Quel est le goût de la quatrième victoire ?

Jung von Matt Limmat vole haut. Quatre victoires consécutives dans le classement créatif publié chaque année par la Werbewoche et l'ADC. Un entretien avec les lauréats Annette Häcki, Luitgard Hagl et Carsten Jamrow.

quer-jvm_happy_222
Ambiance exubérante lors de la réunion de l'agence via Zoom : Jung von Matt Limmat se réjouit de sa quatrième victoire au classement des créatifs. Les créatifs Anette Häcki, Luitgard Hagl et Carsten Jamrow (en grand, de gauche à droite) dans une interview avec Werbewoche.

Semaine de la publicité : Félicitations pour le succès! Qu'est-ce qui vous rend particulièrement fier ?

Carsten Jamrow : Ce n'est pas tant la quatrième victoire consécutive qui nous rend fiers, mais la continuité derrière elle. La victoire en 2020 est bien sûr particulièrement mémorable. Ce qui nous rend fiers, c'est notre culture commune, notre interaction les uns avec les autres et le résultat correspondant. Et le courage de nos clients de réaliser des travaux qui font parler d'eux et ont un effet durable.

 

Quelle est la composition du succès ? Quelle est la recette ?

Annette Häcki : Aucune concentration (rires). Non, sérieusement : nous avons fait face à beaucoup de choses cette année - mais probablement moins au classement des créatifs. Corona, comme toutes les autres agences, nous a présenté des défis majeurs. Comment travailler de manière créative en tant qu'équipe et avec nos clients à l'avenir ? Où allons-nous chercher l'inspiration ? Et comment maintenir notre culture d'entreprise ?

Carsten Jamrow : Parlons de culture d'entreprise : qu'on le croie ou non, nous vivons effectivement nos principes directeurs au quotidien. De "Nous aimons la nouveauté" à "Nous restons insatisfaits" en passant par "Nous célébrons la diversité", elles nous rappellent de ne jamais nous arrêter, de découvrir du sens dans ce qui semble futile et, ce faisant, de toujours regarder vers l'avant. C'est pourquoi : les classements reflètent le passé. Et celui-ci nous intéresse beaucoup moins que ce qui est à venir.

Annette Häcki : Exactement. C'est pourquoi nous nous réjouissons de continuer à concevoir des idées et des campagnes et à mettre en œuvre des mesures concrètes avec nos clients sur un pied d'égalité. Une collaboration étroite est, selon nous, la pierre angulaire d'une communication marketing réussie. Notre succès dans le classement des créatifs et, plus généralement, l'année 2020 semblent confirmer cette orientation.

Carsten Jamrow : ... Principes directeurs et collaboration ou non : Nous nous réjouissons bien sûr déjà de trinquer ensemble à cette victoire à un moment donné !

 

Luitgard Hagl, vous débutez chez Jung von Matt Limmat. La victoire a-t-elle un effet de signal particulier pour vous ?

Luitgard Hagl : Absolument. C'est évidemment formidable pour moi de savoir que je vais commencer dans une agence aussi formidable. Avec des gens intelligents qui produisent les travaux les plus créatifs du pays. Mais même dans notre nouvelle constellation et pour l'avenir, la règle est la suivante : peu de focalisation sur les points créatifs, mais toujours plus d'amélioration dans l'ensemble des activités quotidiennes.

 

Avec Dennis Lück, vous devez faire face au départ d'une personne qui a joué un rôle déterminant dans les victoires, comment allez-vous vous organiser à l'avenir ?

Annette Häcki : C'est comme ça. Dennis et le classement, c'est bien sûr une institution. Mais nous ne changerons rien à notre orientation à l'avenir et continuerons à croire au "the Power of Many". Au sein du nouveau conseil d'excellence, qui se compose de Luitgard, Carsten, Stefan Naef et moi-même, nous le mettons en œuvre de manière cohérente. Ensemble, nous nous occupons de la production créative de l'agence.

JvM_Kreativspitze
Nouveaux membres du conseil d'excellence Jung von Matt Limmat : Annette Häcki, Luitgard Hagl et Carsten Jamrow (de gauche à droite).

Regardons plus loin dans le futur. Vous ancrez la philosophie de la rupture de la pensée en silo dans le nouvel écosystème créatif. Qu'est-ce qu'on peut imaginer par là ?

Carsten Jamrow : Casser les silos n'est pas nouveau : nous travaillons déjà depuis deux ans en équipes interdisciplinaires. Mais ce que nous consolidons encore plus avec l'écosystème créatif, c'est le découplage entre la direction technique et le coaching personnel, ainsi que l'interdisciplinarité dans la direction. Concrètement, cela signifie que l'Excellence Board coache les équipes dans leur travail quotidien et leur production créative. Nous sommes en quelque sorte responsables de l'écriture de l'agence. L'Empowerment Board, quant à lui, est responsable du développement des collaborateurs au niveau individuel. Et ici, nous sommes interdisciplinaires : en tant que créatif, mon coach de l'Empowerment Board peut aussi être quelqu'un de la stratégie ou du conseil.

