Enquête sur le "choc de l'euro" : Arndt Groth

Sondage de Werbewoche sur le développement économique après le "choc de l'euro" et ses répercussions sur le secteur de la communication et de la publicité : Arndt Groth, CEO, PubliGroupe

La force du franc et la faiblesse de l'euro provoquent des tendances contraires. Ces dernières années déjà, nous avons dû enregistrer un achat plus important de prestations médias à l'étranger dans le domaine de la publicité numérique, car les CPM y sont significativement plus bas qu'en Suisse. Les technologies de ciblage des utilisateurs suisses sur des sites allemands, par exemple, ont permis cet achat transfrontalier. La faiblesse de l'euro va renforcer cette tendance, y compris en ce qui concerne l'externalisation des prestations d'agences en dehors de la Suisse. D'un autre côté, le secteur automobile n'est pas le seul à miser actuellement sur une plus grande sensibilisation et des actions de réduction en euros sont par exemple promues en plus. La pression publicitaire des entreprises suisses ne va donc pas diminuer, mais la création de valeur se fera de plus en plus à l'étranger. Par ailleurs, il faut s'attendre à une focalisation encore plus forte sur les plans médias axés sur la performance. Cette tendance s'est imposée jusqu'à présent dans toutes les périodes économiques difficiles - la dernière en date étant la crise financière de 2009. En conséquence, les canaux publicitaires numériques en profiteront et recevront une nouvelle impulsion.
 

(Visité 33 fois, 1 visite aujourd'hui)

Plus d'articles sur le sujet