Les conseillers se débattent sur les derniers détails de la nouvelle loi sur les produits du tabac.

La nouvelle loi sur les produits du tabac est sur la dernière ligne droite. Après deux séries de consultations, les conseils sont parvenus à un accord sur les points clés. Pour les auteurs de l'initiative pour l'interdiction de la publicité en faveur du tabac, la révision ne va pas assez loin. Par conséquent, c'est le peuple qui aura le dernier mot.

La nouvelle législation vise à prendre des mesures pour réduire la consommation de produits du tabac, qu'ils soient fumés, chauffés, reniflés ou pris par voie orale. Le projet de loi devrait être approuvé d'ici la fin de la session d'automne en cours.

Ce n'est que sur quelques points du projet de loi que les conseillers ne sont pas encore parvenus à un accord. Par exemple, le Conseil national veut interdire les ingrédients des produits du tabac qui augmentent le potentiel de dépendance ou facilitent l'inhalation. Les représentants des groupes parlementaires de l'UDC, du FDP et du Centre se sont opposés sans succès à l'interdiction des cigarettes mentholées jeudi. Jusqu'à présent, le Conseil des États n'a pas voulu entendre parler d'une telle interdiction.

En outre, le Conseil des États veut réglementer les ingrédients interdits dans la loi elle-même. En revanche, si le Conseil national obtient gain de cause, le Conseil fédéral devrait être habilité à décider quels ingrédients des produits du tabac doivent être interdits et lesquels ne doivent pas l'être.

Enfin, selon le Conseil national, l'utilisation des e-cigarettes devrait être autorisée dans certaines zones de points de vente spécialisés. Le Conseil des Etats veut supprimer cette exception dans la loi fédérale sur la protection contre le tabagisme passif.

Les cantons peuvent adopter des règles plus strictes

Cependant, les Conseils se sont accordés sur un autre point : la promotion des ventes ne devrait pas seulement être interdite pour les produits du tabac à fumer, mais aussi pour d'autres catégories de produits. Ici, le Conseil national a rejoint le Conseil des États.

La différence dans la compétence décisionnelle des cantons a également été résolue. Selon la résolution parlementaire, les cantons devraient pouvoir édicter des règles plus strictes en matière de publicité, de parrainage et de promotion des ventes que celles prévues par la loi nationale. Le Conseil national voulait initialement supprimer cet article de la loi, mais il a maintenant suivi le Conseil des États.

Insatisfaction des initiateurs

Peu importe ce que le parlement décide dans les différences restantes : Le peuple et les cantons auront le dernier mot sur le traitement futur des produits du tabac. Les nouvelles restrictions prévues en matière de publicité pour le tabac ne vont pas assez loin pour les auteurs de l'initiative populaire "Oui à la protection des enfants et des jeunes contre la publicité pour le tabac (enfants et jeunes sans publicité pour le tabac)". Ils ne se contenteront pas de la contre-proposition indirecte.

Les initiants s'opposent par exemple au fait que la publicité dans la presse et sur Internet ne devrait pas être interdite par principe à l'avenir. L'interdiction ne devrait s'appliquer qu'aux produits de presse et aux sites web "destinés aux mineurs". La pétition pour un référendum, en revanche, demande une interdiction totale de la publicité pour le tabac qui touche les enfants ou les jeunes.

La politique de "révision des adoucisseurs d'eau" contre celle du "paternalisme".

La discussion des divergences au sein du Conseil national a partiellement dégénéré en un nouveau débat sur les principes. Flavia Wasserfallen (SP/BE) a déclaré que la loi actuelle ne répondait pas aux exigences de la protection des enfants et des jeunes. Manuela Weichelt (Verts/ZG) a parlé d'une "révision douce".

De l'autre côté du Conseil, Andreas Glarner (UDC/AG) a mis en garde contre une "politique paternaliste" dans laquelle la population serait progressivement interdite de tout. "La protection des mineurs ne doit pas servir de prétexte à une interdiction générale de la publicité pour les produits du tabac légaux", a également déclaré Regine Sauter (FDP/ZH).

Le groupe parlementaire du Centre et les Verts libéraux sont divisés. Christian Lohr (Centre/TG) a plaidé pour que l'accord soit "mené à terme de manière à ce que nous puissions le mettre en œuvre". Il s'agit de renforcer la protection des mineurs de manière ciblée et, en même temps, de ne pas empêcher le libre fonctionnement de l'économie. "L'équilibre des intérêts n'est pas toujours facile", a déclaré Jörg Mäder (GLP/ZH). (SDA)

(Visité 100 fois, 1 visite aujourd'hui)

Plus d'articles sur le sujet