Publicis Zurich lance la première campagne commune pour Sunrise et UPC

La fusion des deux sociétés de télécommunications est un sujet important en Suisse depuis des mois. Depuis lundi, Sunrise et UPC apparaissent ensemble en public pour la première fois. Matthias Koller et David Lübke de Publicis Zurich parlent à Werbewoche.ch de la campagne de lancement mise en place par l'agence.

Announce_Wow

La campagne de fusion à grande échelle de Sunrise et d'UPC est axée non seulement sur la fusion elle-même, mais surtout sur ce que la Suisse peut en attendre : plus de vitesse, plus de connectivité, plus de divertissement et plus de service. En même temps, les deux marques sont toujours très visibles. David Lübke, directeur créatif chez Publicis, explique l'apparition conjointe : "Les visuels en deux parties et l'utilisation de l'écran partagé dans le film donnent aux deux marques l'espace et la liberté qu'elles méritent. En même temps, il devient évident que nous faisons désormais des choses ensemble. Le message principal fait donc toujours partie intégrante des différents formats. De cette façon, nous faisons d'une pierre plusieurs coups".

 

Stefan Fuchs, directeur général de la nouvelle société commune, souligne également que le tout est plus que la somme de ses parties - même si cette campagne n'est, bien sûr, qu'un début : "Elle vise avant tout à transmettre la valeur ajoutée immédiate que les clients d'UPC et de Sunrise - et tous ceux qui le seront bientôt - recevront du fait de la fusion et continueront de recevoir dans les mois à venir. Entre autres choses, plus de vitesse pour la maison, le bureau et en déplacement grâce à l'UPC Giganetz ou 5G de Sunrise. En outre, nous offrons à nos clients divers avantages dans le cadre de la campagne de lancement, comme une carte SIM We Connect à vie avec volume de données illimité ou MySports Pro pendant neuf mois. Un plus unique sur le marché suisse". En outre, la fusion présente d'autres avantages, tels qu'un service plus complet, davantage de solutions pour les entreprises et d'autres offres combinées. Andreas Caluori, directeur de la gestion de la marque et de la communication, ajoute que les clients existants et les nouveaux clients peuvent se réjouir d'offres attrayantes : "Ce n'est certainement que le début de notre cheminement commun pour devenir le nouveau champion".

sunrise-upc-hoch

Ensemble - devant et derrière les coulisses

Le "ensemble" a joué un rôle central dans l'élaboration de la campagne, non seulement devant le décor, mais aussi derrière celui-ci, explique Matthias Koller, directeur général de Publicis : "La collaboration avec deux sociétés différentes à l'origine - nous nous sommes vite rendu compte - n'était plus du tout une collaboration. L'UPC et Sunrise se sont intégrées très rapidement et ont agi comme un seul partenaire pour nous. Pour nous, en tant qu'agence, cela a très vite apporté de la clarté au processus. Cela a été particulièrement utile car il n'y a eu que trois mois entre le briefing et la livraison.

La campagne de fusion à grande échelle sera diffusée sur toutes les chaînes à partir de lundi.

DEMANDÉ

"Si vous interprétez cela comme une fouille dans la compétition, alors je suppose qu'il y a quelque chose à faire".

Le directeur général de Publicis, Matthias Koller, et le directeur de la création, David Lübke, sont responsables, côté agence, de la campagne de fusion de Sunrise et d'UPC. Johannes Hapig, de Werbewoche.ch, leur a parlé du travail en vase clos, des délais serrés et de la possibilité de recourir à l'interprétation.

Matthias Koller (à gauche) et David Lübke de Publicis Zurich sur la nouvelle campagne conjointe de Sunrise et de l'UPC.

Advertisingweek.chVotre campagne pour la fusion de Sunrise et de l'UPC est consacrée à un sujet qui est suivi de très près par les médias et le public. Cela augmente-t-il la pression pour obtenir des résultats ? 

Matthias Koller : Non, ce n'est pas pour cela que la pression augmente. Nous devons mener à bien chaque projet, tout comme nos clients, quelle que soit la taille du projet. Le fait qu'avec une campagne de cette envergure, l'attention des médias augmente et que la campagne reçoive ainsi plus d'attention est une merveilleuse confirmation pour tous ceux qui travaillent sur un projet aussi intensif et qui poursuivent un objectif commun : Le meilleur résultat pour le client et une communication divertissante pour les téléspectateurs.

David Luebke : Il était déjà clair pour nous, lors du briefing, que ce serait un événement très médiatisé. Bien sûr, surtout si le public est très intéressé, vous voulez que tout se passe bien du premier coup - il n'y a pas de deuxième première impression. À cet égard, cela a été vraiment un peu plus prononcé que d'habitude sur ce projet. Mais fournir le meilleur travail avec le meilleur résultat est bien sûr l'objectif de chaque projet.

 

Il y avait relativement peu de temps disponible pour la réalisation de la campagne de lancement - et cela aussi dans Lockdown 2.0. Comment imaginer le processus de création ?

Koller : Trois mois, ce n'est pas trop peu. En particulier dans le cadre du verrouillage, nous et de nombreuses autres agences avons conçu et mis en œuvre des campagnes dans un délai beaucoup plus court. Ce qui a été ajouté dans ce cas, cependant, c'est la nouvelle constellation - pour toutes les personnes concernées. Deux équipes de clients qui n'avaient jamais travaillé ensemble auparavant et une agence qui n'avait travaillé auparavant qu'avec l'une des deux marques. Il s'agissait de s'habituer à de nouveaux processus, à de nouvelles spécifications et, surtout, à de nouvelles personnes dans un délai très court. Et cela a fonctionné incroyablement bien et sans heurts.

