En route pour la longue marche vers Berne

La fenêtre publicitaire prévue par la chaîne privée française M6 ne sème pas la confusion qu'en Suisse romande

La fenêtre publicitaire prévue par la chaîne privée française M6 ne sème pas seulement la confusion en Suisse romandepar Anita Vaucher La date de lancement de la fenêtre publicitaire de M6 reste incertaine. L'Office fédéral de la communication attend la copie de l'autorisation de la France, les câblo-opérateurs négocient depuis des semaines avec M6. Le directeur général de la TSR, Gilles Marchand, appelle à une marche vers Berne autour d'un café et de croissants.
Pour Gilles Marchand, directeur de la Télévision Suisse Romande (TSR), la fenêtre publicitaire prévue par la chaîne française M6 est un chiffon rouge. Il estime la perte de recettes publicitaires pour la TSR entre 10 et 12 millions de francs (WW 39/01). Cependant, le spectre n'a pas été aperçu le 1er novembre, la deuxième date de lancement annoncée. Et selon l'Office fédéral de la communication (OFCOM), aucune date définitive n'a encore été fixée pour la mise en service de la fenêtre publicitaire. Selon son collaborateur Bernhard Bürki, l'OFCOM attend toujours le papier que l'autorité de surveillance française CSA a délivré à la chaîne M6 et qui l'autorise à exploiter la fenêtre publicitaire suisse.
La confusion est grande à l'OFCOM, car selon Bürki, les demandes répétées au CSA sur l'endroit où se trouve la copie de l'autorisation n'ont jusqu'à présent pas porté leurs fruits. Mais il se peut que l'on interprète secrètement ce retard comme un signe que le CSA a peut-être changé d'avis et que cela crée une nouvelle marge de négociation.
Tout est une question d'interprétation, estime Bürki pour WerbeWoche. La convention européenne sur les émissions télévisées transfrontalières est en discussion.
Entre-temps, une rumeur persiste selon laquelle une partie des câblo-opérateurs au moins ne mettrait pas du tout en ligne la fenêtre publicitaire - par solidarité ou par obéissance aux chaînes de télévision privées liées à la TSR. Cette rumeur n'est certes confirmée nulle part, mais le fait que M6 continue de négocier avec les câblo-opérateurs attire l'attention.
Mais les problèmes techniques ne se posent certainement pas, puisque M6 dispose déjà aujourd'hui d'une couverture technique de 91 pour cent en Suisse romande. Les négociations devraient plutôt indiquer que M6 s'est heurté à un refus inattendu de la part des opérateurs de réseau. En septembre encore, elle avait annoncé le lancement par
1er octobre.
L'objet des négociations n'est pas clair. Même les câblo-opérateurs comme TéléGenève ne veulent pas encore se prononcer sur la mise en place de la fenêtre M6. Le téléréseau de Nyon prétend même ne jamais avoir entendu parler de la fenêtre publicitaire de M6. Ce qui est sûr, c'est qu'une fenêtre publicitaire sans portée dans les villes de Suisse romande n'intéresse pas les annonceurs.
Le directeur de la TSR Gilles Marchand a invité à un café et des croissants
La société de commercialisation IP Multimedia est donc perplexe. La porte-parole Bettina Singeisen espère simplement que la fenêtre publicitaire de M6 pourra être lancée "cette année encore".
Pendant ce temps, le directeur général de la TSR, Gilles Marchand, et le bureau de Publisuisse pour la Suisse romande ont offert un café et des croissants. Lors de ce petit-déjeuner dans la tour de la TSR, les représentants des agences de publicité et de médias de Suisse romande ont été littéralement traités et invités à faire du lobbying à Berne contre la fenêtre publicitaire de M6 et à jurer fidélité à la TSR. Cela ne devrait pas être facile, car les publicitaires et les planificateurs médias romands se sont plaints publiquement ces derniers temps du manque d'alternatives à la TSR.
Selon Charly Schwarz, directeur d'Initiative Media Suisse, il ne faut pas surestimer la fenêtre de M6. Dans Le Temps, il estime la perte pour la TSR à 6 millions de francs au maximum. Il pense que la publicité au cinéma et les médias spécifiques aux jeunes auraient davantage à souffrir, car M6 vise plutôt un public jeune.

Plus d'articles sur le sujet