Disney rattrape Netflix avec ses services de streaming

Il y a moins de trois ans, Disney a commencé à rattraper Netflix dans le domaine du streaming. Aujourd'hui, une étape importante a été franchie : le géant du divertissement a fait jeu égal en termes de nombre d'utilisateurs. Disney profite de son offre élargie à trois services.

DisneyAvec ses offres de streaming, Disney a rattrapé Netflix, leader du marché depuis de nombreuses années. Les services Disney+, Hulu et ESPN+ ont totalisé environ 221 millions d'abonnés au cours du dernier trimestre. C'est à peu près le nombre qu'avait Netflix après avoir perdu environ un million d'abonnés.

Parallèlement, avec le lancement d'une version avec publicité, les clients de Disney+ devront s'attendre à payer un supplément s'ils veulent continuer à regarder le programme sans interruption. Jusqu'à présent, le géant américain du divertissement s'est accommodé de pertes importantes dans le domaine du streaming.

Disney+, qui propose par exemple des films et des séries issus de l'univers des bandes dessinées Marvel et de "Star Wars", a de nouveau été le moteur de croissance évident au cours du dernier trimestre. Le service, qui n'a été lancé qu'en novembre 2019 comme chasseur de Netflix, a gagné 14,4 millions de clients en trois mois et compte désormais un peu plus de 152 millions d'abonnements.

Avec la série Star Wars "Obi-Wan Kenobi" et "Ms. Marvel" de Marvel, Disney+ a récemment remporté deux succès. Les observateurs du secteur considèrent que les nombreux services de streaming sont en concurrence pour s'imposer comme incontournables auprès des consommateurs, compte tenu de l'inflation et des inquiétudes conjoncturelles.

Le marché indien sous-estimé

La croissance de Disney+ a été nettement supérieure aux attentes des analystes. Le marché indien a joué un rôle central dans cette progression, avec environ huit millions d'abonnés supplémentaires, portant le service Disney+ Hotstar à plus de 58 millions de clients. Disney s'est toutefois retiré de la lutte d'enchères pour les matchs de cricket, qui attirent actuellement les spectateurs vers le service.

Aux Etats-Unis, le nombre d'abonnés à Disney+ a stagné à 44,5 millions, a annoncé le groupe mercredi après la clôture de la bourse américaine. Sur l'ensemble des activités internationales, hors Inde, Disney+ compte désormais 49,2 millions de clients, soit une augmentation de six millions en trois mois.

Différence importante : en Inde, le groupe ne perçoit en moyenne que 1,20 dollar par mois et par client, contre environ 6,30 dollars aux États-Unis et dans d'autres pays.

Le service sportif ESPN+ compte désormais près de 23 millions d'abonnés et le troisième service de streaming de Disney, Hulu, compte 46 millions d'utilisateurs. A l'étranger, comme en Allemagne, les contenus de Hulu et de la chaîne de télévision ABC de Disney sont inclus dans l'application de Disney+.

Perte due à des coûts de production élevés

La perte opérationnelle de la branche Disney avec les activités de streaming a grimpé en flèche pour atteindre un peu plus d'un milliard de dollars. Au même trimestre de l'année précédente, le déficit était nettement moins important, avec 293 millions. Le groupe évoque entre autres les coûts de production élevés.

Disney profite de la popularité de ces services pour tester le potentiel d'augmentation des prix. Ainsi, aux Etats-Unis, le prix actuel de 7,99 dollars du 8 décembre est valable pour la version de Disney+ avec publicité. Ceux qui veulent continuer à regarder sans publicité doivent payer 10,99 dollars. Chez Hulu, le prix augmente de 1 à 2 dollars par mois selon le modèle d'abonnement.

ESPN+ a également annoncé récemment une augmentation des prix aux États-Unis. Netflix est également en train de créer de toutes pièces une version avec publicité et espère la lancer pour la fin de l'année. Lors d'une conférence téléphonique avec des analystes, le directeur général du groupe, Bob Chapek, s'est montré convaincu que l'augmentation des prix n'entraînerait pas à long terme une fuite des clients.

Pendant ce temps, l'argent de l'empire du divertissement a été gagné par les activités classiques de la division câble TV ainsi que par les studios de cinéma, les parcs à thème, les centres de vacances et les bateaux de croisière. Ainsi, les recettes de la branche des parcs à thèmes ont bondi de 70 pour cent à 7,4 milliards de dollars par rapport au même trimestre de l'année précédente, marqué par les mesures Corona, et le bénéfice d'exploitation a été multiplié par 2,2 milliards de dollars.

"Nous avons eu un excellent trimestre", a annoncé Chapek. Le chiffre d'affaires du groupe a augmenté de 26 pour cent pour atteindre 21,5 milliards de dollars. Le bénéfice a augmenté de 53 pour cent pour atteindre 1,4 milliard de dollars (1,36 milliard d'euros). (SDA)

(Visité 133 fois, 1 visite aujourd'hui)

Plus d'articles sur le sujet