L'image de l'âme du pays

Jusqu'à la mi-octobre, le Musée national de Zurich présente une exposition en mouvement sur dix mini-cinémas. Le curateur Walter Keller a cherché dans 300 films les scènes les plus parlantes possibles de la vie quotidienne en Suisse.

Les films de fiction sont un moyen d'expression de leur époque. Qu'entendait-on par "Suisse" à une époque donnée ? Comment vivent et pensent les Suisses ? L'exposition "Grand cinéma" au Musée national a cherché des réponses à ces questions dans les films de fiction suisses. Walter Keller et son équipe ont analysé quelque 300 films. "Il ne s'agissait pas d'art cinématographique ou de critères filmologiques. Ce qui nous intéressait, c'était la question suivante : ce film pourrait-il sentir la Suisse ?", a expliqué le curateur lors du vernissage. Sur les 900 séquences de la marque olfactive "Helvetia", 115 des 111 films ont finalement été retenus pour la sélection finale.

Unbenannt-1_25

Ces moments animés d'une durée de 1 à 3 minutes ont été montés en 10 nouvelles bandes thématiques. Le plan de montage de ces déclarations sur "l'image de l'âme du pays" n'était pas basé sur la chronologie, mais sur une association créative. Dans ces clips interrogatifs, des films de toutes les époques et de tous les genres se mélangent pour former un nouveau dialogue. Celui-ci doit bien entendu être perçu par le public. Dans l'exposition, qui a pour but de susciter la réflexion, on a délibérément renoncé à tout commentaire. Keller a seulement fait un bref commentaire lors du vernissage : "Le vieux cinéma suisse est loin d'être paillard et les films en couleur actuels ne sont pas non plus automatiquement critiques".

Unbenannt-2_30

Les organisateurs de l'exposition ont déterré les pièces du puzzle de l'âme nationale "de manière reconnaissante" auprès des distributeurs de films suisses et, en grande partie, dans les archives de la télévision suisse. Nathalie Wappler, responsable du département Culture de la SRF, a déclaré dans son introduction que nombre de ces films "opposent des histoires à la vie" et explorent ainsi la frontière entre fiction et réalité. La Suisse entre rêve et réalité. Dans plusieurs films, cette séparation est également vécue par des réfugiés. Il est frappant de constater que les œuvres de ce genre comptent manifestement parmi les plus impressionnantes que les cinéastes suisses savent raconter. Le drame sur les réfugiés "Die letzte Chance" de Leopold Lindtberg a été récompensé par un Golden Globe et le premier prix à Cannes en 1946. "La barque est pleine" de Markus Imhoof a été nominé aux Oscars en 1982. "Le voyage de l'espoir" de Xavier Koller en a remporté un en 1991. Ces trois œuvres soutiennent la mémoire de la Suisse dans le "grand cinéma". D'autres font aussi de la défense nationale spirituelle. Ou encore, elles démasquent notre caractère dans des comédies comme "Taxifahrer Bänz", "Uli der Knecht" ou "Les petites fugues" jusqu'à "Grounding". Les films présentés datent de 1920 à nos jours. Dans les différents cinémas, ils sont classés selon 10 thèmes.

Unbenannt-3_26
Le curateur Walter Keller et son équipe ont passé au crible plus de 300 films à la recherche du "parfum de la Suisse". L'actuel rédacteur en chef de Du s'est fait un nom dans le secteur culturel en tant qu'éditeur de Scalo, initiateur du musée de la photographie de Winterthour et éditeur de plusieurs best-sellers comme "Dumm und dick".

Liberté et neutralité : La liberté consiste à pouvoir choisir et décider entre différentes possibilités. Les citoyens doivent participer aux décisions de la collectivité. La démocratie à l'intérieur et la neutralité armée à l'extérieur doivent garantir la liberté. Pour défendre ce bien, chaque Suisse est tenu de servir dans l'armée de milice.

