Les radios privées bénéficieront d'un financement accru à partir de 2016

À partir de la mi-2016, les stations de radio privées recevront davantage d'argent provenant du pot de la redevance. C'est ce qu'a annoncé la conseillère fédérale Doris Leuthard jeudi à l'occasion de la 15e Journée de la radio suisse. Son département soumettra une proposition correspondante au Conseil fédéral.

Lors de la 15e Journée suisse de la radio, la conseillère fédérale Doris Leuthard a jeté un regard sur l'avenir du paysage radiophonique. Cet avenir peut maintenant être définitivement construit après que le Tribunal fédéral ait confirmé le résultat de la votation sur la nouvelle loi sur la radio et la télévision (LRTV) la semaine dernière. Il s'agit maintenant de rédiger l'ordonnance et de faire le travail préliminaire nécessaire, a déclaré Mme Leuthard. Elle part du principe que la nouvelle taxe sur les ménages pourra être perçue à partir de 2018. Mme Leuthard n'a pas voulu s'engager sur le montant. "Le Conseil fédéral ne le fera que peu de temps avant son entrée en vigueur". Mais elle suppose que la taxe ne sera pas supérieure aux 400 francs par an mentionnés dans la campagne référendaire. Toutefois, le Conseil fédéral n'attendra pas 2018 pour aider davantage les radios privées titulaires d'une concession. Au contraire, cela devrait se faire dès le milieu de l'année prochaine. La Confédération veut ainsi aider les stations, dont certaines souffrent d'une situation financière tendue.

Éloge de l'industrie

Mme Leuthard n'a pas ménagé ses éloges à l'égard de l'industrie de la radio. Elle s'est félicitée de l'étroite collaboration entre les fournisseurs privés et la SSR dans le secteur de la radio. Comme exemple de réussite de cette coopération, elle a mentionné le passage de la FM à la DAB+. Puisque tous les acteurs ont uni leurs forces ici, il serait probablement possible d'achever le passage au numérique en 2020. Cependant, le prochain défi se profile déjà à l'horizon. L'internet apporte des possibilités totalement nouvelles, mais aussi une concurrence totalement nouvelle. Là encore, c'est aux radios de trouver de bonnes solutions pour qu'elles puissent aussi remplir leur mandat de service public. Mme Leuthard est toutefois convaincue que les stations de radio peuvent faire face aux concurrents mondiaux avec une grande part de suissitude. "Le public est à la recherche de cela", a-t-elle déclaré, soulignant la grande crédibilité dont jouit encore le média radio.

Tout ce qui est ouvert après 2020

La suite des événements après 2020 et l'expiration des licences actuelles est totalement ouverte, selon Mme Leuthard. Après le passage à la DAB+, les licences ne seront plus nécessaires. La question de savoir si et dans quelle mesure l'État devrait encore être actif dans la réglementation est actuellement à l'étude. "Peut-être que tout peut être laissé au marché, mais peut-être que certaines règles et spécifications et donc un mandat de performance sont encore nécessaires pour les services publics importants", a déclaré le ministre des médias. (SDA)

(Visité 21 fois, 1 visite aujourd'hui)

Plus d'articles sur le sujet