348 personnes des médias dans les prisons

Le bilan actuel de Reporters sans frontières (ROG) est le suivant : environ 350 professionnels des médias sont en détention, plus de 50 sont pris en otage et un journaliste a disparu.

Unbenannt-1

La tendance est alarmante. Actuellement, 348 professionnels des médias - journalistes, travailleurs des médias et journalistes citoyens - sont en détention dans le monde, soit une augmentation de 6 % par rapport à 2015. Parmi les journalistes professionnels, l'augmentation atteint 22 %, alors que le nombre d'arrestations en Turquie a quadruplé après le coup d'État manqué de juillet.

Réduire au silence les voix critiques

Il y a actuellement plus de 100 journalistes et travailleurs des médias dans les prisons turques ; le ROG a pu prouver un lien direct entre l'arrestation et l'activité journalistique dans 41 de ces cas. Les tendances autoritaires du président Erdogan conduisent à des mesures contre les médias visant à faire taire les voix critiques. Les professionnels des médias sont accusés d'"outrage au président de la République" ou de "terrorisme" et des centaines d'entre eux sont traduits en justice. Le nombre de détentions arbitraires est en augmentation.

repohnegernzen

La "chasse aux sorcières" aux portes de l'Europe

Selon le décompte du ROG, le plus grand nombre de professionnels des médias emprisonnés par pays se trouve dans les prisons de Chine (103), de Syrie (28), d'Egypte (27) et d'Iran (24), sans compter le nombre croissant d'arrestations en Turquie. "La répression contre les journalistes se développe à une vitesse folle partout dans le monde", déclare Christophe Deloire, secrétaire général de ROG International : "Et aux portes de l'Europe, une véritable chasse aux sorcières a mis en prison des dizaines de journalistes et fait de la Turquie la plus grande "prison du journalisme". En un an, le régime d'Erdogan a détruit le pluralisme des médias. Et l'Union européenne reste muette."

repo

Otages en Syrie, en Irak et au Yémen

Au Burundi, aucune trace de Jean Bigirimana, qui travaille pour le journal Iwacu et le site Internet Infos Grands Lacs, n'a été retrouvée depuis juillet. On ne sait pas s'il est détenu par les services secrets ou s'il a été tué. 52 professionnels des médias sont retenus en otage dans le monde, tous dans des zones de conflit au Moyen-Orient : 26 en Syrie, 16 au Yémen et 10 en Irak. A elle seule, l'IS a pris 21 journalistes en otage, 15 sont aux mains des rebelles Huthi.

Le représentant spécial de l'ONU a demandé

Compte tenu des risques croissants auxquels sont exposés les travailleurs des médias, le ROG appelle une fois de plus l'ONU à nommer un représentant spécial pour la protection des journalistes qui rende compte directement au Secrétaire général de l'ONU et ait le pouvoir de mener des enquêtes indépendantes. Jusqu'à présent, les nombreuses résolutions des Nations unies sur la protection des professionnels des médias et la lutte contre l'impunité des crimes commis à leur encontre n'ont pas donné de résultats satisfaisants.

(Visité 15 fois, 1 visite aujourd'hui)

Plus d'articles sur le sujet