Les appels téléphoniques commerciaux non sollicités ont diminué de plus de 80 pour cent

Les plaintes concernant les appels publicitaires non sollicités ont diminué de plus de 80 pour cent au cours des sept dernières années. La protection des consommateurs attribue cette évolution principalement à l'utilisation de filtres pour les appels publicitaires et à une législation plus stricte.

Werbeanruf
(Image symbolique : Unsplash)

Depuis 2015, le nombre de plaintes est passé de 27 908 à 2714 au premier semestre de cette année - extrapolé à l'ensemble de l'année, il s'élève à environ 5500. C'est ce qui ressort d'une évaluation de l'Alliance des organisations de protection des consommateurs, comme l'indique son communiqué de lundi.

Depuis 2012, les appels publicitaires sont punissables malgré l'inscription d'une étoile. Les appels sont autorisés lorsque quelqu'un donne son accord ou lorsqu'il existe une relation commerciale. Mais selon la protection des consommateurs, l'application de cette disposition s'est avérée difficile dans la pratique.

En effet, bien qu'avec la révision de l'ordonnance sur les télécommunications, tous les opérateurs de télécommunications doivent proposer à leurs clients une protection contre les appels publicitaires illégaux depuis le 1er juillet dernier, celle-ci n'est pas automatique. Alors que Salt et Quickline ont activé le filtre d'appels publicitaires pour tous leurs clients, chez Swisscom et Sunrise, ce sont en effet les clients qui doivent agir.

Exigence d'un filtre standard

"De nombreux clients de Swisscom et surtout de Sunrise ne savent pas encore qu'ils doivent activer le filtre d'appels publicitaires", déclare la présidente de la protection des consommateurs Nadine Masshardt, citée dans le communiqué. Du point de vue des consommateurs, elle estime qu'il serait souhaitable que ces filtres soient activés par défaut, car ils constituent le meilleur moyen de lutter contre les appels publicitaires illégaux et aussi contre les arnaques téléphoniques.

Au sein de l'Alliance des organisations de protection des consommateurs, les organisations suisses de protection des consommateurs de trois régions linguistiques coordonnent leur travail : outre Konsumentenschutz, la FRC (Fédération romande des consommateurs) et l'ACSI (Associazione consumatrici e consumatori della Svizzera italiana).

Selon ses propres indications, Konsumentenschutz est une fondation privée créée en 1964 et dont le siège est à Berne. 87 pour cent de ses recettes proviennent donc des contributions des donateurs et de la vente de guides, et 13 pour cent d'une contribution fédérale. (SDA

(Visité 97 fois, 1 visite aujourd'hui)

Plus d'articles sur le sujet