Certaines habitudes de consommation demeureront même après la Corona

Une étude de GfK a examiné comment la pandémie a modifié les habitudes de consommation de la population. Les résultats montrent que les nouveaux besoins continueront à influencer les habitudes de consommation de la population suisse. Cependant, certains phénomènes sont déjà en train de ralentir.

Depuis avril 2020, GfK Suisse interroge en continu les consommateurs âgés de 16 à 74 ans sur leurs plus grandes préoccupations. GfK observe actuellement un retour des sujets qui étaient déjà très pertinents avant la pandémie - le changement climatique et la pollution environnementale sont actuellement de nouveau plus centraux que la pandémie.

Toutefois, la question d'une pandémie figure toujours en bonne place sur la liste des préoccupations majeures, en particulier chez les plus de 60 ans.

Conséquences économiques de la pandémie

La grande majorité des Suisses de 30 ans et plus sont désormais un peu plus rassurés quant aux conséquences économiques de la pandémie de corona. Ils sont à nouveau plus optimistes quant à leur situation professionnelle qu'au cours des derniers mois, mais environ un cinquième d'entre eux craignent toujours que leur situation professionnelle ne soit affectée, par exemple sous la forme d'un licenciement. Les jeunes jusqu'à 29 ans en particulier sont également toujours inquiets pour leur avenir financier.

La commodité demeure, mais l'expérience physique redevient plus importante.

La vie des consommateurs n'a pas beaucoup changé depuis le premier confinement, mais elle a changé depuis avant la pandémie. Des sujets tels que la "simplification" restent importants.

Cependant, le désir d'expériences revient lentement parmi les consommateurs - ce qui entraîne une dynamique dans les deux sens. Dans le domaine de la simplification ou de la commodité, on constate qu'environ deux tiers des consommateurs interrogés disent avoir fait des achats en ligne au cours de la dernière semaine. Un tiers de toutes les personnes interrogées souhaitent utiliser la livraison à domicile de manière encore plus intensive à l'avenir ; cela semble être la manifestation d'une dynamique en cours qui continuera à défier le commerce de détail et la logistique.

Les fournisseurs de médias numériques à la demande tels que Netflix ou Spotify ont également tiré un grand profit de la pandémie et consolidé leur position. Là aussi, il y a un besoin d'individualité et d'expériences sur mesure, qui a été encore accéléré par la pandémie.

"Mais ce qui est également passionnant, c'est le côté opposé, l'expérience physique redevient également plus importante : nous constatons que les consommateurs sont moins susceptibles de dire qu'ils veulent aller dans des magasins de briques et mortiers à l'avenir", a déclaré Michel Rahm, expert en intelligence des consommateurs. "Alors qu'il y a peu, ce chiffre était d'environ un tiers, aujourd'hui, seul un consommateur sur quatre affirme cela - les personnes interrogées veulent à nouveau sortir, participer à la vie."

Des signes positifs pour l'été à venir

Les consommateurs sont généralement relativement confiants - ou aspirent à un changement d'air et planifient déjà leurs vacances pour l'été.

Seule une personne sur cinq exclut catégoriquement de partir en vacances, tandis qu'environ 80 % d'entre elles ont déjà prévu quelque chose ou l'envisagent encore. On constate que la distance de la destination de vacances est susceptible d'augmenter à nouveau quelque peu.

36 % des personnes interrogées restent en Suisse, mais un nombre à peu près équivalent prévoit des vacances à l'étranger. Il est frappant de constater que plus de la moitié des personnes voyageant à l'étranger prévoient de partir en vacances en voiture ou en train. Seule une personne sur dix souhaite prendre l'avion en Europe, et seule une personne sur vingt environ est enthousiasmée par les vacances à l'étranger.

Préparation à la vaccination des répondants

Les conditions préalables aux vacances à l'étranger seraient la relaxation, telle qu'elle peut être obtenue par la vaccination. En mai, GfK a sondé pour la première fois la population suisse sur sa volonté de se faire vacciner. Plus de 70 % veulent être vaccinés contre Corona. Seuls environ 16% des répondants ont déclaré explicitement qu'ils ne se feraient pas vacciner.

Plus d'un quart des personnes interrogées ont déjà reçu une ou deux injections, et un autre tiers a déjà pris rendez-vous ou du moins s'est déjà inscrit.


Pour le L'étude "GfK Consumer Life Trends" a été res enquêtes en ligne représentatives sur le comportement, les attitudes et les valeurs des consommateurs ont été menées avant, pendant et après le premier et le deuxième verrouillage (partiel) en Suisse alémanique et en Suisse romande.

(Visité 342 fois, 1 visite aujourd'hui)

Plus d'articles sur le sujet