Reporters sans frontières dénonce la violence sur les questions relatives aux femmes

Les personnes qui rendent compte des droits des femmes dans les médias sont souvent exposées à la violence : C'est ce que dénonce Reporters sans frontières (ROG) dans un rapport présenté lundi à Paris.

reporter-ohne-grenzen

L'organisation de journalistes a recensé plus de 60 cas dans plus de 20 pays au cours des deux dernières années. Elles allaient des menaces via Internet au meurtre. Selon le rapport, la violence à l'encontre des journalistes qui traitent des questions relatives aux droits des femmes est en partie le fait de groupes à motivation religieuse tels que les talibans islamiques radicaux en Afghanistan ou les militants anti-avortement aux États-Unis. Cependant, des groupes criminels ou des gouvernements autoritaires sont également à l'origine de certaines de ces pratiques. Selon Reporters sans frontières, des pays comme la Chine, la Turquie et l'Égypte arrivent en tête de la liste négative.

Plus de dix pour cent des cas documentés par le ROG étaient des meurtres, comme le meurtre en 2017 de la journaliste mexicaine Miroslava Breach, qui avait fait un reportage sur les femmes tuées dans la ville de Ciudad Juarez, à la frontière américaine. Le ROG mentionne également le cas de la journaliste indienne Gauri Lankesh. Le rédacteur en chef d'un magazine féministe a été abattu par deux hommes sur une moto.

Selon le rapport, les insultes ou les menaces via Internet sont les plus répandues, en plus des violences physiques à l'encontre des femmes (28 % des cas). Ils représentent 43 % des cas documentés. "Ce phénomène est sans frontière, il touche aussi bien les pays pauvres que les plus démocratiques", a déclaré Reporters sans frontières. Selon le rapport, aux États-Unis, ce sont surtout les journalistes qui font des reportages sur l'avortement qui sont touchés.

Reporters sans frontières parle d'un nombre élevé de cas non signalés. L'organisation recommande, entre autres, que les auteurs soient tenus plus fermement responsables et que l'attention soit attirée sur la violence contre les journalistes au niveau des Nations unies. (SDA)

(Visité 38 fois, 1 visite aujourd'hui)

Plus d'articles sur le sujet