Le Conseil de la presse réprimande les publications Ringier pour publicité clandestine

Le Conseil de la presse a adressé un blâme à la plateforme en ligne Blick.ch et au magazine Schweizer Illustrierte du groupe Ringier pour ne pas avoir séparé le contenu payant du contenu rédactionnel. Le magazine a publié une série payée par les agriculteurs sans le divulguer. La plateforme en ligne a diffusé de la propagande de vote sans la qualifier de publicité.

L'affaire concernait un article publié à l'approche du vote du 7 mars sur l'identité électronique. Comme le Conseil de la presse l'a relevé vendredi, la mention de blick.ch "en collaboration avec ..." n'est pas suffisante car l'article a été publié sous sa forme habituelle.

Ainsi, la propagande de vote de l'association économique Digital Switzerland ne s'est pas suffisamment démarquée du contenu rédactionnel. La référence était également facile à relire, de sorte que l'article n'était pas clairement déclaré comme une publicité.

Seule la troisième et dernière version répondait aux exigences, comme l'écrit le Conseil de la presse. La phrase claire indiquant qu'il s'agit d'une publicité politique et la mention de l'auteur "Ceci est une contribution payée, présentée par ..." ont créé la transparence nécessaire.

Publicité clandestine pour les agriculteurs

De même, le Swiss Illustrated a violé l'obligation de séparer le contenu payant et le contenu éditorial. Entre avril et juin 2020, le magazine a publié une série de quatre reportages sur les exploitations agricoles dans le cadre de la campagne "Mehr Schweiz im Teller".

Cette opération a été financée par Agro-Marketing Suisse, la société de commercialisation des organisations paysannes. Selon le Conseil de la presse, le financement n'a pas été divulgué. Le premier rapport indiquait qu'il avait été réalisé en collaboration avec des agriculteurs suisses.

Mais ce n'est que dans le dernier article qu'il est dit "en collaboration avec Agro-Marketing Suisse et l'Union suisse des paysans", ce qui, selon le blâme, n'est pas suffisant. Pour que les lecteurs ne soient pas induits en erreur, la collaboration doit être clairement déclarée comme commerciale et rémunérée dans chaque article individuel.

Préoccupations concernant la publicité native

Le Conseil a également rappelé que l'obligation d'étiqueter la publicité s'applique également aux médias sociaux. Par exemple, elle a estimé que la mention "sponsorisé" sur une page Facebook était insuffisante. Le Conseil de la presse recommande plutôt l'étiquetage clair "Partenariat publicitaire payant".

D'une manière générale, le Conseil de la presse s'inquiète de la propagation de ce que l'on appelle la publicité native, c'est-à-dire la publicité dans l'"environnement familier" d'une publication qui ne diffère guère du contenu éditorial. Les éditeurs de journaux sont sous pression pour générer des revenus publicitaires.

Mais des articles commerciaux sous l'apparence d'un texte rédactionnel ne leur rendraient pas service. Ils montrent "un manque de respect pour le lectorat et sapent la crédibilité du journalisme", écrit le Conseil. (SDA)

(Visité 205 fois, 1 visite aujourd'hui)

Plus d'articles sur le sujet