À cause du "système de copains", il y a peu de femmes dans l'industrie cinématographique.

L'Office fédéral de la culture (OFC) a commandé une étude sur les raisons de l'écart important entre les sexes dans la production cinématographique suisse. L'étude montre que les femmes se situent en dehors du "système de copinage".

(Source : Bak.admin.ch)

La différence entre les études et la profession est frappante : à peu près le même nombre de femmes que d'hommes sortent d'une école de cinéma suisse, après quoi un fossé se creuse. "Les femmes sont sous-représentées dans la réalisation de films professionnels", écrit le bureau de recherche Interface. En 2020, elle a réalisé une étude sur l'égalité des cinéastes en Suisse sur mandat de la BAK. Les résultats ont été présentés au Festival du film de Locarno de cette année.

Par exemple, les longs métrages suisses financés par des fonds publics comptent 35 % de scénaristes et de producteurs féminins, seulement 29 % de réalisatrices et un maigre 13 % de directrices de la photographie. Le montage et l'édition font exception, avec un peu plus de la moitié de femmes.

L'effet de génération est présent

On observe toutefois un effet générationnel : "Parmi les plus jeunes cinéastes (nés en 1980 ou après), un tableau plus équilibré se dessine - à l'exception du poste de caméra - avec 37 % de réalisatrices et jusqu'à 50 % de productrices." Des proportions croissantes de femmes sont également enregistrées parmi les jeunes membres des associations professionnelles et les demandes de financement acceptées.

Afin de déterminer les facteurs influençant les conditions inégales, 139 diplômés de l'université du cinéma ont été interrogés par écrit et des entretiens ont été menés avec 16 cinéastes et 10 experts - par exemple d'associations ou d'organismes de financement.

Les obstacles suivants à la carrière des femmes cinéastes sont apparus : pratiquement aucune condition de travail favorable à la famille, un "système de copinage" d'hommes difficile d'accès et une conception stéréotypée des rôles largement répandue. Les jeunes cinéastes, en particulier, sont moins disposés à se soumettre aux connotations masculines des manières, des hiérarchies et des conditions de travail irrégulières pour réussir.

Quelles mesures fonctionnent ?

Le rapport Schuss traite également des mesures en faveur de l'égalité des sexes qui existent déjà ou sont recommandées. Elles vont des campagnes en ligne aux programmes de coaching en passant par des incitations au financement de la culture. Dans le cas du financement fédéral, par exemple, les coûts de prise en charge des enfants et des proches nécessitant des soins sont éligibles depuis 2020. Des recherches plus approfondies devraient montrer quelles mesures augmentent réellement la diversité. (SDA)

(Visité 174 fois, 1 visite aujourd'hui)

Plus d'articles sur le sujet