Mme Leuthard à propos de l'initiative No Billag : "Un crash, une gifle".

Du point de vue de la ministre des médias Doris Leuthard, le résultat de l'initiative No Billag montre que la population est attachée à la radio et à la télévision publiques. 71 pour cent de non, c'est un résultat clair, a-t-elle déclaré dimanche devant les médias à Berne.

no-billag-leuthard

Lorsqu'une initiative est rejetée à 71 pour cent ou plus, on parle généralement d'une "chute", d'une "claque". Dans un tel cas, les initiateurs devraient reconnaître leur défaite et "ne pas s'adresser au Conseil fédéral dix minutes plus tard avec de grandes exigences".

Le résultat montre que les citoyens veulent maintenir la radiodiffusion publique - et qu'ils sont prêts à payer une redevance pour cela. Durant la campagne de votation qui a duré des mois, il y a eu aussi des affirmations sauvages, a déclaré Doris Leuthard. Elle espère un peu plus d'objectivité et d'orientation vers les faits dans les prochains temps.

Mais dans l'ensemble, de telles discussions sont le signe d'une démocratie vivante. La ministre des médias a déclaré que le Conseil fédéral prenait acte du résultat avec satisfaction. "Mais cela ne doit pas nous empêcher de réfléchir aux adaptations nécessaires".

La conseillère fédérale Doris Leuthard s'adresse aux médias dimanche à Berne.

Nouvelle loi sur les médias en cours d'élaboration

Doris Leuthard a rappelé que l'argent de la redevance pour la SSR serait plafonné à 1,2 milliard de francs à partir de l'année prochaine. Et elle a confirmé que le Conseil fédéral entendait mettre en consultation le projet de nouvelle loi sur les médias électroniques en milieu d'année. La loi actuelle se concentre sur la radio et la télévision, a-t-elle constaté. Or, la consommation de médias via Internet est en augmentation.

A l'avenir, non seulement les offres de radio et de télévision, mais aussi les offres en ligne devraient donc pouvoir être considérées comme du service public et recevoir des redevances. Le "canal" n'est pas décisif, a déclaré Doris Leuthard. L'important, c'est qu'il y ait une offre diversifiée dans toutes les régions linguistiques, qui atteigne le public.

L'interdiction de la publicité en ligne reste en vigueur

Dans le même temps, les offres de médias électroniques sans mandat de prestations seraient dérégulées autant que possible. "Là où le marché joue, nous ne voulons pas intervenir", a déclaré Doris Leuthard. Elle a en outre souligné que l'interdiction de la publicité en ligne devait continuer à s'appliquer à la SSR.

Dimanche, Doris Leuthard a également annoncé une nouveauté : Une commission indépendante sera à l'avenir responsable de l'attribution des mandats de prestations et des concessions. L'Office fédéral de la communication (OFCOM) l'a fait de manière indépendante, a-t-elle déclaré. Mais avec cette nouveauté, tous les reproches d'une séparation incorrecte devraient disparaître.

La ministre des médias s'est également exprimée sur l'agence de presse ATS. Il s'agit d'une "institution très importante qui contribue à ce que nous ayons des articles de très bonne qualité", a déclaré la ministre des médias. Elle a confirmé que l'ATS recevrait à l'avenir deux millions de francs provenant du pot commun des redevances. C'est ce qu'avait proposé le Conseil fédéral dans une révision de l'ordonnance. (SDA)

(Visité 21 fois, 1 visite aujourd'hui)

Plus d'articles sur le sujet