La majorité des agences resteront dans des bureaux à domicile pour le moment.

Fin mai, le Conseil fédéral a levé l'obligation du home office pour les entreprises qui font tester leurs employés une fois par semaine pour la Corona. L'association Leading Swiss Agencies a demandé à ses agences membres comment elles gèrent les nouvelles règles.

Le tour d'ouverture annoncé par le Conseil fédéral est un pas de plus vers la normalité. L'obligation du bureau à domicile sera transformée en une recommandation de bureau à domicile pour les entreprises qui effectuent régulièrement des tests une fois par semaine. Afin de ne pas compromettre la vaccination de l'effectif, le retour au bureau sera progressif. Une fois que toutes les personnes qui le souhaitent auront été vaccinées, la règle du bureau à domicile sera assouplie et les tests répétitifs ne seront plus exigés. En d'autres termes, l'exigence du bureau à domicile sera abandonnée sous certaines conditions, ce qui permettra un retour dans les locaux de l'agence. Toutefois, une enquête interne menée par Leading Swiss Agencies montre que cet assouplissement n'a pas encore entraîné de retour à l'agence.

Réticence à retourner à l'Agence

44 % des agences interrogées laissent à leurs employés le soin de décider s'ils reviennent au bureau et dans quelle mesure, et 34 % déclarent qu'elles continueront à maintenir une forte proportion de bureaux à domicile. En outre, 23 % d'entre eux déclarent qu'ils autoriseront les personnes qui ont déjà été vaccinées deux fois à revenir dans les locaux de l'agence pour une période illimitée avec effet immédiat. D'autres lèvent complètement l'obligation d'être présent ou retournent au bureau le plus rapidement possible et avec un concept de protection.

Critique des tests répétitifs de la piscine

Seuls 17 % des agences effectuent des tests de pools répétitifs. Apparemment, ces tests entraînent trop d'efforts administratifs. En outre, il n'est toujours pas clair si les tests en piscine sont également requis pour les entreprises dont le personnel travaille principalement dans des bureaux à domicile. Les auto-tests réguliers ne sont également exigés que par une minorité (25 %). En général, les agences font appel à la responsabilité personnelle des employés et recommandent qu'ils soient testés.

Différentes manières de traiter les masques obligatoires

Il semble que la plupart des gens se soient habitués à porter des masques. Néanmoins, il existe différentes approches en ce qui concerne les exigences de présence si l'obligation de porter un masque continue d'exister pendant une période plus longue. 44 % laissent aux employés le soin de décider s'ils veulent travailler au bureau malgré l'obligation de porter un masque. Pour 35 % des personnes interrogées, l'exigence du masque n'a aucune influence sur les exigences, mais pour un peu moins de 29 %, c'est le cas. En ce qui concerne la conduite des entretiens avec les clients, le tableau est très homogène : il va de soi que les souhaits des clients sont pris en compte autant que possible et que davantage d'entretiens physiques sont à nouveau organisés dans le respect des mesures de distance et d'hygiène.

(Visited 582 times, 2 visits today)

Plus d'articles sur le sujet