L'analyse de Tamedia explique le non retentissant à l'initiative No Billag

Seule la base de l'UDC a accepté l'initiative No Billag à la majorité. Les électeurs des autres grands partis ont voté contre à la quasi-unanimité, comme le montre le sondage de suivi de Tamedia. Une réduction de la redevance à 200 francs aurait en revanche plus de chances dans les urnes.

no-billag-wahlzettel

Le groupe de médias suisse Tamedia a réalisé une enquête de suivi transversale sur ses portails d'information à l'occasion des votations fédérales du 4 mars. 16 868 personnes de toute la Suisse ont participé à l'enquête en ligne les 2 et 3 mars. La marge d'erreur est de 1,9 point de pourcentage.

Rejet massif

Dimanche, les électeurs suisses ont clairement rejeté l'initiative No Billag avec 71,6 % de non. L'enquête post-vote de Tamedia montre à quel point le front contre l'initiative était large.

Malgré la campagne de promotion de l'association professionnelle, seul un électeur sur cinq du FDP a déposé un OUI dans l'urne. L'approbation est encore plus faible chez les partisans des autres grands partis, à l'exception de l'UDC. Parmi les électeurs de l'UDC, 55 % ont approuvé, 45 % ont inscrit un Non sur le bulletin de vote.

Les garçons ont également rejeté le projet de loi

Il n'y avait pratiquement aucune différence entre les générations : Trois quarts des jeunes de 18 à 34 ans ont rejeté l'initiative. Cela signifie que la part du non est aussi élevée que chez les plus de 65 ans. Le taux d'approbation le plus élevé a été enregistré chez les 35-49 ans (34 % en faveur).

Comme le montre l'enquête, les électeurs à faibles revenus étaient plus favorables à l'initiative. Toutefois, cela n'a pas suffi non plus pour obtenir une majorité parmi les personnes à faible revenu.

Majorité pour le prélèvement de 200 francs

Selon le sondage, une réduction à 200 francs aurait actuellement plus de chances que la suppression des redevances radio et télévision. 62 % seraient tout à fait ou plutôt d'accord, 30 % seraient tout à fait ou plutôt contre cette réduction. Cependant, les opinions ne sont pas encore fermement établies.

Dans le même temps, 58 % des votants s'opposent à ce que la SSR supprime des stations à grande échelle et se limite à l'avenir à une station par région linguistique et par média. La publicité télévisée sur les offres de la SSR est également largement acceptée : 72 % des personnes interrogées sont opposées à ce que la SSR renonce totalement à la publicité télévisée à l'avenir.

Les sondages Tamedia sont réalisés en collaboration avec les politologues Lucas Leemann et Fabio Wasserfallen. Ils pondèrent les données de l'enquête en fonction de variables démographiques, géographiques et politiques afin que l'échantillon corresponde à la structure de la population votante.

Médias Tamedia impliqués : Suisse alémanique : 20 minutes, BZ Berner Zeitung, Der Bund, Tages-Anzeiger, SonntagsZeitung et ZRZ Zürcher Regionalzeitungen ; Suisse romande : 20 minutes, 24 heures, Tribune de Genève et Le Matin/Le Matin Dimanche ; Tessin : 20 minuti.

(Visité 40 fois, 1 visite aujourd'hui)

Plus d'articles sur le sujet