L'affiche d'Interdiscount fait tourner les têtes

Interdiscount veut attirer de nouvelles clientes et de nouveaux clients avec une campagne d'affichage. Mais un slogan sexiste échauffe les esprits. Interdiscount s'excuse et veut retirer la publicité.

(Source : Fabio Greiner / Linkedin)

Une nouvelle campagne d'affichage d'Interdiscount suscite l'incompréhension en raison d'un slogan sexiste. Le slogan "Nous offrons plus de services que leur ex" est mal perçu par beaucoup. Sur LinkedIn par exemple, Fabio Greiner, Security Awareness Specialist chez Switch, prend la parole et explique pourquoi cette publicité est problématique.

Le post reçoit beaucoup d'approbation. En l'espace d'une journée, plus de 430 personnes ont réagi au texte de Fabio Greiner et près de 100 commentaires ont été rédigés à son sujet. La plupart des commentateurs donnent raison à Fabio Greiner. Il y a aussi des commentaires isolés dans lesquels les utilisateurs se rangent derrière Interdiscount et veulent garder "LinkedIn woke free". Le compte officiel d'Interdiscount a également répondu au post. Dans sa réponse, Interdiscount écrit qu'il ne voulait blesser personne avec cette publicité. Interdiscount s'est excusé et a indiqué qu'il transmettrait le courrier au service compétent.

Interrogée à ce sujet, la porte-parole d'Interdiscount Salome Balmer écrit que l'ensemble de la campagne publicitaire, avec sept sujets différents, vise à attirer l'attention sur les magasins, le service, le conseil et l'approche omnicanal d'Interdiscount. "Dans un marché âprement disputé et soumis à de nombreux changements, nous passons à l'offensive et attirons l'attention sur nous", écrit encore la porte-parole. Le titre "Nous offrons plus de services que votre ex" doit viser les entreprises concurrentes qui ferment des points de vente ou se retirent du marché. "Avec cette déclaration, nous ne voulions discriminer personne et nous vous prions de nous excuser. Le sujet sera retiré partout". (Sara Meier/jor)


Cet article a d'abord été publié dans le magazine Netzwoche.

Plus d'articles sur le sujet