Weko soupçonne un acte frauduleux de la part d'UPC contre Swisscom pour les matchs de hockey sur glace à la télévision

La Commission fédérale de la concurrence (Comco) soupçonne une manœuvre frauduleuse d'UPC à l'encontre de Swisscom dans la diffusion de matchs de hockey sur glace suisses sur la télévision payante. Les autorités de surveillance de la concurrence ont relevé des indices de violation des règles du cartel et ont donc ouvert une enquête.

mysports-teleclub

UPC pourrait avoir une position dominante dans la diffusion des matchs de hockey sur glace sur la télévision payante à partir de la saison prochaine et pourrait éventuellement abuser de cette position, a annoncé le Weko dans un communiqué mardi. En particulier, le Weko cherche à savoir si UPC retient de manière injustifiée les retransmissions de hockey sur glace de ses concurrents non câblés.

Swisscom avait intenté une action en justice après qu'UPC eut refusé de lui permettre de diffuser des matchs de hockey sur glace. UPC avait acheté les droits de diffusion aux enchères l'été dernier pour cinq ans. Dès la prochaine saison 2017/2018, UPC diffusera les matchs des ligues suisses de hockey sur glace via sa nouvelle chaîne de télévision sportive MySports.

Swisscom a été laissée pour compte. UPC n'a soumis le signal qu'aux câblo-opérateurs suisses. Cela signifie que 1,5 million de clients de Swisscom seront laissés pour compte dès la saison prochaine.

Pas le premier cas de Weko

C'est la réponse d'UPC à Swisscom. Sa filiale Teleclub détenait auparavant les droits de diffusion des matchs de hockey sur glace sur la télévision payante. Pendant des années, elle a donné aux concurrents des réseaux câblés et à d'autres fournisseurs de services de télévision tels que Sunrise l'accès aux matchs de hockey sur glace, mais seulement dans une mesure réduite. En outre, leurs clients ont dû payer plus que pour Swisscom TV.

Selon le Weko, Swisscom a abusé de sa position dominante par le passé dans la diffusion en direct des matchs de football et de hockey sur glace suisses sur la télévision payante. Pour cette raison, la Weko a infligé une amende de près de 72 millions de francs à Swisscom en 2016. Swisscom rejette les accusations et a tourné la page de la décision. Elle fait valoir qu'elle voulait seulement protéger ses investissements élevés en retenant certains jeux de la concurrence. En outre, Teleclub, filiale de Swisscom, avait déjà fait une offre à tous les fournisseurs de plates-formes TV suisses l'année dernière pour mettre à l'antenne l'offre sportive complète. Cependant, les opérateurs de réseaux câblés se sont jusqu'à présent abstenus de faire usage de cette offre.

Les rôles sont inversés

UPC a maintenant renversé la situation. L'entreprise ne veut en aucun cas offrir à Swisscom les droits mis aux enchères. Avec MySports, ils veulent briser le monopole de longue date de Swisscom/Teleclub dans le secteur du sport, a expliqué le câblo-opérateur. À cette fin, UPC investit une somme importante de plusieurs millions. Pour protéger cet investissement, le signal MySports ne sera pas transmis à Swisscom. UPC a signé des accords de distribution avec plus d'une douzaine de fournisseurs de télévision pour la diffusion de MySports. D'autres partenaires pourront être ajoutés à l'avenir.

Cette situation est maintenant examinée par la Weko : de tels accords exclusifs pourraient créer une position dominante dont UPC pourrait abuser en sa faveur, ont annoncé les gardiens de la concurrence. Cela pourrait gêner les concurrents d'UPC. "Nous saluons la décision de la Weko d'ouvrir une enquête sur les diffusions de hockey sur glace d'UPC sur la télévision payante", a expliqué Sepp Huber, porte-parole de Swisscom, interrogé à ce sujet : "Nous exigeons d'UPC qu'elle fasse preuve de fair-play et nous nous battons pour que nos clients puissent continuer à regarder le hockey sur glace de la ligue suisse à l'avenir."

Dans son ordonnance de l'année dernière, le Weko exige que tout le monde ait un accès égal aux offres sportives, a expliqué Huber. " Pour des raisons d'égalité de traitement, cette exigence s'applique également à l'UPC.

L'UPC se considère comme étant dans le droit

La situation d'aujourd'hui n'est pas comparable à celle d'hier, a indiqué l'UPC dans un communiqué. Swisscom avait le monopole de tous les contenus sportifs en Suisse et les utilisait de manière discriminatoire. UPC, en revanche, ne possède que des droits individuels et traite les 14 partenaires de distribution sur un pied d'égalité.

"Nous sommes donc convaincus que l'enquête sera en notre faveur et que la transmission exclusive via les différents réseaux câblés s'avérera sans problème", a annoncé UPC.

Décision sur les mesures de précaution bientôt

Dans sa plainte, Swisscom avait également demandé à la Comco des mesures de précaution afin de pouvoir déjà diffuser des matchs de hockey sur glace lors de la prochaine saison et de ne pas devoir attendre la fin de l'enquête. Une décision sur les mesures de précaution sera prise dans les prochaines semaines, a déclaré sur demande le directeur de Weko, Rafael Corazza. (Johannes Brinkmann/SDA)

(Visité 54 fois, 1 visite aujourd'hui)

Plus d'articles sur le sujet