Temps de vie - saison : Les rituels du cycle de vie et de l'année sont appréciés dans les films. Ils favorisent le sentiment de communauté des régions et des communes indépendantes. Les événements de la vie - naissance, baptême, mariage, fêtes populaires, processions, décès - sont autant d'occasions de consolider la communauté ou de s'en démarquer.

Vous et nous : Pendant des siècles, la Suisse est un pays aride et pauvre. Puis elle prend conscience des opportunités que lui offrent ses montagnes, ses vallées et ses lacs. Leur exploitation industrielle et touristique devient possible avec l'augmentation de la mobilité et contribue depuis lors à la prospérité de la Suisse. Mais les étrangers qui souhaitent visiter le pays ou y vivre sont-ils une chance ou un malheur pour la Suisse ?

En détresse : Avortement, travail au noir, abus d'enfants, faim, vol, viol, rupture, solitude, suicide : la tension naît lorsque des personnes et leurs proches se retrouvent dans le besoin. Par leur propre faute ou celle d'autrui. Le pouvoir et l'argent sont des éléments très appréciés des scénarios de films. Ce sont des leitmotivs qui alimentent des récits bouleversants de détresse et de conflit. Amour : le plaisir et le désir physiques sont plutôt rares dans les longs métrages suisses. Volontaire ou hasard ? Les flèches de Cupidon virevoltent dans les airs, mais elles touchent rarement la bonne personne. Ainsi, l'amour n'est pas toujours volontaire, conforme au statut social ou heureux. Et pas toujours légalement.

générations : Les films racontent rarement des histoires de familles intactes. Ils trouvent plutôt leur matière dans des conditions de vie menacées, tragiques ou malheureuses. Les films sur les tensions entre parents, enfants et proches - dans un environnement rural et traditionnel ou urbain et moderne - recherchent le sentiment de cohésion. Ou bien ils parlent de la froideur de la société actuelle.

Travail - Départ : Les représentations classiques du travail industriel sont rares dans les films de fiction suisses. Les scènes de travail à la ferme et les aperçus de la vie quotidienne au bureau sont la règle. La place financière, l'élevage et l'agriculture semblent plus appropriés comme sujet de film. Le changement historique dans le monde du travail se fait sans crises de modernisation, comme on en trouve par exemple dans le cinéma anglais.

La foi : Dans les premiers films, les rituels chrétiens tels que le baptême, le mariage et l'enterrement ou les prières de table, du soir et d'intercession sont profondément enracinés dans la vie des gens. La conquête des montagnes pour l'utilisation de l'eau et des pâturages, l'aménagement des sommets pour le tourisme et le percement des Alpes nécessitent des techniques de construction et d'ingénierie audacieuses.

Origine - Mythe : Les longs métrages ont du mal à gérer la complexité. Ils ont besoin de héros et d'adversaires. Le personnage de Guillaume Tell, le tireur à l'arbalète, joue un rôle important dans le cinéma suisse. La manière dont il tire la pomme de la tête de son fils sur ordre des autorités est d'abord représentée avec pathos, puis, dans les films ultérieurs, de manière ironique ou satirique. Il en va de même pour les serments de fidélité et les batailles historiques.

Nature - Culture : La nature est la seule ressource de notre pays. Sa signification existentielle trouve son pendant dans une riche tradition de mises en scène émouvantes. Pour l'homme moderne, la nature sert de contre-monde à la "ville" et représente la santé, la liberté et l'écologie - ou l'arriération. Les descriptions de forces naturelles destructrices sont nombreuses : éboulements, avalanches, ruptures de glaciers, inondations.

Ceux qui le souhaitent peuvent également redécouvrir 29 films dans leur intégralité lors de manifestations parallèles. Le Musée national dispose également d'une boutique de DVD et d'un lunch cinéma.

Andreas Panzeri

Unbenannt-4_39
L'entrée de l'exposition au Musée national se fait par un chemin de pop-corn sous verre.
 

Plus d'articles sur le sujet