Corona et désinformation : l'importance du journalisme augmente

Les médias de qualité remplissent une fonction de classification dans la pandémie de Corona et freinent la désinformation. Mais la situation économique du journalisme s'est encore détériorée. L'acceptation du financement des médias, en revanche, est relativement élevée en Suisse.

Le Centre de recherche Public et Société Fög de l'Université de Zurich a publié lundi son annuaire "Qualité des médias 2021". Depuis 2010, le centre examine chaque année l'évolution des médias suisses.

Selon le rapport, le thème de la désinformation - c'est-à-dire la diffusion délibérée de fausses nouvelles - est définitivement arrivé en Suisse avec la pandémie de Corona. C'est ce que montrent les résultats d'une enquête représentative menée par le Fög en Suisse à la fin de l'année 2020.

Près de la moitié des personnes interrogées (49%) considèrent la désinformation comme un problème "important" à "très important", notamment pour faire face aux crises sociales. Un peu moins d'un quart d'entre eux disent tomber "souvent" ou "très souvent" sur des fausses nouvelles. Les principales sources de désinformation citées par les participants à l'étude sont les médias sociaux (62%), les médias alternatifs (39%), les portails vidéo (36%) ou les applications de messagerie (28%). Les médias professionnels journalistiques tels que les sites d'information (20%) ou la télévision (13%) sont moins souvent mentionnés comme source de désinformation. Au contraire, la population utilise les informations des médias journalistiques (61%) et celles du gouvernement fédéral et des autorités (68%) pour vérifier le contenu des fake news.

Plus de classification par les médias

Lors de la deuxième vague de la pandémie, les médias accordent également une très grande attention au thème de Corona, mais moins que lors de la première vague, malgré l'augmentation du nombre de cas.. Le coronavirus est également présenté explicitement comme une menace moins souvent (6%) que lors de la première vague (16%). "Un "alarmisme", comme les médias en sont souvent accusés, ne peut donc pas être déterminé de manière empirique", déclare Mark Eisenegger, expert en médias et directeur du Fög. La proportion d'articles de presse très positifs envers les autorités reste faible (0,3%). Ainsi, l'accusation d'un "court reporting" non critique n'est pas confirmée. Les chiffres et les statistiques sont plus fréquemment classés par les médias par rapport à la première vague (21% contre 12% lors de la première vague), ce qui est positif.

Diversité limitée des experts

Une autre conclusion du rapport est que la diversité des experts de la deuxième vague de la pandémie reste toutefois très limitée. Ainsi, les voix de la médecine, de la virologie et de l'épidémiologie continuent de dominer, bien que presque tous les secteurs sociaux soient touchés par la pandémie. Les femmes scientifiques sont devenues plus visibles (21% contre 12% lors de la première vague), mais restent nettement sous-représentées par rapport à leurs collègues masculins.

Cette sous-représentation des femmes dans la couverture médiatique existe également au-delà de la couverture de l'affaire Corona, puisqu'une autre enquête a été menée sur le sujet. Etude de Fög sur la représentation des femmes dans les émissions des médias suisses. Une diversité limitée est également confirmée dans l'étude de la campagne référendaire sur l'interdiction du port du voile du 7 mars 2021. La minorité musulmane concernée est peu visible sur Twitter (13%) et dans les médias (11%). Au lieu de les laisser s'exprimer, on s'est souvent contenté de parler des musulmans en termes généraux.

Plus de qualité dans les médias de banlieue et les tabloïds en ligne

Selon le rapport du Fög, la qualité des médias reste globalement stable, mais évolue dans certaines dimensions. Les médias informent davantage sur la politique (37%, +5 points de pourcentage par rapport à l'année précédente) et moins sur les informations non techniques comme le sport (10%, -1,5 PP) et l'intérêt humain (30%, -1,3 PP). La part des services de classification sous forme de contributions de fond n'a pas diminué pour la première fois en six ans.

Les types de médias tels que la radiodiffusion publique et les sites d'information par abonnement continuent d'exceller en termes de qualité. Mais les médias de banlieue et les tabloïds en ligne peuvent améliorer leur qualité en raison de la situation événementielle et de l'accent mis sur la politique.

La concentration des contenus, c'est-à-dire le partage de contributions identiques dans plusieurs médias, s'est accentuée en Suisse alémanique. En 2020, on peut le constater dans presque toutes les matières, mais surtout dans les rapports culturels.

La promotion médiatique est fortement acceptée

La pandémie de Corona a encore aggravé la situation économique des médias, indique le rapport. Pour la première fois depuis 2014, les revenus du marché de la publicité en ligne sont également en baisse. Bien que la volonté de payer pour des informations en ligne augmente légèrement (17%, +4 PP). Toutefois, cela ne suffit pas pour financer durablement le journalisme.

Selon M. Fög, une promotion plus active des médias ne suscite pas de rejet fondamental. 37% des personnes interrogées sont d'avis que l'État devrait soutenir les médias privés s'ils rencontrent des difficultés ; 37% sont contre, 26% sont indécis. En comparaison internationale, l'acceptation du financement direct des médias en Suisse est donc étonnamment élevée.

Le bon journalisme a besoin de ressources

Les résultats de l'annuaire montrent que les médias professionnels ont une fois de plus gagné en importance à la suite de la pandémie. Les médias offrent une orientation, fournissent à la population des informations fiables et sont également en mesure de vérifier et de réfuter les fausses nouvelles. Le bon journalisme, qui est censé remplir ses fonctions démocratiques, a besoin de ressources. "Il est de plus en plus évident que le journalisme de qualité ne peut être financé que par un financement direct des médias", est convaincu Eisenegger. Il convient également de soutenir les petits fournisseurs de médias et les jeunes pousses en particulier, qui contribuent à la diversité des voix et à l'information de la population. (pd/swi)

(Visité 105 fois, 1 visite aujourd'hui)

Plus d'articles sur le sujet