Luitgard Hagl : C'est avec ce setting que nous réalisons une communication efficace. Au plus tard en 2021, elle ne sera possible qu'ensemble. Il faut moins d'ego et plus de confiance. Les règles des glorieuses années 90, dans lesquelles les hiérarchies ne représentaient que la valeur d'un collaborateur, sont définitivement révolues.

 

En parlant de hiérarchie : Dans le contexte de l'écosystème créatif, vous ne cessez également de dire que la hiérarchie tue la créativité. Dans le même temps, vous présentez différents tableaux. Comment conciliez-vous cela ?

Luitgard Hagl : Cela s'accorde parfaitement (rires). Les boards ne sont pas un niveau hiérarchique supplémentaire, mais un service pour la création et - dans le cas de l'empowerment board - un service pour tous les collaborateurs. Nous offrons un regard expérimenté qui aide à résoudre les défis sur les projets de manière encore plus créative, meilleure et, au final, mesurablement plus efficace. Au sens figuré, bien sûr : Apporter de manière conséquente dans la vie quotidienne les PS que le classement nous atteste. Et en faire profiter tous nos clients.

Annette Häcki : Nos équipes travaillent de manière collaborative et auto-organisée. Une instance créative qui prend des décisions depuis sa tour d'ivoire n'y a pas sa place. L'écosystème créatif doit également offrir aux collaborateurs différentes possibilités de carrière.

 

Comment cela se traduit-il concrètement ?

Carsten Jamrow : L'endroit où je commence chez Jung von Matt n'a pas nécessairement d'influence sur mon évolution au sein de l'agence. D'une part, je peux déplacer mon centre de gravité, d'autre part, une prochaine étape de ma carrière n'implique pas nécessairement des responsabilités en matière de personnel. Une rédactrice senior peut être au même niveau de salaire que quelqu'un qui dirige trois personnes de manière interdisciplinaire. Ce qui est également possible : nos collaborateurs peuvent évoluer vers la direction "Client Relation" ou se mettre à leur compte au sein du réseau Jung-von-Matt. Nous pensons le concept de carrière de la manière la plus ouverte et la plus flexible possible.

Luitgard Hagl : ... et c'est pourquoi nous proposons notre programme de formation "Future Creative Leaders". Nos stagiaires ne commencent pas dans un domaine particulier, mais apprennent à connaître l'agence et toutes ses facettes pendant les trois premiers mois. Dans la deuxième moitié du stage, ils peuvent ensuite choisir une première spécialisation. Notre première "classe" de Future Creative Leaders entame actuellement sa deuxième moitié et se focalise sur toutes sortes de points forts, de la création à la stratégie en passant par les relations clients.

 

Mot clé : poursuite de l'éducation des jeunes. Cela fait également partie de la philosophie. Que peuvent apprendre les agences performantes de la nouvelle génération ?

Annette Häcki : Beaucoup, nous le pensons. C'est pourquoi nous appliquons la stratégie "Juniors d'abord". Ce qui, il est vrai, demande un peu de courage. Nous avons tous tendance à embaucher quelqu'un qui a déjà de nombreuses années d'expérience et qui est donc supposé fournir un meilleur travail. Nous essayons de nous détacher de cette idée. Ce n'est pas parce que quelque chose "a toujours été fait ainsi" qu'une autre méthode n'est pas plus rapide, plus intéressante ou meilleure.

Carsten Jamrow : C'est avant tout l'impartialité des jeunes talents qui nous inspire en tant qu'agence. Dans le cadre du programme de stage, nous recherchons aussi explicitement des personnes aux parcours très différents. Cela enrichit l'agence, le travail commun et, en fin de compte, le résultat créatif.

 

L'année 2021 sera-t-elle une autre année de récompenses, ou bien allez-vous ralentir un peu le rythme pour vous concentrer sur le réalignement ?

Carsten Jamrow : Cette année encore, nous ne nous concentrerons pas sur les prix, mais sur la production d'un excellent travail avec nos clients. Je ne doute pas que nous réussirons avec des clients tels que Coop, Mobiliar et Zalando.

Annette Häcki : Et 2021 devrait, bien sûr, être aussi une année inspirante pour nos employés. Je suis convaincu que nous atteindrons ces deux objectifs. Les expériences de l'année écoulée - que ce soit avec les clients ou en tant qu'agence - nous ont confortés dans la voie que nous avons choisie.

 

Jung von Matt Limmat du futur : Pouvez-vous nous donner une perspective ?

Luitgard Hagl : Je ne connais certes pas la Jung von Matt Limmat du passé aussi bien qu'Annette et Carsten, mais c'est peut-être justement ce qui aide à formuler une vision d'avenir. Ces dernières années, l'agence a mis en place de nouveaux processus, structures et méthodes de travail d'une manière que je trouve impressionnante. Tout ce dont on ne peut que parler ou rêver dans de nombreuses autres agences. Ma vision est donc la suivante : l'agence numéro un pour des clients de premier ordre et les meilleurs collaborateurs.

Plus d'articles sur le sujet