Les médias à 360° : Webrepublic s'étend dans la planification média classique 

Avec 360° Media, Webrepublic se lance dans la planification média classique et élargit son portefeuille jusqu'ici exclusivement numérique. L'agence zurichoise proposera ainsi à l'avenir un service complet pour des campagnes efficaces sur tous les canaux. Malgré l'extension dans les domaines analogiques, la devise est et reste "Digital first".

360grad-webrepublic-visual

À l'heure où de plus en plus d'annonceurs déplacent leurs budgets vers les canaux numériques et où la pertinence de la consommation médiatique numérique ne cesse de croître, Webrepublic fait un pas dans l'autre sens : l'agence de marketing numérique s'étend avec 360° Média dans la planification média classique. "Nous pensons les domaines de la création, des médias et de la technologie ensemble du début à la fin d'une campagne. C'est la seule façon de créer des campagnes cross-canal réussies qui atteignent le groupe cible - en ligne et hors ligne", explique Tobias Zehnder, partenaire de Webrepublic, pour justifier cette démarche. "Nous nous étendons des Touchpoints numériques au monde classique : TV, out-of-home, presse, radio et cinéma". Webrepublic devient ainsi une agence de services complets qui offre à ses clients un guichet unique : Des campagnes sans faille qui couvrent l'ensemble du parcours client - de l'affiche à la station de tramway à l'expérience sur le site web.

 

Augmenter l'impact par les canaux classiques

L'agence se procure le savoir-faire nécessaire en externe grâce à de nouveaux collaborateurs qui ont une longue expérience de la publicité classique. Ces experts seront directement intégrés dans le département média existant - publicité programmatique, médias sociaux et création - jusqu'ici exclusivement numérique et dirigé par Joël Meier. Cela devrait favoriser l'échange permanent de connaissances, particulièrement précieux étant donné que les médias classiques comme la télévision et l'out-of-home sont de plus en plus réservables en programmatique, comme l'agence l'indique dans un communiqué. En outre, Webrepublic utilise de manière ciblée les données obtenues à partir des campagnes numériques pour optimiser les canaux classiques : Comment le volume de recherche des marques et des produits évolue-t-il pendant un flight d'affichage ? Comment se comportent les utilisateurs gagnés par des spots TV sur le site web ? Quels sont les messages qui génèrent le plus d'intérêt sur les médias sociaux ?

"Les grandes campagnes numériques sont complexes en raison de la diversité des plateformes, des formats, des ciblages et des possibilités de mesure, et nécessitent des stratégies granulaires. C'est pourquoi nous sommes convaincus que les campagnes doivent refléter la complexité numérique avant d'être prolongées dans les médias traditionnels - et non l'inverse", explique Joël Meier, directeur médias chez Webrepublic.

"L'extension à 360° Media est pour nous la prochaine étape logique"

Avec 360° Media, l'agence devient un service complet. Le cofondateur et partenaire Tobias Zehnder explique dans une interview avec Werbewoche.ch pourquoi cette étape a lieu justement maintenant.

tobias_zehnder_webrepublic

Werbewoche.chTobias Zehnder, Webrepublic s'engage désormais aussi dans le domaine de la planification média classique. Depuis combien de temps y songez-vous ?

Tobias Zehnder : Pour moi, l'idée de me lancer dans ce domaine est née très naturellement de l'évolution de Webrepublic : en 2009, nous avons commencé à faire du marketing sur les moteurs de recherche. Depuis, les choses ont énormément évolué dans le secteur, de nouvelles technologies et plateformes apparaissent constamment sur le marché. Parallèlement, nous continuons nous aussi à nous développer et à élargir notre offre de services. Notre ambition en tant qu'entreprise est de proposer à nos clients les meilleures solutions de marketing et de communication. Et nous considérons que celles-ci se situent à l'interface de la création, des médias et de la technologie. L'extension à 360° Media est pour nous la prochaine étape logique : nous proposons depuis longtemps déjà une planification média numérique sur Google, Facebook et autres, et ces deux dernières années, nous avons commencé à nous occuper de l'ensemble des budgets de certains clients. Nous lançons maintenant officiellement cette offre.

