Premium asses, rues et soupirs

Le prix de la radio et le prix de la télévision de Zurich ont été décernés lundi. Le prix de la télévision a été décerné à Tobi et Mike Müller pour leur documentaire "A1 - une bande de route suisse". Le prix radio a été décerné deux fois : à Katharina Bochsler et son équipe pour un reportage de six heures sur les ânes, et à Michael Luisier, qui a interviewé le dessinateur de Charlie Hebdo, Luz.

Katharina-Bochsler-und-Co.-Zuercher-Radiopreis

Depuis 2006, les Zurich Radio and Zurich Television Awards sont décernés tous les deux ans dans le cadre élégant de la Zunfthaus zur Meisen, au cœur de Zurich. Elle est organisée par la Fondation de la radio de Zurich. Les trois projets gagnants ont reçu un prix d'une valeur totale de 50 000 CHF.

Sa présidente, Ruth Halter, a accueilli les nombreux invités et a laissé la place à la fratrie musicale Küng. Ils décrivent leur musique comme de la "musique à cordes innovante d'Appenzell", ce qui est tout à fait exact. Les musiciens ont enthousiasmé les invités dès la première note. Tout au long de la soirée, ils ont donné des accents harmonieux à leurs instruments - violon, violoncelle, contrebasse et dulcimer. Ruth Halter a présenté le groupe comme "plein de verve, de gaieté et de poésie" - elle n'aurait pas pu mieux l'exprimer.

Geschwister-Kueng-Zuercher-Radiopreis

Circulation éclairée de manière critique

Le prix de la télévision 2016 a été attribué aux frères Mike et Tobi Müller pour leur documentaire "A1 - Une bande de route suisse". La coproduction de Jurasüdfuss avec SRF Sternstunden a été présentée par extraits. Dans son discours élogieux, Heinrich von Grünigen, membre du jury et du conseil de fondation, a déclaré que l'autoroute A1 est une ligne de vie suisse qui divise et relie simultanément. De vieilles séquences filmées en 1966, qui font partie du documentaire, montrent les personnes fières qui ont coupé le ruban de l'asphalte de la liberté à l'époque - aujourd'hui, certaines personnes ne sont pas seulement heureuses du transport individuel. C'est également le thème du film de Tobi et Mike Müller. Il raconte l'histoire de la construction des routes suisses de manière divertissante et profonde, mais aussi à la critique n'est pas épargné.

Tobi-Mu%CC%88ller_MikeMueller-Fernsepreis-Zu%CC%88rich

Tobi Müller, qui vit à Berlin et a fait le voyage depuis cette ville, est arrivé à Zurich après un voyage en train de huit heures. "Quand on fait un film sur la durabilité, c'est un peu difficile de se rendre à Zurich en avion". Mike Müller, jamais à court de plaisanteries, nous a confié qu'il avait trouvé "plutôt bien de pouvoir employer mon petit frère sur cette production", puisqu'il était indépendant.

Toucher les destins de l'âne et de l'homme

Le Prix Radio de Zurich a récompensé deux projets et leurs créateurs. Tout d'abord, à Katharina Bochsler, Eva Oertli et Sara Trauffer (photo ci-dessus) avec leur hommage de six heures aux ânes et aux mules. Sous le titre "Der Esel - der älteste Kleintransporter der Welt" (L'âne - le plus ancien petit transporteur du monde), SRF 2 Kultur "Hörpunkt" (SRF 2 Culture "Point d'écoute") a donné aux téléspectateurs l'occasion de découvrir de nombreux aspects inédits de la condition d'âne.

Walter Rüegg, membre du jury et du conseil d'administration, a également estimé avec un clin d'œil que de son point de vue "six heures pour un âne, c'est beaucoup", mais a sérieusement déclaré que l'on pouvait penser que le format était beaucoup trop long - d'un autre côté, précisément à cause de cela, il a permis d'obtenir beaucoup d'informations qui ne pourraient pas être présentées en si peu de temps.

