Groupe NZZ : 35,3 millions de francs de bénéfice

Le résultat du groupe de médias NZZ a atteint 35,3 millions de francs pour l'exercice 2010. Les raisons principales de ce résultat nettement meilleur que celui de l'année précédente sont une forte réduction des charges d'exploitation et des recettes supplémentaires sur presque tous les segments de revenus.

L'exercice 2010 a apporté au groupe de médias NZZ le "tournant attendu" selon ses propres termes. D'une part, la reprise conjoncturelle dans le secteur des médias à partir de l'automne 2010 a eu un effet positif sur les chiffres d'affaires, écrit l'entreprise dans un communiqué. D'autre part, la restructuration du groupe entamée en 2009 a déployé tous ses effets au cours de l'exercice. Au niveau du résultat opérationnel (Ebit), il en résulte un bénéfice de 47,2 millions de francs, dépassant ainsi de 43,5 millions de francs le résultat de l'année précédente. La marge Ebit s'élève à 9,1 pour cent, contre 0,8 pour cent l'année précédente. Après une perte de 3,1 millions de francs l'année précédente, le résultat du groupe, qui s'élève à 35,3 millions de francs, montre également la nette amélioration du résultat du groupe. Le conseil d'administration propose à l'assemblée générale de verser un dividende de 2000 francs par action pour l'exercice 2010.

Le produit d'exploitation total a augmenté de 4,8 pour cent par rapport à l'année précédente pour atteindre 518,4 millions de francs, selon le communiqué. Les recettes publicitaires ont connu une légère reprise au cours du second semestre et s'élèvent à 193,5 millions de francs (+ 5,3 pour cent), notamment grâce à de nouvelles acquisitions. Les recettes provenant des abonnements et des ventes au numéro ont pu être augmentées de 4,2 pour cent pour atteindre 151,7 millions de francs. Dans un contexte sectoriel marqué par des surcapacités de production, les recettes dans le domaine de l'impression sont restées pratiquement au même niveau que l'année précédente, soit 73,7 millions de francs. Les recettes des médias électroniques ont augmenté de 18,7 pour cent pour atteindre 46,8 millions de francs. Selon le communiqué, cette nette augmentation est le résultat d'une amélioration constante des chiffres d'affaires de tous les sous-segments (radio, télévision, rubriques, en ligne). Les autres recettes se sont améliorées de 1,9 million de francs par rapport à l'année précédente pour atteindre un total de 53,8 millions de francs. Grâce à des effets de synergie et à des mesures d'économie, les charges d'exploitation totales ont pu être réduites de 4,0 francs à 471,2 millions de francs. Cela se reflète dans le résultat opérationnel (Ebit) qui est passé de 3,7 à 47,2 millions de francs. Le cash-flow résultant de l'activité d'exploitation a doublé, passant de 36,3 à 74,4 millions de francs. Le taux de fonds propres est passé de 68,2 % à 69,2 %. L'effectif du groupe est resté constant, avec 1607 postes à temps plein (contre 1608 l'année précédente), malgré les acquisitions.

Secteur d'activité Neue Zürcher Zeitung

Dans le secteur d'activité Neue Zürcher, le chiffre d'affaires a augmenté de 6,6 à 194,4 millions de francs. Les ventes d'annonces ont atteint 86,7 millions de francs, soit 1,2 million de francs de plus que l'année précédente. Selon le communiqué, les recettes provenant des abonnements et des ventes au numéro ont augmenté de manière réjouissante de 2,2 à 74,2 millions de francs. Les charges d'exploitation, amortissements compris, ont pu être réduites de 13,3 à 173,2 millions de francs. Le résultat opérationnel (Ebit) s'est amélioré, passant de 1,3 million l'année précédente à 21,2 millions de francs.

Division FPH Freie Presse Holding

Dans le secteur d'activité FPH Freie Presse Holding, le chiffre d'affaires a augmenté de 19,4 millions pour atteindre 327,7 millions de francs. Ici aussi, la vente d'annonces s'est redressée. Il a augmenté de 8,5 millions pour atteindre 106,8 millions de francs. FPH comprend les participations à des éditeurs régionaux comme la Neue Luzerner Zeitung, le St.Galler Tagblatt, Radio Pilatus, FM1, Tele 1 et Tele Ostschweiz.

(Image : Keystone)
 

Plus d'articles sur le sujet