Cannes 2022 : Honnêteté, objectif et surtout chaleur

Les vraies valeurs comptent. Il est clair qu'à Cannes, l'originalité, l'individualité, la créativité exaltée et l'attention à tout prix - ou simplement l'effet d'annonce - comptaient autrefois dans le secteur de la publicité. C'est ce que l'on a pu constater aujourd'hui à Cannes. Rapport journalier d'Anna Kohler.

Jeudi

Je quitte mon logement à 9h30 et me dirige vers le port de Cannes, juste derrière le Palais des Festivals. Des yachts y sont amarrés, notamment celui de PwC, qui donne aujourd'hui à 10 heures une conférence sur le thème "The Future of Loyalty".

En route, il se met à pleuvoir comme un fou, mon parapluie est en sécurité et au sec dans ma chambre, c'est merveilleux ! Le temps d'arriver sur le bateau, je suis complètement trempée. Mais c'est le cas de tout le monde, c'est pourquoi l'atmosphère est détendue dès le début et en quelque sorte très privée.

Une heure de discussion sur l'avenir des programmes de fidélisation de la clientèle. PwC présente une étude qu'ils ont réalisée à ce sujet. Les résultats prouvent que le comportement des clients a changé suite à la pandémie Corona et à la guerre en Ukraine. Les entreprises devraient le reconnaître et revoir leur politique de fidélisation de la clientèle pour l'adapter en conséquence.

25% des clientes et clients veulent essayer de nouvelles marques. Ils attendent de leur marque de cœur de l'honnêteté, une raison d'être et surtout de la chaleur. L'enquête a clairement montré que c'était le cas : Lorsque les clients se sentent bien traités et valorisés, ils pardonnent certaines choses lors de leur parcours client. L'entreprise doit toutefois s'efforcer d'agir de manière vraiment honnête. Sinon, les clients s'en vont. C'est vraiment un constat : les clients sont exigeants, fidèles, mais quand même prêts à partir s'ils ne se sentent pas valorisés. Après la conférence, je m'entretiens encore avec le CMO et CCO de PwC Switzerland, Jan-Hendrik Völker-Albert, avant de me rendre sous la pluie à mon prochain événement.

Anna Kohler, co-rédactrice en chef de werbewoche.ch m&k et Jan-Hendrik Völker-Albert, CMO et CCO de PwC Switzerland

Le ciel s'est complètement assombri et il pleut à seaux, j'arrive à la Rado Beach où la branche cinématographique et publicitaire de Suisse se retrouve à partir de 12 heures, pour échanger et réseauter. Swissfilm Association a invité, je rencontre le président du comité Levente Paal et Rudi Haller, membre du comité.

Levente Paal, président du comité de la Swissfilm Association, Anna Kohler et Rudi Haller, Soha Film et membre du comité de la Swissfilm Association.

La manifestation est réduite à un déjeuner, alors qu'autrefois, une telle fête du Swissfilm durait parfois jusque tard dans la nuit. Il y a une bonne raison, que Levente Paal explique dans un bref discours de bienvenue. En ces temps difficiles, on estime qu'il faut investir l'argent avec prudence, c'est pourquoi Swissfim fait un don partiel, plus précisément de 10 000 francs, à l'Ukraine. Un geste récompensé par des applaudissements.

Les 45 invités sont assis sous des parasols qui sont censés protéger du soleil - ils protègent maintenant des flots qui se déversent sur Cannes. Pourtant, tout, absolument tout, est mouillé : les nappes, les serviettes, les gens, les serveurs et les serveuses, la nourriture, tout ! L'ambiance n'en est pas affectée, nous nous rapprochons les uns des autres. Quand soudain le soleil apparaît un instant, c'est un tonnerre d'applaudissements.

Bien sûr, les Young Creatives sont aussi là, l'ADC a organisé des fonds pour que huit jeunes gagnants de l'ADC Award puissent se rendre aux Cannes Lions. Une expérience qu'ils n'oublieront pas.

De gauche à droite : Cedric Fuchs, Jung von Matt Limmat, Katharina Binder, TBWA\, Alina Biedermann, TBWA, Nicole Jara Vizcardo, Jung von Matt Limmat, Dominik Locher, Freelancer, Yves Marty et Gianluca Trezzini, Marty et Trezzini et Maximilian Wiemann, Freelancer.

J'ai demandé aux huit jeunes créatifs de me donner leurs impressions. Voici ce qu'ils m'ont dit :

A 15 heures, les créatifs reprennent la route, probablement en direction de l'hôtel pour se changer.

Sophie Toth et Leonardo Sanfilippo de Shining Pictures.
Martin Baba, Serviceplan Suisse, Nadia Rosasco, Rosas&Co et Rudi Haller, SOHA Film.
Mark Burow de Merkle Switzerland, Ilonka Galliard, co-fondatrice de Mygosh ; Jan Fincke et Vincent Teager de CZAR Film.

Entre-temps, il a effectivement cessé de pleuvoir et je me rends au Palais, au centre de presse, pour classer les photos, écrire mon article et me sécher.

Le soir, j'assiste au spectacle des Awards dans l'auditorium.

Deux points forts :

Malala Yousafzai, la militante des droits de l'enfant, remporte le Cannes Lions Heart Award.

Ted Sarandos, PDG de Netflix est honoré en tant que "Person of the Year for Entertainment".

(Visité 510 fois, 1 visite aujourd'hui)

Plus d'articles sur le sujet