Des mules seules sur la route - comme animaux de transport de contrebande

Dans l'extrait entendu lors de la cérémonie de remise du prix, une personne interrogée a déclaré que d'innombrables mules étaient utilisées en Anatolie orientale uniquement à des fins de contrebande. "Les mules sont chargées des produits de contrebande, tels que des appareils électroniques non déclarés, du diesel, de l'essence ou des denrées alimentaires de base, et font le voyage vers l'Iran ou la Turquie, seules, de nuit. Les contrebandiers trouvent que c'est trop dangereux d'être là." Comme l'homme peut être lâche ! "Les mules sont si malignes qu'une fois qu'elles doivent emprunter le chemin accompagné de congénères, elles le retrouvent seules, dans un autre groupe d'une dizaine de mules chacune", dit le narrateur. Après quelques jours de repos, les ânes, "fraîchement" chargés d'autres produits de contrebande, sont renvoyés sur le chemin du retour.

Les trois femmes ont accepté le prix avec joie. Katharina Bochsler a déclaré dans son discours d'acceptation que l'homme est le seul animal qui apprivoise les autres animaux. Chacun peut se faire sa propre opinion à ce sujet. "Radio SRF 2 a le temps d'aller en profondeur. Je vous remercie d'avoir préparé le tapis pour ce miracle - moi et les nombreux ânes et mules."

De l'interview au monologue

Le deuxième prix radio a été attribué à Michael Luisier et à sa production "Katharsis - Über den Umgang mit dem Unfassbaren" (Katharsis - Sur le traitement de l'inconcevable), qui a été écoutée sur SRF 2 Kultur "Kontext" pendant 24 minutes. Ceci reproduit une conversation avec le dessinateur français Luz de Charlie Hebdo. Avec de longues pauses, Luz raconte ses souvenirs de l'attaque et ses pensées. Le traducteur imite Luz en détail, y compris ses soupirs et ses déclarations hésitantes. L'émission apparaît ainsi très intime et authentique. Pendant des mois, Michael Luisier a essayé d'obtenir une interview avec Luz. Lorsqu'il a enfin pu la réaliser, elle a rapidement dégénéré : il a estimé qu'il n'avait plus le droit de demander quoi que ce soit, mais qu'il devait simplement laisser l'artiste parler. L'interview prévue s'est donc transformée en un monologue dans lequel Luz raconte comment il a été le premier à entrer dans la rédaction de Charlie Hebdo après l'attentat - seulement en vie parce qu'il avait trop dormi.

Michael-Luisier-Zuercher-Radiopreis

"Pendant un moment, j'ai cru que Luz était un charlatan alors que j'étais assis dans la salle de rédaction à cinq heures du matin pour travailler sur l'émission". Mais une connaissance qui s'y connaît en matière de gestion du deuil lui a expliqué que Luz réagit exactement de la même manière que les gens après un choc, et que la crédibilité est là.

Kurt Pelda, reporter de guerre, parle des photos et de leur utilisation abusive.

En guise de conclusion, Kurt Pelda, journaliste et célèbre reporter de guerre, a donné une conférence courte et intensive sur le thème "Établir la crédibilité dans le journalisme". L'importance des médias sociaux comme sources". Il a montré la provenance originale de photos qui ont circulé sur les médias sociaux dans un contexte totalement erroné. Il note au passage que son travail ne prête pas à rire : "Je dois m'interrompre brièvement car j'ai un mot de passe très long sur mon ordinateur portable. Non seulement je suis menacé physiquement, mais on essaie aussi de m'atteindre virtuellement par le biais du piratage informatique." Les derniers mots de la présidente de la Fondation, Ruth Halter, ont fait mouche : "Qui d'autre puis-je croire ? Je pense que je dois vous laisser avec cette pensée pour l'apéritif."

Malini Gloor

Kurt-Pelda
(Visité 166 fois, 1 visite aujourd'hui)

Plus d'articles sur le sujet