Publicitas est enfin au bout du rouleau

L'agence de publicité Publicitas a déposé une demande de faillite auprès du tribunal de district de Bülach. Une tentative de sauvetage avec un nouveau modèle économique a échoué à cause des éditeurs. L'ancien dominateur du marché publicitaire suisse appartient donc à l'histoire.

publicitas-tage

Dans une tentative de sauvetage, Publicitas avait demandé aux éditeurs de se réunir mercredi. Par la suite, l'entreprise traditionnelle, vieille de plus de 125 ans, a envoyé un communiqué dans lequel elle déclare : "Publicitas se bat pour les votes de 800 éditeurs.

En l'absence de réponses, Publicitas a prolongé le délai pour les commentaires du 10 au 14 mai. Or, il s'est avéré avant l'échéance que trop peu d'éditeurs se sont montrés intéressés par le nouveau modèle économique. Les employés ont reçu une invitation le jour de l'Ascension pour une conférence Skype le vendredi matin. L'entreprise employait environ 270 personnes en Suisse.

Publicitas avait demandé un moratoire provisoire pour la restructuration de ses dettes le 3 mai. Le nouveau modèle d'entreprise faisait partie du plan de restructuration. Le cœur du plan était un modèle de commission qui était censé réduire les risques pour les entreprises de médias. Une réduction de la dette devait également avoir lieu. En outre, les éditeurs devaient prendre une participation de 50 % dans Publicitas à l'avenir.

Le syndic Urs Boller a confirmé à l'agence de presse SDA un premier message du portail média Petit rapport. Il avait lui-même déposé le bilan et Publicitas avait fait de même. La demande de moratoire provisoire a été retirée.

Litige prévisible

On suppose que l'un ou l'autre litige pourrait éclater au sujet de l'héritage de Publicitas. La maison d'édition Ringier a déjà intenté un procès. Elle est dirigée contre un accord de cession de créances entre Publicitas et la société financière luxembourgeoise Thalos, comme l'a rapporté le responsable de la communication René Beutner dans l'édition en ligne du Handelszeitung a confirmé vendredi.

Les Luxembourgeois avaient conclu le contrat de cession avec Publicitas pour garantir un prêt de restructuration de CHF 15 millions en février. En conséquence, Thalos est favorisé par rapport aux autres créanciers en cas de faillite.

La maison d'édition Tamedia a également un contrat de mission avec Publicitas. Selon Christoph Zimmer, porte-parole de Tamedia, le contrat est en place depuis 2016, date à laquelle le contrat devait être renouvelé et le flux des paiements s'est arrêté. Il n'a pas encore été décidé si les entreprises de médias intenteront une action en justice contre la maison d'édition Tamedia du président de l'éditeur Pietro Supino. M. Zimmer a déclaré que l'accord avec les Luxembourgeois n'était pas comparable au contrat avec Tamedia. Il ne s'agissait guère de prestations publicitaires de Thalos en faveur de Publicitas.

Planification de l'entreprise successeur

Publicitas a connu des difficultés après que de plus en plus d'éditeurs aient mis fin à leur coopération avec la société. Tamedia a été le premier à se retirer, suivi par d'autres entreprises de médias. Ils se sont tous plaints du mauvais comportement de paiement et des dettes impayées.

Zimmer, porte-parole de Tamedia, a expliqué que cette évolution n'était positive pour personne, y compris pour Tamedia. Attendre n'aurait fait qu'empirer la situation. Tamedia, NZZ, AZ Medien, le "Corriere del Ticino" et l'Association suisse des éditeurs de médias ont annoncé, après la demande de sursis concordataire de Publicitas, qu'ils allaient créer une nouvelle société chargée des campagnes médiatiques. Ringier n'était pas à bord pour l'instant.

Publicitas, comme les autres entreprises de presse, a souffert du déclin marqué de la publicité imprimée. La société a été plusieurs fois dans le rouge par le passé, s'est retirée des affaires étrangères, s'est réduite et s'est restructurée. (SDA / ank)

(26 visites, 1 visite aujourd'hui)

Plus d'articles sur le sujet