"Année record" 2021 : Ringier augmente nettement son bénéfice

Après une première année de pandémie difficile en 2020, le groupe Ringier a de nouveau nettement mieux gagné sa vie en 2021 : le bénéfice opérationnel avant dépréciations et amortissements (Ebitda) est passé de 84,4 millions de francs à 123,7 millions de francs.

RingierLe patron de Ringier, Marc Walder, a parlé de la meilleure année depuis que Ringier s'est engagé dans la transformation numérique.

Le bénéfice opérationnel de l'année dernière est donc même supérieur au niveau d'avant Corona : en 2019, il s'élevait encore à 114,1 millions de francs.

Le chiffre d'affaires a augmenté l'an dernier de 953,7 millions à 965,3 millions de francs, comme le montre le rapport annuel publié lundi. Ringier n'a toutefois pas encore atteint le niveau d'avant Corona. En 2019, le chiffre d'affaires était de 984,8 millions.

73% gagnés grâce aux activités numériques

L'année dernière, Ringier a déjà gagné 73 pour cent de son bénéfice opérationnel avec ses activités numériques, en premier lieu avec les places de marché et les plateformes de médias.

Après la difficile année Corona 2020, Ringier est à nouveau sur la voie de la croissance, a déclaré le patron de Ringier Marc Walder lundi lors d'une manifestation pour les collaborateurs. Pour lui, 2021 est une "année record". Il s'agit de la meilleure année depuis que Ringier s'est engagé dans la transformation numérique en 2008.

Selon Walder, cette année a également été importante pour le journalisme. "Les médias n'ont jamais été aussi importants qu'en ces temps compliqués". Après la pandémie, il y a maintenant une guerre.

Une information fiable et digne de confiance est plus importante que jamais. Ringier veut profiter de ce vent favorable qu'elle ressent et qu'elle peut aussi mesurer. Malgré les places de marché en ligne et d'autres branches de revenus, Ringier possède toujours 110 marques de médias.

Ringier veut conquérir le métavers

Pour Walder, la prochaine grande étape sera le saut dans Metaverse, l'espace numérique dans lequel les avatars se rencontrent, jouent et, surtout, font leurs achats. Pour Walder, Metaverse est quasiment le nouveau média social auquel Ringier doit absolument participer.

Il a vivement encouragé les collaborateurs à faire eux-mêmes leurs premières expériences dans le Metaverse afin de pouvoir se préparer à l'avenir. Walder n'a pas encore présenté de projets concrets. Mais pour Ringier, une présence se justifierait par exemple pour les plateformes immobilières et les marques médiatiques.

La visite d'un logement annoncé pourrait se faire par exemple dans le métavers. Le site Voir est vu et consommé dans le monde numérique. "Le potentiel est énorme", a poursuivi Walder. Il a lui-même tenu une réunion dans le Metaverse et a été enthousiasmé.

Pour l'éditeur Michael Ringier, les avatars de Metaverse sont jusqu'à présent encore "des petites figures un peu enfantines", comme il l'a admis lors de l'information des collaborateurs. Il ne peut pas encore vraiment s'imaginer si cela fonctionne vraiment, mais il se laissera volontiers convaincre du contraire. (ats).

Michael Ringier

Plus d'articles sur le sujet