Les jeunes sont de plus en plus victimes de harcèlement sexuel en ligne

Près de la moitié des jeunes interrogés dans le cadre d'une enquête ont déclaré avoir déjà reçu des avances sexuelles non désirées de la part d'un inconnu en ligne. Les filles sont particulièrement touchées par ce phénomène. En outre, l'utilisation du téléphone portable a fortement augmenté. Telles sont les conclusions de l'étude James réalisée par ZHAW et Swisscom.

james-lieblingsapps-2020

Au cours des six dernières années, le harcèlement sexuel sur Internet a nettement augmenté, passant de 19 % à 44 %. Selon l'étude James - Youth, Activity, Media, Survey Switzerland - les filles sont plus souvent victimes de harcèlement sexuel (55 %) que les garçons (28 %).

"Bien sûr, les jeunes de cet âge sont de plus en plus intéressés par les contenus sexuels. Mais c'est tout autre chose lorsque les jeunes y sont involontairement confrontés", a déclaré Michael In Albon, responsable de la protection des médias pour la jeunesse chez Swisscom, cité dans un communiqué de la ZHAW et de Swisscom. L'augmentation significative de ce type de harcèlement est également liée à la banalisation des contenus sexualisés sur l'internet.

 

La "cyberintimidation" touche même les plus jeunes

Selon les chercheurs, l'intérêt pour les contenus érotiques et sexuels fait partie de la croissance et du développement de sa propre sexualité. Cependant, elle peut aussi être problématique, car certains contenus pornographiques véhiculent une image fausse ou partiale de la sexualité et peuvent parfois avoir un effet perturbateur. L'enquête a montré qu'une bonne moitié des jeunes de 18 et 19 ans avaient consulté des contenus pornographiques sur leur téléphone portable ou leur ordinateur ou avaient reçu des images érotiques.

Un quart des jeunes ont également été confrontés à ce que l'on appelle la "cyberintimidation", dont un jeune de 12 et 13 ans sur dix.

 

Tiktok de plus en plus important

L'étude de James montre également que l'utilisation du téléphone portable a fortement augmenté au cours des deux dernières années. Le week-end, elle est supérieure de près de deux heures à celle de 2018, à cinq heures. En semaine, elle est supérieure d'environ 40 minutes à celle d'il y a deux ans, à trois heures par jour.
Les réseaux sociaux sont particulièrement importants pour les jeunes, qui y consultent et "aiment" les messages des autres. Instagram, Snapchat et Tiktok ont dépassé la plateforme Facebook : 90 % ont un compte sur Instagram ou Snapchat, trois jeunes sur quatre sur Tiktok. Seuls 14 % d'entre eux utilisent encore Facebook, contre 79 % en 2014.

FireShot-Capture-178---JAMES-Studie---ZHAW-Angewandte-Psychologie---www.zhaw_.ch_

Moins de prudence sur les réseaux sociaux

Cependant, les jeunes semblent être moins prudents sur les réseaux sociaux : Alors qu'en 2014, 81 % des personnes interrogées protégeaient leur vie privée au moyen de paramètres techniques, elles étaient 66 % en 2020.

Selon les chercheurs, la cause est probablement l'algorithme des réseaux : "Si les jeunes restreignent leur vie privée, ils sont moins visibles et reçoivent moins de couverture. Cela limite les possibilités d'obtenir des "likes"", a déclaré le psychologue des médias Gregor Waller du ZHAW.

 

Différences d'utilisation entre les sexes

En outre, l'étude de James a montré que les filles et les garçons utilisent leur téléphone portable à des fins différentes : Les filles communiquent principalement via les réseaux sociaux, écoutent plus souvent de la musique et 86 % prennent régulièrement des photos (contre 62 % des garçons).
Pour les garçons, en revanche, l'accent est mis sur les vidéos et les jeux en ligne. Deux tiers d'entre eux jouent régulièrement à des jeux, contre seulement dix pour cent des filles. Le problème est qu'un peu moins d'un quart des joueurs mineurs déclarent jouer régulièrement à des jeux qui ne sont pas autorisés pour leur âge.

FireShot-Capture-172---JAMES-Studie---ZHAW-Angewandte-Psychologie---www.zhaw_.ch_

Plus de famille, moins d'amis

Autre tendance de l'étude de James, les trois quarts des foyers adolescents disposent d'un abonnement tel que Netflix, contre 38 % en 2016. Les abonnements forfaitaires pour le streaming musical et les jeux ont également augmenté de manière significative. 

Selon les chercheurs, le verrouillage partiel pourrait avoir accéléré ce développement. Les jeunes utilisaient probablement davantage les services de streaming pour se distraire ou pour échapper à la réalité qui les stressait, a déclaré le psychologue des médias de la ZHAW, Daniel Süss.

La crise de Corona a probablement aussi renforcé une autre tendance : la famille devient de plus en plus importante pour les jeunes. Par exemple, un tiers des participants ont déclaré avoir fait quelque chose avec leur famille (2010 : 16%), et deux tiers avec leurs amis (2010 : 62%). (SDA/swi)

FireShot-Capture-175---JAMES-Studie---ZHAW-Angewandte-Psychologie---www.zhaw_.ch_

Dans le cadre de la Étude de James (Youth, Activity, Media - Survey Switzerland), qui est réalisée tous les deux ans, la Haute école spécialisée de Zurich ZHAW et Swisscom ont interrogé environ 1000 jeunes de Suisse âgés de 12 à 19 ans sur leur comportement en matière d'utilisation des médias.

(Visité 76 fois, 1 visite aujourd'hui)

Plus d'articles sur le sujet