Étude Gfk : les consommateurs sont confiants malgré les conséquences de la pandémie

Par rapport au mois de mai, les Suisses ont moins peur de l'avenir et leur comportement de consommateur devient plus responsable et plus soucieux de la qualité. C'est ce que révèle une étude récente de l'institut d'études de marché GfK Switzerland.

 

Depuis avril 2020, GfK Suisse interroge en permanence les consommateurs, âgés de 16 à 74 ans, sur leurs plus grandes préoccupations, y compris maintenant en septembre. Selon les études de GfK, une grande partie des effets de la pandémie sur le comportement des consommateurs peut être attribuée à des changements dans les besoins, les attentes et les espoirs des consommateurs. Il s'agit, par exemple, de l'importance d'être "chez soi" et d'une consommation plus consciente et responsable.

Un tiers des Suisses interrogés sont actuellement plutôt inquiets ou très inquiets quant à leur propre avenir économique. Toutefois, ce chiffre est nettement inférieur à celui de mai, où il était encore de 44 %. La grande majorité des Suisses sont plutôt optimistes quant à leur situation professionnelle, mais environ un cinquième d'entre eux craignent toujours que leur situation professionnelle ne soit affectée négativement (par exemple sous la forme d'un licenciement). Ce sont surtout les moins de 30 ans et les Suisses romands qui s'en inquiètent. Cependant, la majorité des Suisses sont assez confiants dans le fait que leur situation économique sera meilleure dans 12 mois qu'elle ne l'est aujourd'hui.

Retour à la normalité dans la vie quotidienne et au travail

De nombreux consommateurs continuent d'être très prudents, évitant par exemple les voyages en avion, mais aussi, dans une certaine mesure, les visites de restaurants ou de centres de fitness. Le travail à domicile reste un problème. Selon les enquêtes de GfK, un peu moins de 35 % des professionnels disposant d'une option de base de bureau à domicile ont déclaré qu'ils travaillent actuellement exclusivement ou principalement à domicile. 26 % prévoient de travailler principalement, voire uniquement, depuis leur bureau à domicile, même après la fin de la pandémie. Toutefois, seuls 3 % des professionnels interrogés prévoient de travailler exclusivement à domicile. La majorité, c'est-à-dire plus de 80 % des professionnels, sont satisfaits de leur situation professionnelle actuelle, qu'ils travaillent exclusivement ou majoritairement au bureau à domicile ou au bureau.

Modification de la restauration de midi

Les études actuelles de GfK montrent que le passage au bureau à domicile a entraîné un changement des habitudes alimentaires à la table du déjeuner. Deux tiers (66 %) des actifs mangent un déjeuner fraîchement préparé à la maison au moins une fois par semaine. 16 % prennent même un déjeuner tous les jours pendant la semaine de travail. Souvent, cependant, les gens se contentent de manger des plats réchauffés, des restes ou un repas froid comme une salade ou des sandwichs à la maison. Les services de livraison ou les plats à emporter sont rarement utilisés pour le déjeuner à la maison. Sur le lieu de travail, ce sont les aliments apportés par le domicile qui sont le plus souvent consommés, et les plats à emporter ne le sont qu'occasionnellement.18 % des salariés mangent dans une cantine au moins une fois par semaine, 31 % dans un restaurant au moins une fois par semaine.

Comportement de consommation responsable 

La sensibilisation à la santé durable ne se traduit pas seulement par des changements dans les habitudes alimentaires, mais aussi dans la consommation. Anja Reimer, experte en intelligence des consommateurs, observe : "Il est également intéressant de constater que plus de la moitié des Suisses souhaitent acheter davantage auprès de petits fournisseurs et de producteurs locaux à l'avenir. Le shopping responsable est donc un sujet de grande importance." Même avant la prochaine campagne de vente du Black Friday, un peu moins de 20 % des Suisses interrogés déclarent qu'ils ne profiteront délibérément pas des offres du Black Friday. Ici aussi, l'effort pour consommer de manière responsable est évident, principalement chez les consommateurs plus âgés également. 33 % des personnes interrogées déclarent qu'elles préfèrent posséder moins d'articles mais de meilleure qualité, notamment en matière de vêtements et de technologie.

(Visité 160 fois, 1 visite aujourd'hui)

Plus d'articles sur le sujet