Le groupe NZZ Media va réduire ses coûts et licencier du personnel

Le groupe médiatique NZZ veut faire des économies, notamment en réduisant le personnel des rédactions. Ce qu'elle appelle un "affinement de la stratégie" prévoit une réduction des coûts à l'échelle de l'entreprise d'environ 13 millions de francs, soit un peu moins de 10 pour cent. Une réduction de l'emploi d'environ cinq pour cent à moyen terme est également prévue.

nzz-mediengruppe

Certaines de ces suppressions d'emplois se feront par le biais de la fluctuation naturelle, et il y aura également des licenciements individuels, selon une déclaration du groupe de médias NZZ jeudi soir. La plupart des coupes seront effectuées dans le marketing, les ventes, les services, l'impression et la logistique. La contribution des rédactions est inférieure à 30 %.

L'objectif à long terme est d'atteindre 400 000 abonnés payants. Nous avons déjà de bons résultats sur le marché des utilisateurs avec plus de 187 000 abonnés, tous titres confondus. Nous allons probablement atteindre l'objectif de 200 000 abonnés fixé pour 2022", aurait déclaré Felix Graf, PDG du groupe de médias NZZ.

Selon le groupe de médias NZZ, "le portefeuille de produits numériques" sera encore "affiné". Entre autres choses, le NZZqui NZZ le dimanche, NZZ Bellevue ainsi que d'autres offres intégrées via un portail de marque ombrelle et le paywall seront développés. En Allemagne, les rapports et la gamme de produits seront élargis.

 

"Concentration sur l'essentiel"

"Avec la refonte de l'édition imprimée NZZ - sur 32 pages éditoriales en semaine - nous parvenons à la concentration sur l'essentiel souhaitée par de nombreux clients", va NZZEric Gujer, rédacteur en chef, aurait déclaré. Il poursuit : "En outre, nous économisons des coûts tout en maintenant une qualité journalistique élevée.

Un autre élément de l'"affinement de la stratégie" est une coopération plus étroite entre l'Union européenne et l'Union européenne. NZZ et le NZZ le dimanche est prévue. À l'avenir, les synergies seront de plus en plus utilisées lorsqu'elles sont judicieuses d'un point de vue journalistique et organisationnel.

Les deux titres conserveront leurs identités journalistiques, leur indépendance et leur positionnement différents ; en conséquence, il y aura toujours deux rédacteurs en chef indépendants. (SDA)

(Visité 68 fois, 1 visite aujourd'hui)

Plus d'articles sur le sujet