Thomas Wildberger, président du jury ADC : "Une vie sans Awards est possible. Mais inutile".

Un entretien avec Thomas Wildberger, président du jury des ADC Awards de cette année.

Werbewoche.ch : Vous êtes président du jury, qu'est-ce que cela signifie exactement ?

Thomas Wildberger : Je suis en quelque sorte le chef d'orchestre d'un orchestre dans lequel chacun veut jouer le premier violon. Plus sérieusement, il s'agit de guider 25 collègues hautement décorés à travers une multitude de travaux et d'animer ce parcours de la manière la plus neutre possible pour, à la fin, établir le benchmark annuel en matière de communication créative. Nous avons bien sûr en tête l'objectif commun de déterminer la communication la plus créative, la plus remarquable et la plus pionnière de notre pays.

431 œuvres ont été soumises. Quelle est la difficulté de distiller l'or, l'argent et le Grand Prix dans les 19 catégories ?

Il faut un maximum d'objectivité, d'équité et de concentration pour pouvoir classer correctement les travaux. C'est un processus. Pour certains travaux, il est très facile de savoir ce qu'ils vont recevoir. Pour d'autres, cela prend plus de temps ou nécessite une discussion entre les membres du jury, qui expriment leurs différentes opinions et contribuent à la formation du jugement.

Le jury de cette année est-il parvenu à un accord ou à un désaccord ?

Il est intéressant de noter que presque tous les travaux récompensés ont fait l'objet d'une unanimité presque totale. Il n'y a eu que quelques candidats "fifty-fifty", pour lesquels des nuances ont finalement décidé si un travail gagnait quelque chose ou non.

Que doit apporter un travail de Grand Prix et qu'avez-vous particulièrement pris en compte cette année à cet égard ?

Le Grand Prix serait attribué à un travail qui, une fois de plus, surpasse tous les autres et se distingue à tous les égards. Or, nous avons eu le rare privilège de ne pas voir un tel travail, mais six. Comme nous ne voulions pas en placer une au-dessus des autres et que nous les avons toutes jugées aussi brillantes les unes que les autres, nous avons reçu six médailles d'or de niveau Grand Prix au lieu d'un seul. Agir de la sorte est d'ailleurs en accord avec le règlement, qui n'impose pas l'attribution d'un Grand Prix.

Le jury a-t-il remarqué un changement dans les travaux soumis en raison des temps troublés depuis plus de deux ans, le ton est-il différent, les thèmes, le contexte ?

Bien entendu, de nombreux travaux ont été consacrés à la pandémie et à ses conséquences. Nous avons d'ailleurs créé la catégorie Corona spécialement à cet effet. En dehors de cela, j'ai constaté peu de changements. J'ai toutefois remarqué que, dans le domaine des images animées, nous avions d'une part beaucoup d'envois et d'autre part beaucoup d'envois de grande qualité. Il en résulte au final pas moins de trois médailles d'or pour ce seul domaine. En outre, il est frappant de constater que nous avons des travaux gagnants pour des clients mondialement connus comme Suisse Tourisme, Canal+, Swisscom, Freitag ou Welti-Furrer. 

Quel regard le jury porte-t-il sur les critères de diversité ? Des initiatives comme le protocole Gisler ont-elles déjà influencé les productions ?

Oui, la diversité dans la production créative augmente sensiblement. Mais cela n'a pas été un sujet lors du jury. Ce qui compte, c'est la bonne idée et tout ce qu'il faut pour la véhiculer.

Quelle est votre opinion sur les prix en général ? Quelle est leur importance pour le développement du secteur de la publicité et de la communication ?

Ils sont très importants parce que nous croyons fermement que la communication créative vend mieux que la communication non créative. C'est pour nous permettre de nous réajuster chaque année dans cette optique que nous organisons des Award Shows. De plus, ils servent d'aide à l'orientation pour l'ensemble de la branche, y compris les clients, car nous montrons ainsi comment faire, que notre travail est apprécié et qu'il fait vendre. Un prix ADC reste la monnaie d'échange la plus élevée pour un créatif. Bien sûr, il ne faut pas en faire trop, car une vie sans prix est possible. Mais cela n'a aucun sens.

Cette fois-ci, les Creative Days se sont déroulés pendant quatre jours à la Villa Doldertal sous le slogan "Straight out of Homeoffice". D'où vient ce slogan ?

Il est dû au timing : Corona s'arrête, le printemps commence, et il se trouve que nous avons programmé nos Creative Days de telle sorte que nous nous retrouvons directement depuis notre bureau à domicile dans la magnifique villa du Doldertal.

L'ADC s'est lancé dans de nouvelles voies, avec le Marathon créatif de quatre jours et une cérémonie de remise de prix, intégrée dans cet événement de quatre jours. Quel est ton bilan ?

Ce qui a commencé comme une expérience s'est avéré être un coup de chance. Même le temps a été de la partie : Quatre jours formidables avec un programme varié, où chaque personne qui le souhaitait a pu participer et apprendre. L'ambiance était détendue et on sentait à quel point tout le monde était heureux de se retrouver parmi les autres. Certains sont même venus les quatre jours. Mon point culminant personnel a été le samedi, où nous avons eu la surprise de récompenser plus de superbes travaux que prévu et de célébrer les créateurs et nous-mêmes en tant que secteur tout entier.

(Visité 418 fois, 1 visite aujourd'hui)

Plus d'articles sur le sujet