Les employés de journaux menacés de licenciement déposent des plaintes

Le syndicat Syndicom a présenté des revendications sur les suppressions d'emplois imminentes au nom des personnes qui distribuent la Zentralschweiz am Sonntag. Elle affirme que Presto Presse-Vertriebs AG doit engager un dialogue sérieux avec les personnes concernées afin d'éviter les cas de rigueur.

presto_zas

Il y a quatre semaines, la maison d'édition CH Media a annoncé qu'elle cesserait de publier le journal dominical Zentralschweiz am Sonntag à la fin du mois de juin. (Werbewoche.ch rapporté). Le syndicat syndicom a annoncé samedi que cette décision aurait des conséquences importantes, voire existentielles, pour les éditeurs de journaux.

Selon le syndicat, environ 600 personnes distribuent les journaux le dimanche, dont 400 sont menacées de licenciement en raison de la suppression du journal dominical de la Suisse centrale. Environ 200 personnes seraient encore nécessaires pour distribuer les autres journaux, a déclaré David Roth, secrétaire central de Syndicom, interrogé par l'agence de presse Keystone-SDA.

Dans le cadre du processus de consultation, des idées ont été développées de la part des propriétaires de journaux sur la façon dont les personnes pourraient continuer à être employées et comment le licenciement collectif pourrait être amorti. Ces demandes ont été soumises à Presto Presse-Vertriebs AG à Emmenbrücke samedi matin. Presto est une filiale de la Poste suisse.

Selon M. Roth, l'une des revendications est que les travailleurs de la presse qui sont particulièrement touchés par un licenciement doivent continuer à être employés. Au mieux, ils devraient recevoir une compensation ou le maintien du paiement des salaires. De même, les circuits du dimanche, particulièrement attractifs en raison des surcharges, pourraient être répartis alternativement entre les transporteurs.

Les personnes qui distribuent les journaux aux ménages travaillent dans le secteur des bas salaires dans des emplois en partie précaires, a rapporté syndicom. Certains d'entre eux ont un autre emploi, mais sont dépendants du second emploi. (SDA)

(23 visites, 1 visite aujourd'hui)

Plus d'articles sur le sujet