Que signifie en fait... "DM" ?

Dans sa chronique "Que signifie en fait... ?", Benno Maggi se penche sur des termes utilisés dans le domaine du marketing et de la communication. Cette fois-ci, il traite de l'acronyme "DM".

L'acronyme semble être une sorte de déclaration contre la publicité omniprésente des communications. En effet, après un peu plus de 20 ans de médias sociaux, en avons-nous tous assez de tout savoir sur tout le monde ?

Les deux lettres signifient en effet désormais "Direct Message". Au lieu de 1-to-all, on parle à nouveau de 1-to-1. Les DM sont donc des sortes de dialogues 1-to-1. Bien qu'il s'agisse souvent plus d'un monologue que d'un dialogue, mais nous y reviendrons plus tard. Avec les DM, les personnes peuvent s'écrire directement les unes aux autres sur Facebook, Instagram, LinkedIn ou X. Cela a des avantages et des inconvénients.

L'avantage : DM est une bonne solution pour ne pas devoir tout dire (mais pas tout lire non plus) à tout le monde. Combien de fois nous sommes-nous agacés de devoir écouter - ou plutôt "lire" - deux personnes qui débattaient sur les médias sociaux, échangeaient des sentiments ou cherchaient tout simplement un rendez-vous commun ? Justement. C'est pourquoi les DM sont en plein essor.

Mais attention : cela aussi a ses inconvénients. Ou alors des inconvénients. Par exemple, la possibilité de déposer des opinions non sollicitées à huis clos. Cela peut devenir un véritable fardeau pour les destinataires de tels messages. Surtout s'il s'agit de harcèlement, de haine, de drague ou d'autres choses indésirables. Il existe même un verbe spécifique pour cela : sliden. Ce qui se traduit par glisser ou glisser. "Slider dans les DM" signifie alors écrire un message privé, généralement un message de drague, à quelqu'un sur un réseau social. Et ces messages sont souvent inappropriés pour les jeunes et constituent un véritable fléau pour les utilisatrices des médias sociaux. Mais les propos haineux à l'encontre de politiciens et d'autres personnes exerçant une fonction publique, comme les enseignants, les fonctionnaires des impôts, mais aussi les journalistes, les dissidents et les personnes d'autres origines font malheureusement partie du quotidien sur les médias sociaux.

Dans les DM, toute décence semble se perdre

La possibilité d'envoyer des DM semble avoir complètement supprimé les inhibitions. Le mépris, la grossièreté et les insultes glissent si facilement du clavier du smartphone dans les discussions privées que l'on pourrait croire qu'il n'existe qu'une seule espèce humaine dans les médias sociaux : l'asocial/l'asociale. Et nous devrions, si cela continue, réfléchir à un renommage : médias asociaux.

C'est pourtant vrai ! Ce n'est pas parce qu'il est possible d'envoyer un message direct à quelqu'un en un seul clic qu'il s'agit d'une invitation ou même d'une obligation à le faire. Mais c'est sans doute un phénomène d'époque. Ou comme l'a dit Erich Kästner : "Mauvaise époque. Mauvaises manières.

Autrefois, on n'appelait pas non plus de parfaits inconnus simplement parce que leur nom était disponible dans l'annuaire téléphonique puis sur Telsearch. J'en profite pour lancer un appel à tous ceux qui le font : Arrêtez d'envoyer des messages directs ! Faites plutôt face au public. Ou ne le faites pas du tout. Votre opinion n'intéresse personne.

Mais nous en sommes déjà arrivés là dans le secteur. En effet, lorsque les DM s'appelaient encore Direct Mails et que le terme "mail" désignait encore le courrier physique et non les e-mails. C'était l'époque où les agences de publicité s'étaient spécialisées dans l'envoi de courriers directement adressés aux personnes. Dans les années 60, les adresses du commun des mortels étaient rassemblées manuellement sur des listes à partir d'annuaires téléphoniques dans des entreprises spécialisées, puis vendues à prix d'or directement aux entreprises ou à des agences de publipostage. Puis vinrent les lettershops et plus tard les prestataires de marketing direct, qui se firent une fortune, jusqu'à ce que finalement les premiers autocollants "pas de publicité" sur les boîtes aux lettres tentent d'empêcher que de tels DM ne s'y retrouvent.

Peut-être devrions-nous également y penser sur les médias sociaux et coller des autocollants "Pas de DM" sur les profils afin d'empêcher les hôtes indésirables d'accéder à la Direct Message Box. En d'autres termes : soyez à nouveau gentils les uns avec les autres. Frappez à la porte et demandez d'abord si vous pouvez entrer avant d'entrer dans le salon de médias sociaux d'inconnus.


Benno Maggi est cofondateur et CEO de Partner & Partner. Il écoute depuis plus de 30 ans dans le secteur et découvre ainsi pour nous des mots et des expressions qui peuvent être utilisés soit pour small talk, soit pour faire l'important, soit pour s'énerver, soit pour jouer au Scrabble, soit simplement pour le plaisir.

Plus d'articles sur le sujet