Classement de la liberté de la presse : la Suisse reste dans le peloton de tête

Malgré une nouvelle perte de deux places, la Suisse reste dans le groupe de tête du classement de la liberté de la presse 2021. La Nouvelle-Zélande et le Portugal ont dépassé la Suisse car leurs scores se sont légèrement améliorés. RSF Suisse est néanmoins préoccupé.

Dans le classement publié mardi par Reporters sans frontières (RSF), le résultat de la Suisse est resté stable. Comme l'année précédente, elle a perdu deux places et se classe désormais au 10e rang.

Elle reste donc dans la zone "blanche" du classement mondial. Il s'agit notamment des pays dans lesquels la liberté d'information est la mieux protégée en comparaison internationale, selon les documents des médias.

Toutefois, selon RSF Suisse, ce bon résultat pourrait être remis en question à l'avenir. Le classement ne reflète pas la forte augmentation récente des attaques verbales et parfois physiques contre les professionnels des médias et les médias en Suisse.

"L'hostilité croissante"

La section suisse a exprimé son "extrême préoccupation face à l'hostilité croissante" envers les médias. Cette situation s'était particulièrement aggravée lors de la pandémie de Corona. RSF Suisse attend de tous qu'ils respectent le travail des journalistes, a déclaré Denis Masmejan, secrétaire général de RSF Suisse, cité dans le communiqué de presse.

Le journalisme est le "vaccin le plus important contre la désinformation", écrit RSF. Toutefois, dans 73 % des 180 pays évalués, cette mesure est bloquée en totalité ou en partie. Dans ces pays, l'environnement de la liberté de la presse est très faible, médiocre ou du moins problématique.

Jamais depuis le début des statistiques continues, il n'y a eu aussi peu de pays dans lesquels RSF a évalué la situation de la liberté de la presse comme "bonne". Leur nombre est passé de 13 à 12 ; viennent ensuite, avec des changements mineurs, la Chine, l'ancienne république soviétique du Turkménistan en Asie centrale, la Corée du Nord et le pays africain de l'Érythrée.

La pandémie consolide la répression

Selon RSF, la pandémie a renforcé et consolidé les tendances répressives dans le monde entier : "Dans des pays aussi divers que la Chine, le Venezuela, la Serbie et le Kosovo, des professionnels des médias ont été arrêtés pour leur couverture de Corona", conclut l'enquête mondiale. En Chine, plus de 100 professionnels des médias sont en prison, soit plus que dans tout autre pays du monde.

Les pays nordiques - Norvège, Finlande, Suède et Danemark - restent en tête du classement de la liberté de la presse. Ils sont suivis par le Costa Rica, les Pays-Bas, la Jamaïque, la Nouvelle-Zélande, le Portugal et la Suisse. Le Liechtenstein est classé au 23e rang.

L'Allemagne a été éliminée du groupe de tête, perdant deux places et se retrouvant 13e. "La principale raison de cette note est que la violence à l'encontre des professionnels des médias en Allemagne a atteint une dimension sans précédent en 2020", a déclaré l'organisation pour expliquer cette dégradation. La majorité des agressions physiques et verbales se sont produites lors ou en marge des manifestations contre les mesures Corona, selon l'organisation des reporters. (SDA)

(Visité 271 fois, 1 visite aujourd'hui)

Plus d'articles sur le sujet