Supercard sur nuages cumulus

La presse client La presse Coop est devenue une lecture universelle ces dernières années. Maintenant aussi pour les jeunes et les hommes.

La presse client La presse Coop est devenue une lecture universelle ces dernières années. Uniquement quelque chose pour les femmes de la campagne ou les mères, mais inintéressant pour tous les autres membres de la famille - l'image des magazines clients des grands distributeurs, profondément ancrée dans l'esprit des planificateurs médias, ne correspond plus à la réalité. C'est ce que vient de confirmer en détail une étude de lectorat menée par l'Institut Barbara Domeyer (d&s). Elle a été commandée par le numéro deux du commerce de détail suisse. L'évolution de la presse Coop auprès des jeunes lecteurs et des hommes est assez frappante. Les trois titres en langue régionale de la presse Coop ont particulièrement bien réussi à accroître sensiblement leur notoriété auprès du groupe des 14 à 24 ans, critique à l'égard des médias. Alors qu'en 1994, plus des trois quarts de cette tranche d'âge se décrivaient comme des "non-lecteurs" stoïques, ce chiffre est tombé à moins de dix pour cent en 2002. Dans le même temps, la proportion de "lecteurs réguliers" a explosé, passant de dix à 40 % aujourd'hui.
Le succès dans le groupe d'âge suivant, les 25-34 ans, est très similaire. Ici aussi, la proportion de "lecteurs réguliers" a doublé, passant d'environ 20 à 40 % - seuls deux à trois pour cent des personnes interrogées en 2002 se sont déclarées "non-lecteurs" - en 1994, date de la dernière enquête, cette proportion était d'environ 60 %.
Non moins surprenante est la rapidité de l'avancée parmi le public masculin - ils avaient traditionnellement laissé la lecture du journal Coop à leurs épouses, probablement en raison des nombreuses publicités de campagne avec lesquelles la liste des courses était ajustée. Mais même cette époque est révolue : au lieu de 20 % (1994), environ 50 % des hommes qui reçoivent un journal Coop se décrivent aujourd'hui comme des "lecteurs réguliers". En d'autres termes, alors qu'il y a huit ans, plus de 60 % des hommes se disaient "non-lecteurs", ce chiffre est tombé à moins de 10 % en 2002.
Les sujets du quotidien conquièrent les lecteurs Les raisons de la popularité croissante d'un lectorat de plus en plus large sont évidentes : l'objectif initial - une fiche client signalant les promotions et les nouveaux produits en rayon - appartient au passé. Le contenu du journal Coop a été élargi pour devenir une corne d'abondance thématique dans laquelle toute la famille peut se servir. Les sujets de société, de politique ou de santé y occupent une place beaucoup plus importante.
C'était le bon moyen de gagner des lecteurs supplémentaires, comme le montre l'étude. C'est l'une des compétences essentielles de tout magazine destiné aux clients - "l'information sur les nouveaux produits" - qui a le plus souffert. En revanche, les sujets les plus populaires dans la Coopzeitung sont ceux qui sont également couverts par la presse payante : "Rapports, reportages, articles". Les catégories typiques de journaux pour clients "recettes/suggestions de menus" ou "conseils pour la vie quotidienne", par contre, ont atterri
dans les rangs arrière.
Aucune étude comparable n'est disponible sur la presse client du numéro un de la distribution, Migros. Sur la base de cette enquête, il est évident que leurs éditions ont également un potentiel de rattrapage. Les titres Coop sont repris nettement plus souvent que les journaux des rédactions Migros. Ainsi, la presse Coop s'est établie au cours des huit dernières années à environ 1,5 lecteur par exemplaire. Pas la Brückenbauer. Jusqu'en 2000, il était même en tête avec 1,6 lecteur par exemplaire. Mais à partir de 2001, ce chiffre a dégringolé à seulement 1,3 lecteur par exemplaire - et il ne s'éloigne pas de ce niveau. Toutefois, cela pourrait bientôt changer. Aujourd'hui, Migros a également décidé d'intensifier ses efforts dans le domaine du marketing des lecteurs (WW 17/03).
Retourner le profil du lecteur en huit ans : les titres Coop.

56 % de tirage en plusLa presse Coop et la presse Migros ont toutes deux augmenté leur tirage de manière continue et significative ces dernières années, les programmes de fidélisation Supercard et Cumulus ayant entraîné un afflux sans précédent de membres. Depuis 1994, le journal Coop a augmenté son tirage de 56 % pour atteindre 21 291 60 exemplaires, tandis que le journal Migros a connu une croissance de 41 % pour atteindre 21 160 5 exemplaires au cours de la même période. (dse)
Étude Usages & Gratification 2002L'analyse du lectorat de la presse Coop réalisée par l'institut d'études de marché d&s se compose de plusieurs études : Étude sur la décision d'achat d&s (1997, 1400 répondants), étude 20 Minutes "Kids - Teens - News" (2001, 660 répondants), module supplémentaire Coop Kids Study 10- à 13 ans (2002, 100 répondants). (dse)
Daniel Schifferle

Plus d'articles sur le sujet