Les avocats de Ringier et de Spiess-Hegglin ne se font pas de cadeaux

Lors du procès devant le tribunal cantonal de Zoug, l'avocate de Jolanda Spiess-Hegglin et le représentant du groupe de médias Ringier se sont vivement affrontés mercredi. Spiess-Hegglin réclame de l'argent à l'éditeur pour atteinte présumée à la personnalité, Ringier conteste une telle atteinte.

Le groupe de médias avait déjà été condamné en 2020 pour atteinte à la personnalité. Il s'agissait alors d'un article dans lequel le Voir 2014, avait décrit des événements présumés lors de la Landammannfeier de Zoug et l'avait accompagné du nom et de la photo des membres du Grand Conseil zougois de l'époque, Spiess-Hegglin (Verts) et Markus Hürlimann (UDC).

Après ce premier article, Ringier a publié plus de 160 autres informations sur le sujet dans ses titres imprimés et en ligne, qui planent comme une ombre sur Spiess-Hegglin, a déclaré son avocate devant le tribunal. Sa cliente est considérée comme une figure irritante dans de nombreux cercles.

La représentante de Spiess-Hegglin a demandé au tribunal de constater que cinq de ces articles avaient porté atteinte à la personnalité de sa cliente. En conséquence, Ringier devrait restituer le bénéfice ainsi réalisé.

Pas d'intérêt public

Elle a fait référence aux fausses informations contenues dans les articles et a fait valoir une grave atteinte à la sphère intime de la plaignante, par exemple avec des déclarations sur les traces d'ADN. Elle a fait valoir qu'il n'y avait pas d'intérêt légitime du public à être informé.

Le représentant de Ringier a répondu que les cinq articles cités ne portaient pas atteinte au droit. Ils doivent être considérés dans le contexte de la réalité médiatique de 2015. "Et à ce moment-là, cette fête du Landammann était devenue depuis longtemps un sujet de débat public et ne relevait plus de la sphère intime".

Il en a été autrement lors du premier procès, a expliqué l'avocat du groupe de médias. A l'époque, Ringier s'était vu reprocher d'avoir été le premier à écrire quelque chose. Par la suite, la plaignante a elle aussi tout fait pour que d'autres histoires voient le jour. S'il n'y a pas d'atteinte à la personnalité, la remise du gain n'est pas nécessaire.

"Aucun effet perturbateur"

Ringier a supprimé les articles, a expliqué l'avocat. Ceux-ci ne pouvaient donc pas avoir d'effet de perturbation ni justifier un état de perturbation. La plainte doit être rejetée. Malgré la suppression, on aurait le droit de se défendre contre les prétentions dans ce nouveau procès.

La suppression a été un échec total, a rétorqué l'avocate. Les articles peuvent toujours être trouvés sur Internet. Il s'agit maintenant pour Ringier de divulguer les bases permettant de calculer les bénéfices. Mais le groupe refuse de le faire, sous prétexte qu'il s'agit de secrets d'affaires.

En règle générale, seuls les multimillionnaires peuvent se permettre de porter plainte contre une campagne médiatique, a déclaré l'avocate. Spiess Hegglin est soutenue par plus de 1000 personnes, c'est pourquoi elle peut se le permettre. L'avocate a comparé la campagne à celle menée contre Carl Hirschmann. Dans ce cas, Ringier a trouvé un accord extrajudiciaire.

"Lettre morte"

Avec la procédure à Zoug, il y a maintenant une chance de définir la base et la procédure pour que la remise de gains ne reste plus lettre morte dans le droit des médias et de la personnalité, a expliqué la représentante de Spiess-Hegglin.

Selon l'avocate, les cinq articles ont généré des recettes d'environ 350'000 francs. Ce chiffre est "beaucoup trop élevé" selon Ringier : les articles en ligne auraient rapporté à peine 2000 francs de bénéfice.

L'avocate a qualifié la plaidoirie du représentant de Ringier de "satire réelle complètement ratée" et a demandé pourquoi le CEO de Ringier Marc Walder s'était excusé publiquement auprès de Spiess-Hegglin. De son côté, l'avocat de Ringier a qualifié la remarque de satire réelle d'"impertinence assez grossière".

Le jugement ou l'éventuelle administration de preuves supplémentaires sont communiqués par écrit. (SDA)

(270 visites, 1 visite aujourd'hui)

Plus d'articles sur le sujet