La République reçoit de l'argent frais - 2020 est assuré

Selon la NZZ am Sonntag, le magazine en ligne a réuni les moyens nécessaires pour pouvoir faire face à l'année prochaine sans mesures d'économie drastiques.

republik

Début 2019, la RépubliqueD'ici le milieu de l'année, nous sommes à la recherche d'un bailleur de fonds capable d'injecter un million de francs. Comme la NZZ le dimanche semble y être parvenu. La présidente du conseil d'administration Sylvie Reinhard a déclaré au journal que le deuxième tour de financement était "sur le point d'être conclu" et que les premiers contrats avaient été signés. L'information sera donnée lors de l'assemblée générale en décembre.

 

Extension après l'engouement initial

Le magazine en ligne a été lancé en 2018 avec un capital de 7,3 millions de francs. La moitié provenait d'investisseurs, l'autre des nombreux abonnés qui paient 240 francs par an pour ce journal entièrement numérique. Comme cette manière de procéder a permis de récolter plus d'argent que prévu, la République a continué à recruter des journalistes. 50 personnes se partageaient 36 postes à temps plein début 2019. Coût par mois : selon NZZ le dimanche 540 000 francs suisses. Comme plusieurs départs ont eu lieu au sein de la direction, des rumeurs ont rapidement circulé sur le fait que l'avenir de ce projet médiatique très remarqué n'était pas au beau fixe.

 

Beaucoup d'abonnés - mais pas encore assez

En l'état actuel des choses, le République ne manque pas de souffle pour le moment. En plus de l'argent des nouveaux investisseurs, le magazine a également réduit ses coûts (44 personnes et 32 postes à temps plein) et, après une période d'accalmie, il a de nouveau gagné de nombreux nouveaux abonnés. Ils sont actuellement 19'000. Un chiffre considérable, mais encore trop peu pour entrer dans les chiffres noirs. Selon la présidente du CA Reinhard, 24'000 abonnements sont nécessaires pour atteindre le seuil de rentabilité.

 

Le modèle a connu une désillusion au bout de deux ans

Le site NZZ le dimanche doute que Republik franchisse cet obstacle. De nombreux lecteurs seraient confrontés à la fin de l'année à la décision de renouveler ou non leur abonnement. On ne sait pas combien le feront. Dans le Correspondent, le modèle néerlandais de Republik, de nombreux lecteurs se sont désabonnés au bout de deux ans, bien qu'ils aient renouvelé leur abonnement au bout d'un an. La raison : après deux ans, la volonté de soutenir les idées s'est effritée - à un moment donné, seule la satisfaction avec le produit éditorial compte.

Il est bien possible que les abonnés de la République continueront à nous soutenir. Le magazine a évolué sur le plan éditorial et s'est davantage orienté vers le lectorat. Il est devenu plus clair et plus accessible, propose davantage d'actualités tout en continuant à mettre l'accent sur le fond. Les textes presque étouffants et longs de plusieurs milliers de pages des débuts sont devenus plus courts et plus faciles à lire. Le site NZZ le dimanche estime toutefois que les primeurs sont encore peu nombreux. Les enquêtes à valeur d'information sont quelque chose que de nombreux lecteurs attendent d'un magazine en ligne indépendant et purement journalistique.

(34 visites, 1 visite aujourd'hui)

Plus d'articles sur le sujet