Les pertes augmentent

Même la nouvelle conception de MACH Basic ne change rien à l'érosion persistante de la pénétration des titres de presse. En comparaison avec l'année précédente, pas moins de 53 publications ont perdu de manière significative, dont 43 sont germanophones.

Avec la MACH Basic 2014-2, nous disposons pour la première fois de chiffres comparatifs issus de deux enquêtes totalement indépendantes. Les résultats de MACH Basic 2014-1 étaient en effet composés à 50 % des mêmes chiffres que ceux de MACH Basic 2013-2 (voir aussi l'encadré "MACH Basic 2014-1"). Et c'est exactement de la même manière qu'environ la moitié des données de la dernière étude sont déjà représentées dans l'évaluation 2014-1. C'est pourquoi ce numéro met l'accent sur les comparaisons avec l'année précédente. Et celles-ci montrent qu'au total, plus de 2,5 millions de contacts ont été perdus sur l'ensemble des titres recensés par le Media Trend Journal durant cette période. Cela correspond à une baisse de 5,9%.

Tous les groupes de titres perdent

Comme le montre le graphique "Variations des sommes de contact", c'est en Suisse méridionale que les variations sont les plus marquantes. La presse quotidienne y a progressé de 5,0%, alors que la presse dominicale a perdu 13,6%. L'augmentation de la presse quotidienne n'est toutefois pas due à des écarts significatifs de certains titres et est donc plutôt due au hasard. La perte de la presse dominicale s'explique toutefois par une baisse significative de la pénétration du Caffè della Domenica. Il s'agit toutefois du seul titre tessinois présentant une variation significative. En Suisse romande, on compte neuf titres avec des changements significatifs et tous négatifs : deux quotidiens, le seul journal du dimanche, cinq titres de la presse grand public et un de la presse spécialisée. En Suisse alémanique, en revanche, pas moins de 43 publications ont connu des pertes significatives. 7 pour la presse quotidienne, 3 pour la presse dominicale, 23 pour la presse grand public et 12 pour la presse spécialisée. Galler Tagblatt grâce aux lecteurs "achetés" de journaux de tête et Landliebe de Ringier, qui a connu une ascension fulgurante.

kontaktsummen

Parts gratuites inchangées

Les sommes de contact des titres gratuits ont certes diminué dans tous les groupes de titres, mais moins fortement que pour les publications payantes. C'est pourquoi, à l'exception de la presse dominicale, la part des gratuits a en principe légèrement augmenté et s'élève désormais à 47,2% pour l'ensemble des régions linguistiques et des groupes de titres.

Comme le montre le graphique "Part de gratuité par groupe de titres et région linguistique", il n'y a de contacts gratuits le dimanche qu'au Tessin. En revanche, la proportion est de 100 %, comme pour la presse grand public et spécialisée. Dans l'ensemble et dans les deux autres régions linguistiques, la part de gratuité est toujours la plus élevée dans la presse grand public. En principe, la règle suivante s'applique : plus la région linguistique est petite, plus la part de gratuité est élevée. Mais il existe aussi de grandes différences selon les segments de titres. Ainsi, dans le segment "Thèmes nationaux", qui comprend les illustrés, les thèmes de consommation et la grande distribution, elle atteint près de 90% en Suisse romande, provenant exclusivement des deux titres coopératifs de Coop et Migros.

Gratisanteile

La combinazione atteint 50 pour cent

Dans au moins deux régions linguistiques, six offres atteignent au moins cinq pour cent de pénétration chacune. Elles sont présentées dans le graphique "Offres nationales" dans l'ordre de leur pénétration nationale. A l'exception de la CombiNation SwissWomen de Ringier avec Schweizer Illustrierte, Glückspost, L'Illustré et TV8 ainsi que du NZZ Business Combi de NZZ et Le Temps, toutes ces offres sont présentes dans les trois régions linguistiques. En troisième position, KombiNation Swiss- Family de Ringier, avec SonntagsBlick, Schweizer Illustrierte, L'Illustré, L'Hebdo, TV8 et Il Caffè della Domenica, obtient la deuxième meilleure pénétration en Suisse romande. En ce qui concerne l'offre leader Combinazione avec les trois hebdomadaires Migros, la forte différence entre les trois régions linguistiques est frappante. Dans l'ensemble de la Suisse, elle atteint tout de même près de la moitié de la population linguistiquement assimilée de 14 ans et plus. Les deux offres CombiNation de Ringier sont nettement plus fortes en Suisse romande que dans les autres régions linguistiques et en moyenne nationale. Deux combinaisons nationales sont proposées par Migros et Ringier, une par Tamedia et une par NZZ/Ringier.

nationale-angebote

Migros et Coop dominent

Le graphique "Chasseurs de pénétration en Suisse alémanique" présente désormais toutes les offres qui atteignent au moins 25% de la population dans la région linguistique. Seules trois offres dépassent désormais la limite minimale de 30 % fixée il y a un an. Dans les deux grandes régions linguistiques, les titres de Migros et Coop occupent toujours les premières places. Elle est suivie en Suisse alémanique par 20 Minuten, qui devance ainsi toutes les combinaisons de titres payants et qui est également la seule offre dont la pénétration actuelle n'est pas significativement plus faible qu'il y a un an. En Suisse romande, où le seuil minimal d'admission est de 30 pour cent, la combinaison jour de semaine/dimanche du Matin ainsi que RomandieMAX avec les mêmes magazines Ringier que la CombiNation SwissFamily, qui doit toutefois être occupée dans toutes les régions linguistiques, se placent devant le journal pour pendulaires. Ici, toutes les offres, à l'exception de 20 minutes et Coopération, ont significativement perdu en pénétration par rapport à l'année précédente.

