Les erreurs doivent être corrigées immédiatement et de manière transparente : Le Conseil de la presse réprimande Kath.ch

Les médias doivent corriger "immédiatement" les erreurs dans leurs comptes rendus et, en particulier en cas d'erreurs plus graves, rendre transparent ce qui était faux. Le Conseil de la presse a partiellement accepté une plainte contre le portail en ligne Kath.ch, comme il l'a communiqué mercredi.

Le site Portail du Centre catholique des médias avait, dans un reportage d'octobre 2022 sur le site concurrent Swiss-cath.ch a confondu deux personnes, dont son rédacteur en chef. Ce dernier a déposé une plainte auprès du Conseil de la presse parce que le rédacteur n'avait pas corrigé correctement l'erreur.

Le Conseil de la presse a considéré que les devoirs de vérité et de rectification avaient été violés. Dans sa prise de position, il a précisé comment les corrections devaient être effectuées correctement. Elles doivent être immédiates et transparentes. De plus, la modification doit être signalée directement dans le texte.

Il faut préciser ce qui était faux et ce qui est désormais correct. Les auteurs devraient signaler la modification directement dans le texte et ne pas se contenter de mentionner les faits corrects dans le texte lui-même, sans aucun commentaire.

L'année dernière, le Conseil de la presse a traité 104 plaintes au total, soit 10 de plus que l'année précédente. Selon l'instance d'autorégulation pour les questions d'éthique des médias, c'est surtout le compte rendu identifiant qui donne régulièrement lieu à des plaintes. Dans son rapport annuel, la présidence a plaidé pour des comptes rendus non identifiants même en cas de délits graves. (SDA)

Plus d'articles sur le sujet