Le bureau du Médiateur soutient la plainte contre "Late Update" (mise à jour tardive)

L'organe de médiation de la SSR soutient la plainte contre le reportage "Froschmeier trifft Levrat und Zanetti" de l'émission satirique "Late Update". L'apparence de la présidente de la Jeunesse socialiste suisse (JS) a été ironisée, ce qui l'a réduite à son apparence physique et l'a ainsi discriminée.

elsener-lateupdate

La présidente de la Jeunesse socialiste suisse (JSS), Ronja Jansen, avait contesté l'émission de la télévision SRF du 6 octobre dernier. Selon elle, la séquence la désignait, en tant que nouvelle présidente des JS, comme "Miss JS" et "canon".

Cela est sexiste, car ce sont toujours des femmes qui sont réduites de cette manière à leur apparence, alors que leur domaine d'activité n'a rien à voir avec cela. Les stéréotypes sexistes sont ainsi renforcés et reproduits, et l'émission n'évoque pas non plus la problématique qui y est liée.

Cette argumentation est soutenue par l'ombudsman Roger Blum. Blum lui-même soulève la question de savoir si une telle remarque a sa place dans une émission satirique. "Je pense que non, car elle ne se moque pas de vos actions et de votre comportement, mais ironise sur votre apparence, vous réduisant ainsi à l'apparence physique et vous discriminant ainsi", écrit-il.

La rédaction a argumenté que le journaliste qui posait la question était un personnage de fiction et que les personnages de fiction servaient toujours à déformer le comportement de certains types de personnes. En raison des protestations publiques, Michael Elsener s'est distancié lui-même des déclarations du personnage de Frank-Walter Froschmeier lors de l'émission suivante, en suivant cette argumentation.

"Si l'on réfléchit jusqu'au bout, la remarque du journaliste vedette ne serait pas sexiste, mais une critique du sexisme", écrit encore Blum. Cette argumentation doit être prise au sérieux, mais elle n'est pas entièrement convaincante. En effet, un personnage artistique doit parler conformément à son type. Il cite entre autres les exemples du "HD Läppli" d'Alfred Rasser ou du "Harry Hasler" de Viktor Giacobbo.
Ceux-ci auraient tous eu un comportement conforme à leur type. "Qu'un journaliste allemand prenne un Romand pour un Français est encore relativement plausible", écrit Blum. "Mais est-ce typique des journalistes allemands d'être sexistes ? Ici, le personnage artificiel est sans doute un peu trop sollicité. C'est pourquoi je n'adopte pas la théorie du personnage artificiel".

Début octobre, la cheffe du PLR Petra Gössi s'était déjà plainte d'Elsener de "Late Update", après que celui-ci ait comparé, dans un sketch, l'exigence de responsabilité individuelle à l'utilisation négligente d'armes. (Werbewoche.ch rapporté).

 

Dix envois sur 170 contestés

Dans un communiqué de jeudi, le médiateur Blum indique en outre que seuls dix des plus de 170 reportages sur les élections fédérales diffusés par la radio et la télévision SRF dans les programmes nationaux ont été contestés. Il n'a soutenu la critique que dans deux cas. Cela montre que le travail journalistique a été effectué de manière professionnelle.

La deuxième réclamation qui a été acceptée concernait l'émission "Rendez-vous". Le plaignant avait critiqué le fait qu'il n'était question que de la poussée des femmes au sein du PLR et du PVL. Or, le fait que la proportion de femmes sur les listes des Verts et du PS reste la plus élevée a été occulté. Le PS et les Verts auraient donc dû être mentionnés, selon le médiateur Blum. (SDA/swi)

(Visité 19 fois, 1 visite aujourd'hui)

Plus d'articles sur le sujet