 

2020 n'est pas nécessairement l'année de l'explosion des budgets médias, notamment en ce qui concerne les médias plus classiques comme la presse et la télévision linéaire. En revanche, votre activité principale numérique se porte plutôt bien, je suppose. Je me demande donc pourquoi vous vous lancez maintenant dans un nouveau secteur d'activité ?

Nos clients sont au cœur de cette décision : Nous pensons que le fait de pouvoir leur proposer un seul et même prestataire représente pour eux une grande valeur ajoutée. Au lieu de travailler avec de nombreux partenaires individuels tels qu'une agence créative, une agence numérique et une agence média, notre offre réduit les interfaces pour eux. Nous couvrons l'ensemble du parcours client - de l'affiche à la station de tramway à l'expérience sur le site web.

Dans la situation actuelle, les médias comme l'out-of-home ou le cinéma ne sont évidemment pas les espaces publicitaires les plus réservés. Nous y voyons néanmoins un grand potentiel. L'out-of-home et l'out-of-home numérique sont - avec les canaux en ligne - le dernier grand média de masse avec une immense portée dans l'ensemble de la population. La télévision fait également toujours partie des canaux publicitaires centraux. Et : la réservation programmatique de la publicité télévisée devient de plus en plus importante - c'est là que nous pouvons utiliser de manière ciblée notre expérience dans le numérique.

 

Souhaitez-vous proposer votre nouvelle offre à des clients existants en tant que complément - ou souhaitez-vous également gagner des clients "exclusivement" pour les services Media ?

Notre credo est et reste "Digital first", c'est pourquoi l'offre média doit avant tout être considérée comme un complément à nos services numériques. Nous sommes convaincus que les campagnes doivent refléter la complexité numérique avant d'être prolongées dans les médias traditionnels - et non l'inverse. Des questions se posent comme : Que voient les clients potentiels lorsqu'ils cherchent le produit sur Google après avoir vu une publicité à la télévision ? Quelle communication de suivi les utilisateurs perçoivent-ils sur les médias sociaux ? De quel contenu avons-nous besoin pour exploiter au mieux l'intérêt suscité ? Nous utilisons ces données issues des campagnes en ligne de manière ciblée pour optimiser les canaux classiques.

Nous avons déjà entamé des discussions intensives avec nos clients existants sur les nouvelles possibilités. Nous avons déjà mis en œuvre les premiers projets cette année. Mais nous sommes également en train d'établir de nouvelles relations clients avec des entreprises ambitieuses qui ont envie de réaliser des projets publicitaires innovants.

 

Comment votre nouvelle offre se situe-t-elle par rapport partenariat avec Wirz, que vous avez annoncé il y a quelques semaines seulement? Il semble que l'on s'oriente vers un réseau "full service" avec le numérique, les médias, la création ...

Je ne parlerais déjà pas de réseau. Mais oui, nous proposons un service complet, car la publicité classique et la publicité numérique ne peuvent plus être séparées. Ce qui est pertinent, c'est que le budget soit utilisé là où se trouve le groupe cible. Aujourd'hui, ces budgets médias numériques représentent généralement plus de 50 % du budget publicitaire total des entreprises. Il est donc logique de proposer également la planification des médias traditionnels.

Nous voulons garantir la meilleure qualité dans tous les domaines. Grâce au partenariat avec Wirz, nous avons accès à leur légendaire compétence créative. Pour l'extension à 360° Media, nous allons chercher une partie du savoir-faire à l'extérieur grâce à de nouveaux collaborateurs ayant une expérience dans la publicité classique. Nous couvrons déjà l'autre partie en interne avec des équipes dans les domaines de la publicité programmatique, des médias sociaux et de la création. Comme tous ces spécialistes feront à l'avenir partie de la même équipe média, ils profiteront de l'échange permanent de connaissances.

 

Où voyez-vous la plus forte concurrence dans le domaine des médias ? Chez les acteurs indépendants et spécialisés ou chez les grands réseaux et leurs filiales suisses ?

La branche n'est pas vraiment énorme en Suisse, c'est pourquoi nous nous sommes attaqués aux deux domaines : Avec notre focalisation sur le numérique, nous sommes déjà de facto la plus grande agence média indépendante de Suisse et nous renforçons maintenant ce positionnement grâce à notre offre de services complets. En même temps, cela signifie que nous sommes une alternative intéressante pour les clients "fatigués du réseau". Nous allons jouer activement cette carte.

Plus d'articles sur le sujet