvent conduit les jeunes femmes aux limites de leur endurance mentale, voire au-delà. L'aperçu déchirant du sport de haut niveau qu'est la gymnastique artistique a également déclenché un écho en politique. "Nous ne pourrons plus jamais regarder une compétition de sans penser à ce reportage".

Christopher Gilb a fait preuve d'une bonne intuition et de ténacité lorsqu'il a posé sa candidature pour la Journal de Lucerne a commencé à examiner les antécédents d'une société inconnue qui voulait acheter un groupe de sociétés de Saint-Gall. Dans six articles intitulés "Éraflures sur l'image d'un sauveur d'entreprise", il a exposé la contradiction entre les affirmations et la réalité de l'entreprise douteuse. Le rachat a finalement échoué - comme Gilb l'avait prédit.

Katharina Bracher et Sacha Batthyany ont saisi l'occasion de la consommation croissante de pornographie enfantine pour éclairer le fond de cette réalité peu glorieuse (" - ). Avec le profil numérique fictif d'une jeune fille, ils se sont lancés dans le sombre royaume des délinquants sexuels numériques. C'était une marche vers l'abîme. Les journalistes de l NZZ le dimanche a réussi à créer un chef-d'œuvre dramaturgique, note le laudateur.

Le prix du nouveau venu a été remporté par Samuel Tanner pour son travail dans la NZZ le dimanche a publié un article intitulé "Foi et pouvoir". Il y accompagne le président centriste Gerhard Pfister dans un voyage vers le passé politique de la Suisse, lorsqu'il existait encore un milieu catholique-conservateur qui votait systématiquement PDC. M. Tanner a écrit un "merveilleux portrait de fête" et "en passant le texte est aussi un grand portrait de Gerhard Pfister", selon le laudateur.

Le Prix du journalisme de Zurich, l'un des prix les plus prestigieux du journalisme en Suisse, est décerné depuis 1981. Chacun des prix principaux est doté de 10 000 francs suisses, le prix du nouvel arrivant, créé en 2018, de 5 000 francs suisses. Les prix sont attribués à des œuvres complètes ainsi qu'à des œuvres exceptionnelles et novatrices, qu'elles aient été diffusées par un journal, un magazine ou un canal en ligne.

Depuis un an, le Prix du journalisme a une nouvelle assise financière. Les trois entreprises de médias zurichoises NZZ, Ringier et Tamedia sont désormais les sponsors de la fondation. En outre, des entreprises et des institutions soutiennent l'événement par des contributions financières.

(Visité 168 fois, 1 visite aujourd'hui)

Plus d'articles sur le sujet