Lübke : Surtout pendant la phase de conception du projet, la cadence était très élevée. Presque tous les jours, nous avons eu des échanges créatifs avec Sunrise et l'UPC afin de mettre en place la campagne sur le terrain le plus rapidement possible. Dans ce contexte, l'obligation de travailler à domicile en raison du verrouillage n'a pas nécessairement facilité le travail, mais elle l'a certainement rendu plus flexible : un appel vidéo avec dix participants peut généralement être organisé plus rapidement et avec moins d'efforts que de devoir réunir physiquement le même groupe. En dehors de cela, le processus créatif a été plus ou moins comme d'habitude : rapide, orchestré et avec la part d'imprévu attendue.

 

Il est souvent déjà difficile pour les agences de se coordonner avec "un" client de marque. Sunrise et UPC fonctionnaient-elles déjà comme une seule entreprise lorsqu'il s'agissait de coordonner le travail des agences - ou bien traitiez-vous encore avec deux entreprises ici ? 

Koller : La coordination et l'échange avec nous ont été extrêmement bien orchestrés de la part du client. Bien sûr, au début, toutes les personnes concernées ont dû s'habituer à la nouvelle situation. Mais cela s'est avéré très naturel et harmonieux après le briefing. L'avantage de la campagne est que les deux marques bénéficient d'une plateforme et apparaissent ainsi individuellement mais aussi ensemble.

Lübke : Pas nécessairement avec deux entreprises, mais avec des personnes issues de ce qui était autrefois deux cultures d'entreprise différentes. Cela signifie surtout que les décisions fondamentales doivent souvent être prises sur place : communiquons-nous à la télévision en suisse ou en haut allemand ? Les deux marques ont-elles des positions fixes dans les mises en page ou alternent-elles ? Et surtout : quels sont les éléments de marque utilisés pour permettre un "ensemble" harmonieux et ceux dont on se passe ? Autant de questions très passionnantes qui devaient être clarifiées.

 

Les deux marques conservent une certaine indépendance dans la communication. Quelles sont les considérations qui vous ont amené à le faire de cette façon ? 

Koller : Les deux sociétés existent toujours sur le marché, s'occupent de leurs clients existants et sont heureuses d'en accueillir de nouveaux. La campagne est un avant-goût de ce qui est à venir, pour ainsi dire. Et il est destiné à montrer que les clients d'une marque bénéficient déjà de l'autre fournisseur.

Lübke : Les deux marques ont une position de départ solide et bénéficient d'une grande confiance de la part de leurs clients respectifs. Le fait que les deux marques occupent également une position égale dans la campagne montre clairement à première vue que deux entreprises harmonieusement complémentaires se réunissent ici. Les clients de Sunrise et d'UPC ont donc toutes les raisons de se réjouir.

 

Bien sûr, l'accent mis sur le "plus" dans la campagne est frappant. Il va sans dire que cela doit être interprété comme "Plus qu'avant...". Y a-t-il aussi une blague cachée contre la concurrence ? 

Koller : Si c'est comme ça que vous l'interprétez, alors je suppose qu'il y a quelque chose. En tout cas, le nouveau fournisseur de télécommunications a beaucoup de projets. Le statut de Challenger, il était une fois. Et je suis convaincu que le peuple suisse peut s'attendre à un nouveau fournisseur fort. Un qui remettra plus que jamais en question le statu quo et qui apportera avec lui l'ambition et l'image de soi nécessaires pour s'imposer comme le numéro 1 en Suisse avec de grandes offres, un service exceptionnel et des technologies de pointe. Cela ne peut se faire que dans l'esprit du marché libre - et ne peut donc que profiter aux consommateurs.

Lübke : Pas que je sache. Ou serait autorisé à le dire ici. Le "plus" se réfère principalement à la formule simple "1+1=3" - le tout est plus que la somme de ses parties. Lorsque le réseau 5G le plus rapide et le plus fiable de Suisse est connecté au Giganet, les deux services de divertissement, c'est plus qu'un peu plus. C'est alors très vite beaucoup plus pour tout le monde.


Responsable à Sunrise et UPC : Stefan Fuchs (CMO), Andreas Caluori (Directeur de la gestion des marques et de la communication), Anna Leutar (Responsable marketing senior de la communication des marques grand public) Laura Ballestrin (Responsable de la communication marketing), Graziella Gut (Responsable de la communication marketing), Andreas Jäggi (Responsable marketing des marques grand public). Responsable chez Publicis : Matthias Koller (directeur général), David Lübke, Pablo Schencke, Peter Brönnimann (direction de la création), Roger Oberholzer (directeur exécutif de la stratégie), Cosima Pereira-Köster (directrice artistique senior), Mathias Bart (rédacteur senior), Jan Theus (directeur artistique), Hannah Züttel (directrice artistique junior) Sandro Looser (directeur de compte senior), Ante Vidovic, Daniel Scheerle (directeur de compte). L'équipe Prodigious : Prépresse, lithographie, montage d'images, mouvement, réalisation d'interviews, programmation, réalisation et conseil en production. Production : Pumpkin Film (production du film), Ben Strebel (réalisateur), Jan Mettler (caméra), Stefanie Brand (producteur), Ballad (musique), Jingle Jungle (bande sonore), Webrepublic (médias et ressources numériques), Mediatonic (médias).

(Visité 393 fois, 1 visite aujourd'hui)

Plus d'articles sur le sujet