Les autocollants pour aires de jeux de Jung von Matt Limmat mettent en garde contre le "sharenting".

L'Association Suisse pour la Protection de l'Enfant attire l'attention sur les dangers du "sharenting". Le terme "sharenting" est dérivé de "parenting" et "sharing" et désigne la diffusion d'images et de vidéos d'enfants par leurs parents sur Internet. En collaboration avec Jung von Matt Limmat, l'Association Suisse pour la Protection de l'Enfant lance donc des autocollants pour les aires de jeux.

Les parents adorent photographier leurs enfants. C'est compréhensible. La fierté de la progéniture est grande, les souvenirs doivent être conservés. Et de nos jours, une photo ou une vidéo est aussi vite prise qu'elle est partagée sur Internet. Avec parfois des conséquences désagréables.

L'Association Suisse pour la Protection de l'Enfant souhaite sensibiliser à cette problématique à l'occasion de la Journée internationale des droits de l'enfant, le 20 novembre 2021. Et ce, là où les enfants sont très souvent photographiés : Sur l'aire de jeux. Des autocollants avec des motifs d'enfants y sont apposés sur les toboggans, les cadres à grimper et les balançoires - y compris un code QR. Le code n'est pas visible à l'œil nu. Mais si un enfant est photographié devant l'un des autocollants, la caméra du téléphone portable reconnaît le code. Un avertissement sur le "sharenting" s'affiche à l'écran et les personnes qui prennent des photos sont averties qu'elles ne doivent pas prendre de photos. www.privacyplayground.ch en attirant l'attention sur les dangers et les possibilités de protection autour du thème des photos d'enfants sur Internet. Car pour les photos d'enfants, la règle est la suivante : #SharingIsNotCaring.

Les autocollants seront lancés comme projet pilote sur l'aire de jeux zurichoise de Heuried et sur l'aire de jeux bernoise de Längmuur, une extension de l'action dans toute la Suisse est prévue.

(Visité 384 fois, 1 visite aujourd'hui)

Plus d'articles sur le sujet