L'idée d'ElevatorTV fait son chemin

Télévision Ringier-TV est à la recherche de contrats de production. Une participation dans ElevatorTV conviendrait aux stratèges.

Télévision Ringier-TV est à la recherche de contrats de production. Une participation dans ElevatorTV conviendrait aux stratèges.
CH 3, Channel 3, ElevatorTV - quel que soit le nom du projet télévisuel du producteur de télévision Dominik Kaiser, la demande de concession en suspens auprès de l'Office fédéral de la communication porte toujours sur ElevatorTV. Mais les noms ne sont que du vent. Le contenu, le budget, un studio, le financement, le groupe cible ou les possibilités de diffusion sont plus importants. Mais Dominik Kaiser ne veut toujours rien révéler sur tout cela. "Pas avant que tout soit cloué", dit-il. Il laisse tout de même entendre que le lancement n'aura "plutôt pas lieu cette année". Les négociations avec Cablecom, notamment, "se déroulent très bien".
Kaiser reste donc silencieux. En revanche, Domo, le magazine maison de Ringier, a récemment alimenté les spéculations sur les éventuels bailleurs de fonds. A la question plutôt surprenante de savoir quelle maison d'édition se cache derrière le projet, Domo cite Marc Görtz, le directeur de Ringier-TV, avec les mots suivants : "Je ne peux bien sûr pas le révéler. Mais pour nous, en tant que producteur, ce projet est bien sûr le bienvenu".
Cela laisse supposer que Ringier ne veut pas seulement produire pour Kaiser, mais qu'elle veut aussi entrer dans ElevatorTV. Fibo Deutsch, directeur de la division TV chez Ringier, ne rejette pas cette idée dans le domaine des fantasmes. "Je connais le projet de Kaiser et nous examinons également une forme de collaboration - ne serait-ce que pour nous assurer, en tant que producteurs de télévision, l'accès aux emplacements de programmes".
Mais pour l'instant, il est encore trop tôt pour donner des informations sur la forme et l'étendue de la coopération. "Nous voulons d'abord savoir qui est le bailleur de fonds". Ce qui est sûr, c'est que Ringier ne sera pas "la force motrice" d'ElevatorTV. Et ne peut pas non plus l'être. En effet, le groupe est encore impliqué dans d'autres projets TV.
Fibo Deutsch rappelle la participation de 50 pour cent dans Sat1 Suisse, l'engagement de 30 pour cent dans Presse- TV et la part de 33,3 pour cent dans la chaîne de télévision payante Teleclub. "Une coopération avec ElevatorTV toucherait certainement les contrats existants", fait remarquer Deutsch. Mais cela ne veut pas dire qu'une nouvelle coopération est d'emblée impossible. "En fin de compte, cela dépendra de l'ampleur", explique Deutsch.
Le projet pourrait également correspondre aux plans de Jean Frey La société Jean Frey AG, qui ne détient qu'une participation de 10 pour cent dans Presse-TV et qui nourrit des plans pour une télévision sur Internet, est beaucoup moins liée contractuellement. C'est sans doute pour cette raison que la maison d'édition est régulièrement citée comme possible actionnaire principal d'ElevatorTV.
Le CEO de Jean-Frey, Filippo Leutenegger, se contente toutefois de dire qu'il connaît le projet. A-t-il déjà parlé à Kaiser ? "No comment", répond Leutenegger. Ce qui est sûr, c'est que le nouveau rédacteur en chef de la Weltwoche, Jürg Wildberger, a récemment été chargé de passer au crible la chaîne de télévision U1 pour Jean Frey. Interrogé à ce sujet, Wildberger a confirmé une information de la SonntagsZeitung. Il n'a toutefois pas précisé l'intention et le résultat de cette enquête.
Une participation de Ringier affecterait les contrats existants. Jean Frey SA est moins liée.

Fibo Deutsch (à gauche) et Marc Görtz, patrons de Ringier-TV.
Markus Knöpfli

Plus d'articles sur le sujet