Reichweitenjaeger
reichweitenjaeger-westschweiz

Ringier domine les payants

Les titres individuels payants n'ont en tout cas pas leur place dans le concert des grandes combinaisons et des titres gratuits. Le Matin Dimanche en Suisse romande est ici l'exception qui confirme la règle - même si, selon la dernière certification, plus d'un quart du tirage est distribué gratuitement ou avec un rabais de plus de 50 pour cent. L'édition dominicale du Matin est toujours en tête des titres payants (voir graphique). Ici, la limite inférieure a dû être abaissée à 15 pour cent, car l'ancienne limite de 20 pour cent n'est plus dépassée que par quatre titres. L'ordre n'a pas changé. L'éditeur dominant est Ringier avec les quatre titres L'Illustré, SonntagsBlick, Schweizer Illustrierte et TV8. Dans ce classement, Tamedia arrive avec les deux titres du Matin au même nombre de publications que Konsumenteninfo avec Bon à savoir et le K-Tipp. Enfin, Axel Springer est également présent avec le Beobachter. Seuls les titres romands Bon à savoir, L'Illustré et TV8 n'ont pas perdu de manière significative par rapport à l'année précédente.

toptitel-bezahlt

Ueli Custer

Information de base

Les évaluations se basent sur les tableaux du volume de rapport mis à disposition au préalable par la REMP avec embargo. Ont été évalués tous les quotidiens paraissant au moins cinq fois par semaine (sans les grands tirages), tous les titres de la presse grand public, financière et économique ainsi que de la presse spécialisée. Les titres hebdomadaires locaux et régionaux ne sont pas inclus. Pour les quotidiens, seule la plus grande unité est prise en compte à chaque fois. Les titres de tête et les éditions partielles - indépendamment de la propriété - ne sont pas mentionnés.
 
Ne sont pas non plus pris en compte les résultats des suppléments de journaux Z - les belles pages en tant que supplément de NZZ et NZZ am Sonntag et le Vista-comme supplément de toute une série de quotidiens. En effet, leurs valeurs n'ont pas été demandées séparément, mais uniquement présentées comme combinaison calculée des titres porteurs. Elles ne peuvent donc en aucun cas être comparées à celles de suppléments interrogés séparément comme Das Magazin, NZZ Folio, Télétop Matin, Femina ou le supplément "Sorties" du Corriere del Ticino. Comme le montrent les résultats de ces titres, leur utilisation est toujours nettement inférieure à celle des titres porteurs. Les valeurs indiquées dans MACH Basic pour Z - die schönen Seiten et Vista-Zeitungskombi sont donc certainement surévaluées.

Base d'extrapolation

Elle se base sur la statistique de la population et des ménages de l'Office fédéral de la statistique (STAT-POP) et sur l'enquête structurelle de l'Office fédéral. L'univers de base de MACH Basic 2014-2 est identique à celui de MACH Basic 2014-1 et est structuré comme suit :

- Groupe linguistique allemand : 4 631 000 (+38 000 ou 0,8%)
- Groupe linguistique français : 1 503 000 (+10 000 ou 0,7%)
- Groupe linguistique italien : 288 000 (+3000 ou 1,1%)
- Population totale : 6 422 000 (+52 000 ou 0,8%)

L'augmentation se réfère à la comparaison avec MACH Basic 2013-2.

Échantillonnage

Elle comprend non seulement les numéros de téléphone fixe enregistrés, mais aussi les personnes vivant dans des ménages sans numéro enregistré (15 % de tous les ménages) ou sans ligne de téléphone fixe (5 % de tous les ménages).

Taille de l'échantillon

Il s'élève à 19 276. Déroulement de l'enquête La personne cible est recrutée lors d'un premier appel, puis interrogée soit par téléphone, soit en ligne, lors d'un deuxième appel.

Période d'enquête

Les résultats de MACH Basic 2014-2 ont été demandés entre le 10 avril 2013 et le 5 avril 2014. Environ la moitié des valeurs sont identiques à celles de MACH Basic 2014-1, qui ont été recueillies entre le 1er octobre 2012 et le 6 octobre 2013.

Matériel de pointage

Les personnes interrogées disposent de matériel de présentation (logo du titre et réponses possibles) aussi bien pour l'entretien téléphonique que pour le questionnaire en ligne.

Incentives

Les participants à l'interview reçoivent un petit cadeau d'une valeur de dix francs, ce qui augmente leur volonté de participer.

Espaces de communication

52 espaces de communication regroupés (ECR) complètent l'écart entre les zones économiques et les districts, qui ne présentent souvent que de très petits nombres de cas.

Taux de pénétration des journaux à moins de 20 000 exemplaires
Dans l'évaluation 2014-2, les valeurs se basent sur le lectorat moyen sur l'ensemble des 24 mois collectés selon la nouvelle méthode. Cela permet d'élargir la base de données et de réduire la marge de fluctuation. De plus amples détails sont disponibles dans le volume du rapport ou sur www.wemf.ch.

 

Plus d'articles sur le sujet