En Suisse, la liberté de la presse est une priorité absolue.

La Suisse reste l'un des pays les mieux protégés au monde en matière de liberté de la presse. Mais comme dans le reste du monde, le journalisme entre dans une décennie décisive. La crise de Corona laisse également des traces.

switzerland-1758854_1280

La Suisse est passée de la 6e à la 8e place dans le classement de la liberté de la presse de l'année en cours, a annoncé mardi l'organisation Reporters sans frontières (RSF). Toutefois, l'indice est resté constant dans le classement annuel.

Le facteur décisif pour le recul de deux places est que la Jamaïque et le Costa Rica ont pu réaliser des gains significatifs dans leurs indices de liberté de la presse. La Suisse reste dans la "zone blanche" des pays où la liberté de la presse est pleinement garantie.

Le classement de la liberté de la presse est dominé par la Norvège, la Finlande et le Danemark. L'Allemagne occupe la 11e place, tandis que les autres pays voisins de la Suisse font moins bien. L'Autriche est en 18ème position, la France en 34ème et l'Italie en 41ème.

 

Situation difficile des médias

Cependant, les médias suisses sont inquiets car la situation économique se détériore rapidement. RSF dénonce la concentration accélérée dans la presse suisse. La diversité des titres est en baisse. Les reportages régionaux, qui sont particulièrement importants dans la démocratie directe pour la formation de l'opinion publique, sont soumis à une forte pression.

En outre, la pandémie de coronavirus est en train de devenir un désastre économique pour les médias. Les revenus publicitaires disparaissent à une vitesse vertigineuse. RSF reproche au Conseil fédéral de refuser d'accorder une aide d'urgence aux médias. La balle est maintenant dans le camp du Parlement.

 

Attaque d'un journaliste

Il est inquiétant que les journalistes soient de plus en plus confrontés à des attaques venant de l'extérieur. A Genève, par exemple, l'entourage du président camerounais Paul Biya a récemment agressé un journaliste de la radio-télévision suisse romande.

En outre, des représentants du gouvernement dans les cantons de Vaud et de Genève ont intenté des actions en justice contre des journalistes. Et un journaliste avait été condamné pour intrusion. Elle avait voulu écrire un reportage dans une maison occupée par des militants.

 

crise de la démocratie

D'une manière générale, l'hostilité envers les journalistes est en hausse dans le monde entier. Une crise de la démocratie se profile à l'horizon. Des élus comme le président américain Donald Trump ou le président brésilien Jair Bolsonaro alimentent la méfiance à l'égard des médias avec des fake news.

Affaiblis par la crise de confiance, les journalistes sont pris pour cible par des citoyens en colère lors de manifestations. En France, ils ont été victimes de violences policières.

 

appel à la mobilisation

"Toutes ces crises font que les dix prochaines années seront cruciales", déclare Christophe Deloire, secrétaire général de RSF. "À quoi ressembleront la liberté, le pluralisme et la fiabilité de l'information en 2030 ? La réponse à cette question est en jeu aujourd'hui."

Selon M. Deloire, les gouvernements autoritaires profitent de la pandémie de coronavirus pour prendre des mesures contre la liberté de la presse qui seraient impossibles en temps normal. La population mondiale est appelée à se défendre contre ces attaques afin que les journalistes puissent continuer à faire leur travail. (SDA)

(11 visites, 1 visite aujourd'hui)

Plus d'articles sur le sujet